LES BLOGUES

La vérité est ailleurs

10/05/2014 09:18 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

La théorie du complot est séduisante, elle permet de tout expliquer, même l'inexplicable, de tout relier, même les éléments les plus disparates, selon une structure qui quelques fois défie la logique.

On en a fait du chemin depuis l'abbé Barruel et ses accusations contre les francs-maçons artisans de la guerre d'indépendance américaine et de la Révolution française. De la Révolution française au 11 septembre 2001, de la défaire référendaire à la récente élection du parti libéral, la conspiration à bonne presse, elle est partout et revêt les habits les plus divers que ce soit ceux des Illuminati, du groupe Bildenberg, de la Rose-Croix, des Skull and Bones, des communistes, de la juiverie internationale ou encore des extra-terrestres (qu'ils soient de grands gris ou des reptiliens). Loin de moi l'envie de faire mon petit Pierre André Taguieff, spécialiste français des théories du complot, et d'analyser en profondeur toute ces constructions mentales, mais il faut reconnaître que le conspirationnisme est un moteur fabuleux pour écrire une histoire.

Il était une fois une histoire... qui pourrait être vraie.

Et si la crise de 1929 avait été planifiée

Munich 1928, Ulrich Schoeller est un jeune diplômé en économie de la Ludwig-Maximilians-Universität. Rapidement il attire l'attention des dirigeants d'un jeune parti politique qui à le vent en poupe ; le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Lors d'une réception dans le domaine privé du leader du parti, le jeune homme est séduit par le plan machiavélique de l'intelligentsia nazie ; intoxiquer l'économie américaine pour amener l'Oncle Sam à retirer les sommes qu'il consacre à la reconstruction de l'Allemagne ravagée par la Première Guerre mondiale. Ce retrait, selon les penseurs du parti, devrait accélérer l'effondrement économique de l'Allemagne et la plonger dans le chaos. Des conditions parfaites pour que le parti, qui prône la loi et l'ordre, s'impose pour l'électorat apeuré comme la seule alternative véritable face au tsunami qui guette le pays de Goethe. Le jeune économiste est envoyé à New York pour mettre en place le plan nazi.

2014-05-05-complot.jpg


Fabuleuse illustration de la théorie du complot, ce premier tome de cette nouvelle série signée Gihef, Alcante et Brahy est à lire. Même si le dessin de Brahy est dynamique, il faut admettre que l'intérêt de Complot réside dans l'efficacité d'un scénario qui exploite à merveille les coulisses mal éclairées, remplies de squelettes, de non-dits et de demi-vérités de l'histoire officielle et occulte. Gihef nous guide avec une aisance déconcertante dans les méandres de ce complot et sème au fil des pages des indices sur la véritable cible d'un plan qu'il sait adroitement nous cacher jusqu'à la fin.

Une fois la dernière page tournée, reste toujours ce petit doute, cette possible et plausible autre version de l'histoire, celle qu'on nous cache... Dès lors, les auteurs ont gagné et donnent à leur intrigue le soupçon de doute envers l'histoire officielle nécessaire toute bonne conspiration. Et si c'était vrai... une belle lecture!

Le complot contre les templiers

Parlant complot, n'oublions pas la fabuleuse épopée des Templiers, victimes légendaires d'une sombre machination signée Philippe Le Bel, roi de France, Guillaume de Nogaret conseiller du roi et dans un degré moindre et malgré lui le pape Clément V. Une déchéance tragique pour cet ordre religieux et militaire qui pendant des décennies avait protégé les pérégrinations en Terre sainte des pèlerins. C'est toute cette dramatique fin qui est au cœur du fabuleux diptyque Les Templiers de Jordan Mechner, Leuvey Pham et Alex Puvilland.

Épuisé financièrement par sa guerre en Flandre et son conflit avec la papauté, Philippe le Bel a besoin d'argent. Après avoir expulsé les juifs de son royaume et confisqué au passage leurs biens, il décide de s'attaquer aux Templiers, détenteurs d'un soi-disant trésor incommensurable. Avec l'aide de son conseilleur Nogaret il met en place une opération secrète pour annihiler l'ordre et s'accaparer de ses richesses. Malheureusement pour les conspirateurs, Martin un templier qui a réussi à s'échapper des cachots royaux, rassemble quelques anciens compagnons d'armes en cavale pour empêcher le roi d'arriver à ses fins. Commence alors une chasse au trésor digne des aventures de Benjamin Gates le héros des deux volets de Trésor National.

Écrit par Jordan Mechner scénariste et concepteur de jeux vidéos et de films dont le célèbre Prince de Perse, les Sables du temps, ce premier tome des Templiers est un fabuleux récit d'aventures tout en rythme et en rebondissements qui respecte avec intelligence les règles du genre.

Mais au-delà de cette sympathique aventure à la Indiana Jones, le théâtre que met l'auteur en place est à la fois fascinant et enrichissant. Les éléments qu'il avance - les efforts de Philippe le Bel et de Nogaret pour faire main-base sur les possessions templières, leurs tractations avec les autorités ecclésiastiques françaises pour neutraliser la commission d'enquête papale et l'orchestration d'une campagne populaire de dénigrement envers les templiers - sont stimulants pour le lecteur et ouvrent la porte à plusieurs réflexions aussi intéressantes que le complot lui-même.

2014-05-05-lestempliers.jpg


De l'action et des éléments historiques évocateurs qui titillent l'imagination, des héros sympathiques, des méchants plus grands que nature, tout est là! Que demandez de plus? Quelques reptiliens et un ou deux illuminati peut-être, mais on ne peut quand même pas demander l'impossible.

Gihef, Alcante, Brahy, Complot, le Krach de 1929, Glénat.

Mechner, Pham, Puvilland, Templiers, tome 1 La chute, Akileos.

VOIR AUSSI SUR LE HUFF POST

Les précédentes chroniques de Robert Laplante


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?