LES BLOGUES

Dépenses et endettement publics: viser les bonnes cibles

03/02/2014 12:33 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

En cette période qui précède le dépôt du budget à Québec, nous assistons à une grande effervescence de la part de ceux pour qui il y aura toujours trop de services publics et une administration publique trop importante. Or, la vérité est que d'une part, les services publics permettent aux Québécois d'avoir un niveau de vie enviable et que d'autre part, le privé est responsable d'une part non négligeable du gonflement des dépenses publiques.

Le SPGQ a participé, de 2012 à 2013, aux travaux d'un comité gouvernemental de haut niveau sur la sous-traitance. Dans le cadre de ces travaux, le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) nous a ouvert les livres de la sous-traitance gouvernementale. Le but était de trouver des solutions pour réduire les coûts et la dépendance envers la sous-traitance. Le SCT nous avait dit que les données seraient éventuellement rendues publiques.

Le 18 décembre dernier, le SCT a publié, très discrètement, un document intitulé Statistiques sur les contrats des organismes publics du réseau de l'Administration gouvernementale 2012-2013. Ce document présente les activités en gestion contractuelle des ministères et organismes (MO) gouvernementaux. On y présente le nombre et la valeur de l'ensemble des contrats estimés à 25 000 $ ou plus conclus par les MO, excluant les contrats accordés par les établissements du réseau de la santé et des services sociaux et celui de l'éducation. Le document regroupe les données produites et publiées sur le Système électronique d'appel d'offres (SEAO) selon chacun des MO visés pour l'année 2012‑2013 et synthétise l'information en différents tableaux et figures.

Les contrats de services en technologie de l'information (TI) sont passés de 578 M$ en 2009-2010 à 675 M$ en 2010-2011, à 459 M$ en 2011-2012 (?), puis à 779M$ en 2012-2013... C'est beaucoup...trop.

Pendant ce temps, les contrats de services d'architecture et d'ingénierie en TI sont passés de 503 M$ en 2009-2010 à 322 M$ en 2012-2013, ce qui est beaucoup... mieux.

Dans un autre domaine, celui des contrats de services de soutien professionnel et administratif et de services de soutien à la gestion, les coûts sont passés de 67 M$ en 2009-2010 à 126 M$ en 2012-2013.

Bref, nous avons assisté à un accroissement très significatif de la valeur des contrats de services dans les TI, avec une forte augmentation des contrats de services de soutien professionnel et administratif, ainsi que de services de soutien à la gestion.

On constate, en examinant les chiffres du document du SCT, que le ministère des Transports du Québec (MTQ) et le Centre des services partagés (CSPQ) totalisent, à eux seuls, plus d'un milliard de dollars en contrats de services en 2012-2013. Le MTQ a diminué ces coûts d'environ 100 M$ en quatre ans, alors que le CSPQ les a, pour sa part, augmentés d'environ 100 M$ en quatre ans.

En conclusion, la lutte à la sous-traitance gouvernementale doit demeurer une priorité et viser une baisse rapide et réaliste, comme dans le cas des contrats de services d'architecture et d'ingénierie. Voilà des mesures concrètes et efficaces qui devraient inspirer le président du Conseil du trésor, monsieur Stéphane Bédard.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?