LES BLOGUES

Mettons l'accent sur les filles issues de milieux ruraux au Canada

29/10/2013 10:02 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Adaptez-vous ou partez. Si vous êtes une fille et demeurez en milieu rural, vous faites face à des enjeux de taille. Les taux d'urbanisation sont à la hausse et le besoin de créer des communautés rurales dynamiques n'a jamais été aussi grand. Les filles des milieux ruraux doivent avoir des raisons pour rester. Leur valeur doit être reconnue au Canada. Mais selon une nouvelle étude récemment publiée portant sur les difficultés que vivent les filles et les jeunes femmes des milieux ruraux canadiens, cette population fait face à des défis qui ne sont pas présents dans les villes.

Quelques exemples des réalités vécues. Vous avez peu de modèles féminins dans votre entourage pour nourrir vos rêves de carrière. Vous êtes davantage contrainte à demeurer silencieuse lorsque quelqu'un émet un commentaire raciste à propos de votre meilleure amie (probablement l'une des rares personnes de couleur dans votre communauté). Vous ne recherchez pas d'aide pour la dépression que vous faites, parce que tout se sait dans une communauté rurale. Vous ne révélez à personne que vous avez été violée parce que votre réputation peut en souffrir.

La vie en milieu rural peut aussi comporter de nombreux avantages pour les filles, comme vivre dans des communautés très unies, bénéficier de la présence d'une famille élargie, acquérir des compétences pratiques, avoir un mode de vie plus détendu et tisser des liens profonds avec les gens et la nature. Ce sont là de bonnes raisons pour demeurer dans une communauté. En fait, une Canadienne sur cinq vit en milieu rural, une statistique qui est très loin des chiffres recensés il y a un siècle, lorsque l'identité canadienne était étroitement associée à la vie rurale.

Revenons au présent. Dans les communautés géographiquement isolées, les services sont en moins grands nombres et plus difficilement accessibles. Pensez au fait qu'il n'y a pas de moyens de transport pour vous rendre d'un lieu à l'autre ou qu'il y a seulement une infirmière ou une travailleuse sociale pour toute la communauté.

L'absence de services a des effets particulièrement importants pour les filles. Selon le ministère de la Justice Canada, la violence est l'un des plus grands problèmes qui affligent les filles et les jeunes femmes des milieux ruraux. Parce qu'elles vivent dans des lieux isolés ou éloignés, les filles ont peu d'accès à des voitures. Elles se déplacement donc souvent en faisant du pouce ou restent à l'extérieur toute la nuit, ce qui les expose à des risques. Lorsqu'elles subissent de la violence aux mains de leurs pairs ou d'un membre de leur famille, elles ont rarement accès à un refuge et elles subissent trop souvent l'opprobre ou le silence de la communauté.

Pas étonnant que la santé soit une question préoccupante pour les filles en milieu rural. Selon Statistique Canada et l'Institut canadien d'information sur la santé, les filles des milieux ruraux et nordiques sont plus nombreuses à s'adonner au tabagisme, à consommer de l'alcool, à se suicider et à éprouver des problèmes de santé mentale, lesquels sont aggravés par l'éloignement. Ces facteurs pourraient expliquer le fait que le taux de mortalité est deux fois plus élevé chez les filles des milieux ruraux que chez les filles urbaines.

Les questions sont si étroitement liées qu'il est difficile de désenchevêtrer les causes des effets. Ultimement, les circonstances influent les unes sur les autres. Nous devons cultiver la vigilance et approfondir nos connaissances. Avec de tels défis, pas étonnant que les jeunes décident de quitter les milieux ruraux ou se sentent contraints de le faire.

Dans un même temps, de nouvelles recherches et études de cas démontrent que nombre de filles des milieux ruraux transforment les défis en occasions riches en créativité.

Des programmes basésbasées sur le genre renforcentrenforce le pouvoir d'agir, le bien-être et le leadership des filles et des jeunes femmes des milieux ruraux.

Prenez par exemple Girls Night Out, une initiative menée par des bénévoles, à Faro, au Yukon. Dans cette communauté isolée de 400 personnes, toutestoute les filles participent à un programme hebdomadaire qui leur permet de rencontrer des modèles, de participer à des activités culturelles et de parler de sujets importants, comme la santé sexuelle. Les filles construisent un réseau de soutien qui nourrit leur estime de soi et les amène à faire des choix sains, tout en développant leur leadership.

Ces programmes font la différence, mais suffisent-ils?

Il importe d'assurer la pérennité des communautés rurales du Canada, laquelle dépend de la présence des jeunes. La culture rurale comporte de nombreux avantages pour les filles qui y grandissent, mais aussi des difficultés. Dans le but d'assurer aux filles un meilleur avenir, nous devons offrir à celles-ci des ressources et un soutien particuliers, tout en investissant dans le bien-être des communautés rurales, dans leur ensemble.

Au final, les programmes axés sur les filles aident celles-ci à envisager des possibilités autres que celles que véhiculent les normes sociales rigides en place dans leur communauté, ou que la migration vers les villes implique. Ces possibilités incluent un rôle actif dans les efforts pour construire des communautés rurales saines.

L'épanouissement des filles en milieu rural est un indicateur pour toute la société. Le temps est venu de reconnaître la valeur des filles au Canada.

Saman Ahsan est directrice générale de la Fondation filles d'action, un organisme sans but lucratif national qui vise à renforcer le pouvoir d'agir chez les filles. La Fondation a récemment publié une revue de recherche sur les filles et jeunes femmes en milieu rural. Suivez la Fondation filles d'action sur twitter @_GirlsAction.

VOIR AUSSI:

Les meilleurs et les pires pays pour les femmes selon le Forum économique Mondial

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.