Rosane Doré Lefebvre

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Rosane Doré Lefebvre
 

Blâmer la victime

Publication: 15/08/2012 09:32

Lorsqu'une crise grave survient au sein d'une communauté, la première chose à faire n'est pas de faire porter le blâme aux victimes: c'est de régler le problème.

Les conservateurs ne semblent pas d'accord avec cette vérité pourtant fondamentale. La semaine dernière, en effet, un juge de la Cour fédérale a critiqué très sévèrement leur attitude pendant la crise du logement qui a sévi l'hiver dernier dans la communauté d'Attawapiskat, au nord de l'Ontario.

Rappelons un peu les faits. Au beau milieu de l'hiver, alors que la température descendait rapidement, plusieurs familles d'Attawapiskat étaient toujours abritées à l'intérieur de logements tout à fait inadéquats, sans chauffage ni eau courante. Plutôt que de régler le problème immédiatement, les conservateurs ont laissé traîner les choses jusqu'au point où la Croix rouge a dû décréter l'état d'urgence dans la communauté. La réponse du gouvernement à ce gênant camouflet a été dévastatrice: ils ont tout bonnement envoyé un fonctionnaire fédéral sur la réserve afin d'en contrôler les finances et de la mettre en tutelle.

C'est tout de même incroyable. Alors que des citoyens gelaient dans des logements inadéquats et demandaient de l'aide, le gouvernement s'inquiétait de gestion comptable!

Outrée à juste titre par cette réponse mesquine, la communauté d'Attawapiskat a traîné le gouvernement en Cour fédérale, qui leur a donné raison il y a quelques jours. Selon le tribunal, la mise en tutelle était «déraisonnable, compte tenu de toutes les circonstances». On peut lire le jugement dans son intégralité ici.

Cette histoire est révélatrice de l'attitude générale du gouvernement Harper envers ceux qui sont démunis ou qui ne pensent pas comme lui. Ce gouvernement sabre le programme d'assurance-emploi, repousse l'âge de la retraite, réduit unilatéralement la contribution fédérale en santé et impose un administrateur à une communauté autochtone en pleine crise.

Ce n'est pas ce à quoi je m'attends d'un gouvernement responsable.

La période estivale achève et bientôt, mes collègues néo-démocrates et moi serons de retour à Ottawa pour rappeler aux conservateurs les responsabilités inhérentes à leur position. Les Canadiens veulent un gouvernement qui travaille dans leur intérêt et qui veille à leur bien-être: nous travaillerons fort chaque jour afin que cela devienne réalité.

 
Suivre Le HuffPost Québec