Savignac

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Savignac
 

Le masculin l'emporte

Publication: 24/03/2012 04:08

Dans un de mes récents textes, je m'adressais aux étudiants en grève. Cette lettre à l'étudiant a connu un écho certain et cette lecture fut recommandée, à ma grande joie, de très nombreuses fois sur les médias sociaux.

Une de ces recommandations a retenu mon attention, elle invitait à lire la lettre à l'étudiant-e. Euh ... non. "Lettre à l'étudiant tiret e" n'est pas mon titre, et en plus c'est très laid. Puis changer un titre, je trouve ça cavalier, chère. Vous l'aurez compris, la personne en question est animée par une grande sensibilité féministe, et de toute évidence elle est en croisade, grammairienne tout au moins.

Retour justement sur la grammaire. Oui, depuis la disparition du neutre latin, le pluriel des genres s'accorde au masculin. C'est conventionnel, et comme ça fait quelques siècles que c'est comme ça, je crois qu'on en est de moins en moins surpris et que notre compréhension n'est pas trop altérée. Testons : "les étudiants sont contre l'augmentation des frais de scolarité". Compréhension : la communauté composée de garçons et de filles qui poursuivent leurs études est contre l'augmentation des frais de scolarité. Ça marche, et j'ai vérifié sur les photos de la manif' du 22, le cortège était bien composé de filles et de garçons. Féminisons: "les étudiantes sont contre l'augmentation des frais de scolarité". Compréhension : les gars s'en crissent.

L'accord masculin est donc un accord inclusif et accueillant les deux moitiés de notre humanité, qu'est-ce que tu veux que je te dise, copine grammaticalement insurgée? Aurait-il fallut que je truffe mon texte de tirets et de e, au risque de le rendre illisible, ou bien suis-je condamné à ne parler que des bagagistes, des téléphonistes, des étudistes afin de m'assurer de ne pas être re-titré au gré de tes humeurs de lutte, copine à l'accord tourmenté?

La langue française est ainsi faite, contrainte de trancher en permanence dans ses genres. Bourreau et assassin, invariablement masculins, te précipites-tu, copine, avec tes tirets et tes e? Est-ce de ma faute à moi si même féminin est un nom masculin? Et as-tu pensé à la souris, petit animal rongeur dont le mâle est si injustement, au péril de sa virilité, affublé de ce petit nom féminin ridicule?

Et la violence copine, la violence... nom commun si stupidement féminin, alors que l'humanité tout entière s'éveille blottie au chaud de ton sein, que tu vas si rarement à la chasse ou à la guerre, toi qui ne fus même jamais dictateure ...

Aujourd'hui, demain, après-demain, des dizaines de copines, des voisines, des collègues de travail vont êtres harcelées, intimidées, bousculées, tabassées. D'ici la fin de l'année, quinze d'entre elles n'y auront pas survécu, parce que le masculin l'emporte. Elle est là, copine, la lutte, et je crois qu'elle a besoin de plus d'indignation et de changements que mes accords.

 

Suivre Savignac sur Twitter: www.twitter.com/_Savignac