Savignac

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Savignac
 

À mort Godwin

Publication: 30/11/2012 14:33

En 1990, Mike Godwin énonçait la désormais célèbre loi de Godwin:

Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s'approche de 1.
Aujourd'hui, il est de bon ton d'y faire référence, et mieux, on perçoit chez quiconque qui croit déceler un de ces fameux points Godwin une sorte de fierté digne de celui qui sait. Alors, il l'énoncera avec cette petite suffisance de celui qui est convaincu de savoir.

La loi de Godwin est en effet très séduisante, et à la première lecture on s'empressera de penser: « C'est tellement vrai, je l'ai observé tellement souvent! Ah que cette trouvaille me comble! Ah que je vais la partager! » Et en effet, qui n'a pas observé dans nombre de conversations, en ligne ou non d'ailleurs, quand la passion vient habiter un groupe en échange, qu'effectivement l'évocation des nazis et d'Hitler est fréquente. Par ce fait donc, la validation de Godwin va de soi et constitue une valeur sûre.

Cette tendance excessive vers laquelle semble pencher toute conversation qui s'éternise, si elle s'illustre sans difficulté, elle s'explique aussi sans peine. Quiconque s'étant retrouvé exposé, peu ou prou, à l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale, a découvert un jour l'abjection, l'horreur inédite. Je ne reviendrai pas sur ce qui eut lieu dans les camps de concentration de Pologne et d'Allemagne, je ne peux que vous inviter à lire Si c'est un homme de Primo Levi, tout est désespérément là, et vous n'en dormirez pas la nuit d'après, ni les suivantes, ou très mal.

L'évocation du nazisme et d'Hitler n'est donc rien d'autre que l'évocation du pire. On comprend alors la faiblesse d'y avoir recours lorsqu'une discussion s'enflamme et que l'on souhaite y faire triompher notre propos. C'est le but en or, c'est la mort subite, et avant que Monsieur Godwin ne s'en mêle, ça assurait la victoire.

Malheureusement, pour intéressante qu'elle soit, la loi de Godwin s'est rapidement transformée en loi de Murphy, et on s'est mis à la soupçonner et à la découvrir partout, tout le temps. Ainsi a dérivé la compréhension de la loi de Godwin: Désormais, dès qu'est évoqué, non pas forcément dans une conversation, mais par exemple dans une chronique, un récit, ou tout autre format, quelconque élément faisant référence à la Seconde Guerre mondiale, au nazisme, ou à la Shoah, le point Godwin est brandi avec fracas, venant ainsi sanctionner du discrédit l'argument en question.

Dans Tout ça pour ça, qui a constitué son dernier texte au Journal de Montréal - on l'a viré quelques heures après sa publication -, l'écrivain Jean Barbe disait à ses adversaires idéologiques: « Vous me faites penser à ces prisonniers dans les camps de la mort qui acceptaient, pour un peu de viande, de faire la police auprès des leurs ». Moi-même, récemment, dans un texte qui avait pour objet de rappeler combien de grandes femmes ont marqué notre Histoire, j'évoquais Anne Franck, en ces mots: « Folle Anne Frank, au point d'écrire à une amie imaginaire le journal intime d'une jeune fille juive traquée par les nazis, cachée avec sa famille dans un réduit pendant plus de deux ans, avant de mourir à Auschwitz ». Et dans ces deux cas, on évoqua, sans hésitation, le fameux point Godwin, comprenez donc, le mépris et le discrédit.

Si l'on revient à la description précise de la loi de Godwin, j'ai la conviction que ces deux exemples y échappent, et de beaucoup. Pire, de son interprétation hasardeuse et irréfléchie, j'y vois une dérive inquiétante. S'agirait-il aujourd'hui, pour ne pas craindre le discrédit, d'effacer les années 1939 à 1945 de la ligne du temps, et ainsi nier les récits insupportables de Primo Levi?

Un jour, dans une salle d'attente d'un hôpital de Montréal, j'ai vu les chiffres bleu pâle sur le bras ridé d'une vieille dame qui remontait sa manche. Ce n'était pas un point Godwin, c'était le tatouage qu'on lui avait fait, à Auschwitz ou à Buchenwald.

Je tombe depuis dans une colère sombre à chaque fois que je lis ou que j'entends le nom de Godwin, c'est devenu plus fort que moi. Vous aimez les lois sur les abus de langage? Lâchez celle-là, geeks, je vous en offre une autre. Et si une idée voyage mieux quand elle porte un nom, je lui donne le mien s'il le faut.
Ainsi s'énoncera désormais ma réplique, ma loi de Savignac:

À chaque évocation du souvenir insoutenable, mais nécessaire du nazisme, d'Hitler, ou de la Shoah, dans une discussion en ligne ou non, la probabilité d'y trouver en réponse l'irresponsable loi de Godwin s'approche de plus en plus de 1.

Quelques réactions au congédiement de Jean Barbe trouvées sur Twitter

Loading Slideshow...
  • Jean-Pierre Garneau

    Je m'explique que Jean Barbe ait été remercié, mais pas qu'en vertu des mêmes principes, plusieurs de ses collègues ne le soient pas aussi.

  • louis-philippe pilon

    Un peu drôle ce tollé autour du congédiement de Jean Barbe, on parle ici du JdeM, ça vous surprend vraiment? #TorchonPutride

  • Marie-Lune Brisebois

    Hep @LeDevoir Jean barbe est libre et Bombardier a laissé une tite place vacante ;) #AvoeyeBoss

  • Daniel Thibault

    Jean Barbe ne sera pas juge à Star Académie finalement.

  • Nicolas Boisvert

    J'pense qu'en tant que société, on ne devrait pas condamner les textes de Jean Barbe, et plutôt condamner ceux de Justin Bieber. #OnJaselà

  • Yannick Belzil

    J'arrive pas à croire que Jean Barbe a été re-engagé juste en prennant le sobriquet "Pierre Moustache" il leur en a passé une vite.

  • Éric Spérano

    jean barbe aurait dû savoir que seul mario roy peut se désorganiser dans une chronique sans perdre sa job

  • Juste ou pas Juste?

    Il n'a qu'a faire comme #GND et quêter: Jean Barbe a été remercié de ses services en tant que blogueur au Journal de Montréal.” #ggi

  • Tasse-toé Matante

    Jean Barbe congédié? JEAN BARBE CONGÉDIÉ !!! Wow !

  • Joseph Elfassi

    J'ai hâte de voir les gens qui exigeaient le congédiement de Stéphane Gendron crier au scandale suite au congédiement de Jean Barbe.

  • MaTThieu Bonin

    On va s'entendre sur une chose, le denier texte De Jean Barbe critiquait des chroniqueurs de la droite et non LA droite... PETITE nuance.

  • David Doyon

    Gilles Duceppe, Jean-Robert Sansfaçon, JP Charbonneau (tous de gauche) ont qualifié le budget de: social-démocrate.Tiens Jean Barbe! #polqc

  • Jason Keays

    Le chroniqueur Jean Barbe, congédié par Quebecor pour avoir critiqué la pensée unique de @RiMartineau et cie #polqc #ggi

  • Christian Boutin

    #AssNat Chez Québécor on est pour la liberté d'expression en autant que tout le monde pense et dise pareil,, dommage pour Jean Barbe

  • Gab Lévesque-Lemaire

    Congédiement de Jean Barbe : évacuation progressive de toute opinion hétérodoxe, attaque en règle contre la gauche de la gauche #polqc #ggi

  • David Doyon

    @jeanbarbe La comparaison avec les prisonniers des camps de la mort est ridicule. Vous manquez de jugement Jean «M.Vérité» Barbe. #polqc

  • Paquit LeChameau

    Congédiement de Jean Barbe; preuve que les gauchistes de service de l'Empire ne peuvent pas écrire toutes les conneries qu'il veulent.

  • Nicolas Boisvert

    Jean Barbe aurait simplement dû écrire «fuckyall». Comme ça, il n'aurait pas été remercié. #ClaudePoirier #empire

  • Pierre-Luc Arseneau

    La gauche va s'agiter car Jean Barbe aurait perdu son emploi de blogueur au Journal de Montréal.

 

Suivre Savignac sur Twitter: www.twitter.com/_Savignac

Suivre Le HuffPost Québec