LES BLOGUES

Vaticanum: le Vatican vaut bien l'enlèvement d'un pape

13/05/2017 09:16 EDT | Actualisé 13/05/2017 09:16 EDT

La prophétie des papes de saint Malachie! On peut dire qu'elle en a fait couler de l'encre cette révélation de l'évêque irlandais. Depuis sa découverte en 1590 par le moine bénédiction Arnold Wion, la fameuse nomenclature des derniers papes déchaine les passions et alimente les phantasmes et les peurs les plus enfouies autant des catholiques que des conspirationnistes, tout comme le 3e secret de Fatima et les visions de Pie X. Trois révélations apocalyptiques qui deviennent sous la plume de JR Dos Santos un théâtre parfait pour un palpitant thriller historico ésotérique qui pige allégrement autant du côté de la mythologie chrétienne, que de l'histoire actuelle du Vatican et de notre fascination conspirationniste. À l'occasion de la sortie de Vaticanum, son tout nouveau roman nous avons rencontré José Rodriguez Dos Santos. Discussion autour d'un complot sur fond de fin du monde.

2017-05-08-1494283169-16447-vaticanum.jpg

Rome, aujourd'hui, Sa Sainteté le pape disparait, kidnappé malgré l'imposant dispositif de sécurité qui l'entoure. Qui a intérêt à faire disparaitre le successeur de Saint Pierre? L'État islamiste, qui en a fait une de ses priorités, la mafia qui a des liens très proches avec le haut clergé, pensons au Parrain III de Coppola, ou des membres influents de la Curie romaine qui craignent que le Saint-Père décide de nettoyer une fois pour toutes cette véritable écurie d'Augias qu'on nomme Vatican. Mais une chance pour l'évêque de Rome, l'historien Tomàs Noronha, sur place pour dresser l'inventaire des inscriptions de la nécropole située sous la basilique Saint-Pierre du Vatican, abandonne ses travaux pour se lancer à sa recherche. Une course contre la montre pour éviter une guerre interreligieuse mondiale.

Si les premiers chapitres peuvent avoir, de prime abord, un parfum de Furie Divine son précédent roman en français, l'impression de déjà-vu disparait au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans cette lecture hypnotisante. «C'est à cause de la présence de l'État islamiste, même si dans Furie Divine c'était Al-Qaïda. Mais l'organisation ici n'est qu'une exécutante, elle brouille les pistes, c'est un trompe-l'oeil» explique le présentateur vedette du journal télévisé de 20h00 de la RTP, surpris de mon observation. «Si vous voyez cette ressemblance, c'est que les traductions françaises n'ont pas suivies l'ordre des publications portugaises.» L'éditeur français a choisi de publier les romans sans tenir compte de la chronologie originale. «Je conçois que vous puissiez faire ce rapprochement, mais comme le roman date de 2009 personne ne l'a fait au Portugal.»

2017-05-08-1494283239-578734-furiedivine.jpg

De toute façon, comme le souligne si bien le grand reporter, Vaticanum n'est pas tant un roman sur l'islam intégriste qu'un roman sur la cité papale et son implication dans des affaires douteuses. Un fabuleux prétexte pour nous guider sur les sentiers obscurs empruntés par la capitale du catholicisme depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Des révélations qui peuvent surprendre et choquer ceux qui ne sont pas au faîte de l'actualité vaticanesque, qui n'habitent pas en Italie ou qui ne parlent pas la langue de Dante. «J'ai la chance de parler italien, j'ai donc pu consulter des livres qui n'ont jamais été traduits, des rapports des entreprises qui ont étudié les finances du Vatican» et rencontrer, comme à son habitude, des observateurs spécialisés qui connaissent ces sujets. «Mon éditeur portugais est catholique, un jour qu'il déjeunait avec un prêtre du Vatican, il a parlé de mon roman. À un moment donné, le prêtre lui a répondu que mes propos n'étaient que 10% de ce qui s'y passait», précise l'auteur qui comme dans ses autres romans a tissé une toile rigoureuse, presque indestructible, d'informations politiques, culturelles, historiques, artistiques, économiques et scientifiques scrupuleusement vérifiées à la loupe, à la différence d'un Dan Brown, avant d'y intégrer son héros.

Un arrière-plan fascinant, qui devient même plus intéressant que son palpitant thriller, qu'il distille avec nuance sans jamais ne verser dans l'esbroufe et la surenchère, sans jamais ne sacrifier le rythme haletant son intrigue.

Un arrière-plan fascinant, qui devient même plus intéressant que son palpitant thriller, qu'il distille avec nuance sans jamais ne verser dans l'esbroufe et la surenchère, sans jamais ne sacrifier le rythme haletant son intrigue. «Le journalisme m'a appris à raconter une histoire de façon concise et dynamique, à donner l'information tout en y aménagement des moments de «tensions» pour garder l'attention, à trouver les métaphores qui vont transformer les concepts les plus complexes, comme ceux abordés dans la Formule de Dieu, en notions simples et compréhensibles pour tous. Mais pour ce qui est du parfait dosage entre fiction et information, je ne peux pas vous le dire, parce que je ne le sais pas vraiment. Tout simplement parce qu'aucun lecteur n'a les mêmes intérêts. Certains, comme vous, adorent le côté informationnel de mes histoires alors que d'autres au contraire préfèrent l'aspect fictionnel.

2017-05-08-1494283293-2209265-laformulededieu.jpg

Mais que ce soit l'information ou la fiction, il reste que Dos Santos est un fabuleux «page tuner» qui comme les feuilletonistes du XIXe siècle, sait nous garder sur le bout de nos chaises, avec ses rebondissements, ses coups de théâtre et ses vérités cachées disséminées tout au long de ses chapitres et Vaticanum ne dérogent pas à ses habitudes.

Que demandez de plus, apprendre tout en lisant un excellent thriller. Après tout, si Paris valait bien une messe, le Vatican, lui, vaut bien un enlèvement.

Si vous arpentez les rues de Rosemont et du Plateau, vous avez sans doute remarqué la présence de plusieurs panneaux présentant des extraits de bandes dessinées. Vous n'avez pas eu la berlue puisque deux expositions sur la bande dessinée québécoise envahissent certains arrondissements montréalais pour une partie de l'été. Jusqu'au 26 octobre, les parcs Baldwin, Molson et de la Petite-Italie proposent, en collaboration avec l'excellente revue Planches, Rues de Montréal une exposition consacrée aux rues de Montréal et à leurs représentations en bd. L'Avenue du Mont-Royal, quant à elle, accueille jusqu'au 11 juin, Identité BD, organisée par le Festival bd de Montréal, qui célèbre la diversité de notre 9e art. Deux excellents prétextes pour faire de belles balades en amoureux... ou en solitaire.

JR Dos Santos, Vaticanum, HC éditions.

LIRE AUSSI:

» Les gueules rouges : un Indien dans la mine

» Undertaker: Le croque-mort et le psychopathe

» Katanga: Les diamants de l'indépendance


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter