Rosane Doré Lefebvre

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Rosane Doré Lefebvre
 

Les conservateurs et la bonne nouvelle

Publication: 17/04/2012 00:12

Décidément, les conservateurs nous prennent pour des valises quand ils claironnent avoir déposé un budget responsable. Pensent-ils honnêtement que nous avons oublié que le ministre de la Défense reconnaît avoir menti aux Canadiens à propos des avions de chasse F-35, que leur ministre de l'Industrie fait l'objet d'un blâme formel de la Commissaire à l'éthique pour une grossière histoire de conflit d'intérêts et que leurs organisateurs politiques sont sous enquête concernant le scandale des appels frauduleux . En matière de crédibilité et de transparence, M. Harper et son équipe sont sur une pente savonneuse.

Repoussant le manque de respect jusqu'aux limites du cynisme, le gouvernement conservateur a confié à un non-élu la mission de venir défendre ce budget austère et injuste. Il y a en effet quelque chose de surréel à voir le sénateur Claude Carignan, dans son blogue sur le Huffington Post, nous faire la morale, lui qui siège dans une institution que son patron avait juré d'abolir. Et le symbole d'envoyer un non-élu défendre le travail des élus est choquant et préoccupant.

Rappelons que M. Carignan a été nommé au Sénat par Stephen Harper après avoir été battu dans la circonscription de Rivières-des-Milles-Îles aux élections de 2008, un scrutin où moins de 20% des électeurs ont voté pour lui. Le plus sérieusement du monde, le sénateur Carignan a osé affirmer que le massacre à la tronçonneuse de 5,2 milliards $ effectué par son gouvernement se ferait "sans transférer le poids de ces restrictions budgétaires sur le dos des particuliers ou des provinces". Cette interprétation des faits tient du conte de fées.

La vérité est que les gens sont inquiets des conséquences que ce budget aura sur leur vie de tous les jours et sur leur portefeuille. Ils se demandent pourquoi ils devraient travailler deux ans de plus pour avoir accès à la Sécurité de la vieillesse, alors que même le directeur parlementaire du budget affirme - chiffres à l'appui - que le programme est viable sous sa forme actuelle.

Ils se demandent aussi si les provinces auront assez d'argent pour engager suffisamment de médecins pour soigner tout le monde, depuis que les conservateurs ont décidé unilatéralement de sabrer de 31 milliards de dollars les transferts en santé aux provinces. Ils se demandent enfin comment leur province pourra payer les nouvelles prisons qu'exige l'adoption de la loi ultraconservatrice C-10, adoptée malgré les protestations de groupes de victimes que le gouvernement dit vouloir protéger.

Prétendre que les compressions ne se font pas sur le dos des particuliers alors qu'on lui demande de repousser sa retraite, de prendre leur mal en patience quand il a besoin d'un médecin et de casquer pour de nouvelles prisons est ainsi un mensonge éhonté qui est indigne d'un gouvernement.

Nous savions déjà que les conservateurs trempaient depuis des années une idéologie rétrograde et obtuse. Il nous restait à apprendre qu'ils sont particulièrement imperméables au sort des gens d'ici. C'est ce qui est fascinant avec ce gouvernement: il persiste sans sourciller à vouloir nous faire croire que le noir est blanc, qu'un carré est un cercle et que des compressions massives peuvent se faire sans douleur. La vérité est que les contribuables vont recevoir moins de services fédéraux, qu'il y aura des dizaines de milliers d'emplois perdus et que le taux de chômage va augmenter.

L'immortel Victor Hugo disait avec raison «ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons ». Au NPD nous croyons que c'est ce genre de ligne de pensée qu'il faut valoriser. Ce n'est qu'avec ce type de philosophie politique que l'on pourra s'assurer que personne n'est laissé pour compte et que nous troquerons l'obscurantisme pour la transparence et le respect.

 
Suivre Le HuffPost Québec