LES BLOGUES

La poutine est née au Québec, mais appartient désormais au monde entier

Ne vous inquiétez pas, Québécois. Peu importe comment le plat est apprêté, le monde – la bouche pleine de frites, de sauce brune et de fromage – vous salue.

01/07/2017 15:01 EDT | Actualisé 01/07/2017 15:02 EDT
The Canadian Press Images

«La poutine est victime d'appropriation culturelle, affirme le chercheur québécois Nicolas Fabien-Ouellet dans un article intitulé Poutine Dynamics.

Il dit avoir «remarqué que la poutine est de plus en plus présentée comme un plat canadien, plutôt qu'un plat québécois». Dans son article, il indique que des chefs d'ailleurs soulignent que c'est le plat officiel du Canada. L'auteur ajoute : «C'est un problème, puisque le Québec possède une culture qui lui est propre. C'est une société distincte, une nation.»

Ce billet de blogue vise à démontrer notre position par rapport à la place de la poutine sur la scène mondiale et sur cette idée d'appropriation culturelle.

La nourriture rassemble les gens. Nous partageons des histoires, des expériences personnelles grâce à notre amour de la bouffe. Pour moi, la nourriture est synonyme de partage. Elle rassemble les gens autour d'une expérience de plaisir collectif. Nous nous nourrissons de ces liens.

Au-delà de tout ça, je peux affirmer haut et fort que la bouffe est délicieuse! Et elle est partout. Impossible de s'en priver. Et vous savez quoi? La bouffe adore se mêler, se mélanger. Ça donne des samossas à la tarte aux pommes, des cronuts, de la pizza garnie de kimchi ou encore... de la poutine – avec ses frites, sa sauce brune et son fromage qui fait squick-squick – recouverte de l'ingrédient de votre choix.

La poutine est une invention merveilleuse. Mais comme toute création, une fois qu'elle est présentée au reste du monde, elle n'appartient plus qu'à une seule personne.

À Smoke's Poutinerie, nous voulons maintenir le caractère authentique de la poutine. Peu importe ce qu'on ajoute sur le dessus, la base est toujours la même. Tout ce que nous souhaitons, c'est présenter le plat au reste de la planète avec une fierté toute canadienne. Notre fromage en grains et notre sauce à base de poulet viennent du Québec. Sur la page d'accueil de notre site web, nous donnons le crédit qui revient à la Belle Province, afin que nos clients voient clairement que ce plat a été inventé au Québec.

(Merci encore, Québec! C'est grâce à vous si des millions de personnes se réveillent de nos jours sans avoir la gueule de bois! Et ceux qui sont lendemain de veille vous remercient aussi après avoir avalé leur poutine!)

La poutine est une invention merveilleuse. Mais comme toute création, une fois qu'elle est présentée au reste du monde, elle n'appartient plus qu'à une seule personne. Les Canadiens se sont appropriés la poutine pour en faire un plat national non officiel. Mais la poutine, c'est plus que ça. C'est une célébration de notre culture nationale, depuis la naissance du plat au Québec jusqu'à l'innovation portée par tous les Canadiens qui en font aujourd'hui de nouvelles versions délicieuses.

Nous croyons que nous faisons partie de cette communauté souhaitant faire de la poutine un plat dynamique et délicieux. Avec sa campagne Smoke Around the World, Smoke's Poutinerie a mis de l'avant différentes variétés de poutines, de la poutine barbecue d'inspiration coréenne à la poutine jamaïcaine au poulet jerk. Ces saveurs, et bien d'autres démontrent à quel point nous pouvons démontrer tout l'éventail des cultures qui font vibrer notre pays grâce à ce plat apprécié partout sur le globe.

Amateur de poutine comme moi, le fondateur de la Poutine Week Na'eem Adam l'exprime de brillante façon dans ce texte publié par MTL Blog : «La tradition est bien ancrée, dit-il. Il y a des gens de tous les horizons, de toutes les origines qui se rassemblent. Nous le constatons dans l'assiette. La poutine évolue, mais la base ne change jamais. Elle demeure un hommage au Québec.»

Impossible de sortir le Québec de la poutine, peu importe les différentes versions servies.

C'est encore plus beau qu'une peinture de Justin Trudeau en centaure qui galope dans un champ de frites dorées! Na'eem Adam a bien raison. Impossible de sortir le Québec de la poutine, peu importe les différentes versions servies. La poutine a gagné le palais de gourmands partout sur la planète. C'est donc dire que le plat sera adapté, modifié. Mais ce que les gens aiment par-dessus tout – encore plus que d'ajouter leur ingrédient favori sur leur poutine –, c'est l'authenticité. Rien n'est plus emballant pour celui ou celle qui a goûté à la poutine à Los Angeles ou au Michigan que de traverser la frontière et déguster une poutine traditionnelle au Québec.

Il n'y a donc pas de perdants dans cette histoire. Tout le monde profite de ce plat canadien délicieux qui prend d'assaut la planète bouffe. Les poutinophiles ont beau visiter les festivals et les nouveaux restos pour tester de nouvelles combinaisons, les ventes de poutines classiques ne fléchissent pas (je peux vous le garantir). La riche simplicité de la recette originale fait que d'autres versions peuvent exister sans menace pour l'authentique poutine.

Alors, ne vous inquiétez pas, Québécois. Peu importe comment le plat est apprêté, le monde – la bouche pleine de frites, de sauce brune et de fromage – vous salue.

Ce texte publié sur HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

À LIRE AUSSI

» Premier juillet, jour de fête? (BLOGUE)

» Le Canada, destination tendance de 2017

» Justin Trudeau visite un tipi de protestation à Ottawa