LES BLOGUES

La nature est bonne pour la santé mentale

02/08/2016 10:26 EDT | Actualisé 02/08/2016 10:26 EDT

Nous sommes en plein été, et nombreux sont ceux qui profitent de la vie en plein air.

Une croyance ancienne cite que l'exposition à la nature, à l'eau et au soleil peut favoriser le processus de rétablissement d'une maladie mentale. Nous pouvons retrouver cette croyance folklorique au fil des époques au sein du corps médical.

Au 19e siècle par exemple, les maladies mentales comme la dépression étaient traitées par une visite estivale à une station thermale appropriée. En Europe, ces villes thermales ont prospéré comme centres de rétablissement «hydrothérapiques».

Traditionnellement, les asiles comme l'Hôpital Douglas à Montréal ont été délibérément construits à la campagne, souvent près de l'eau, sur de vastes terrains pouvant être aménagés en jardins. Cette décision repose également sur une croyance en la puissance curative de la nature et en l'impact néfaste de l'industrialisation sur la santé mentale.

Cette croyance est appuyée par des éléments de preuve. Par exemple, de nombreuses recherches nous montrent qu'un taux plus élevé d'urbanisation entraîne un taux plus élevé de gens souffrant d'une maladie mentale.

En d'autres termes, les gens demeurant dans les centres-villes ont tendance statistiquement à avoir une santé mentale légèrement plus mauvaise que ceux vivant à la campagne.

Ceci peut être expliqué d'une part par un effet de composition, d'où les personnes vulnérables aux maladies mentales sont rassemblées dans les centres-villes, et d'autre part par le contexte urbain qui regroupe la pollution, l'anonymat et le stress.

Nous sommes à présent à l'époque de la psychiatrie biologique, et il est évident que la médecine conventionnelle a tendance à ignorer la nature malgré les preuves qui soutiennent sa qualité curative. Cela est regrettable, étant donné que le contact avec la nature peut promouvoir la santé mentale de trois façons.

Premièrement, se promener ou faire de la randonnée sont des formes d'activité physique. L'exercice libère des endorphines qui améliorent l'humeur et réduisent la douleur. De nos jours, de nombreux systèmes de santé reconnaissent que l'exercice pourrait substituer les antidépresseurs, et certains médecins au Royaume-Uni et aux États-Unis prescrivent l'exercice.

Deuxièmement, l'exposition à la lumière du soleil peut être très importante pour une bonne humeur. Cette lumière libère de la sérotonine qui améliore l'humeur et aide à régulariser le sommeil. Ainsi, se promener dans la nature à la lumière du soleil peut aider à lutter contre les maladies mentales telles que l'anxiété et la dépression.

Troisièmement, les personnes atteintes de maladies mentales graves luttent contre des problèmes de sommeil, de santé physique et d'obésité. L'activité physique dehors et la lumière du soleil peuvent aider à combattre ces difficultés qui peuvent sérieusement nuire à la qualité de vie.

Certains hôpitaux au Québec comme l'Hôpital Douglas ont un programme de zoothérapie et d'hortithérapie. Il manque une étude exhaustive sur les effets de ces interventions thérapeutiques, mais les quelques recherches effectuées indiquent que ces thérapies peuvent réduire l'anxiété, le stress, et la solitude et améliorer le bien-être émotionnel.

Ces interventions peuvent donner aux participants les compétences nécessaires pour trouver un emploi bien rémunéré, ou peuvent devenir des formes de loisir qui donnent un sens et une structure à la vie. D'une manière ou d'une autre, les résultats sont positifs.

Promouvoir le contact avec la nature et les animaux équivaut à promouvoir la santé mentale. En tant que tel, ce contact devrait être encouragé pour tous, et surtout pour les personnes atteintes de maladies mentales.

Ainsi, cet été, maximise ton contact avec la nature. Il est bon pour ta santé mentale.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Une semaine sans stress

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter