LES BLOGUES

Être Juif, à Noël, en plein débat sur la Charte des valeurs

21/12/2013 09:31 EST | Actualisé 20/02/2014 05:12 EST

Je vais droit au but : ma famille immédiate et moi ne célèbrerons pas Noël. Voilà, c'est dit.

Oui, Noël est une fête chrétienne

Selon les étymologues, le mot Noël serait issu du latin natalis (relatif à la naissance, natal (de Jésus, s'entend)). La référence à la naissance du Christ est aussi évidente en espagnol (Navidad). En anglais, Noël se dit Christmas, qui vient évidemment de Christ et Mass (messe).

La fête de Noël marque donc la naissance d'un homme considéré par les chrétiens comme le Messie et le Fils de Dieu.

Cette connotation religieuse de la fête de Noël est partagée par une majorité de Québécois, amenant le sociologue Reginald Bibby à affirmer qu' «il continue à avoir un catholicisme latent au Québec».

La même enquête d'opinion montre aussi que 87% des Québécois trouvent que Noël est célébré de façon trop commerciale, indiquant que les Québécois sont d'avis que Noël est plus qu'une orgie de dépenses dans les centres commerciaux pour acheter la dernière bébelle électronique à son beau-frère ou à sa cousine.

Juif à Noël

Je ne célèbre pas Noël parce que je ne crois pas que Jésus était le Messie annoncé par les prophètes juifs. Je ne crois pas qu'il était Dieu ni le fils de Dieu. En d'autres mots, les préceptes de ma foi sont diamétralement opposés à ceux du christianisme.

Autant un catholique ne fêterait pas Rosh Hashana ou Hanouccah, ou encore l'Aïd el-Fitr, il n'y a aucune raison pour quelqu'un de confession juive de célébrer l'une des principales fêtes du christianisme.

Cela ne veut pas dire pour autant que je n'aime pas cette saison.

Les journées étant trop courtes et les nuits trop longues, voir toutes les lumières de Noël dans les arbres, sur les maisons, dans les commerces ne peut qu'aider à endurer l'obscurité hivernale.

La bonne humeur des gens qui fêtent entre amis et en famille pendant presque tout le mois de décembre, ces «Joyeux Noël» souhaités à de parfaits inconnus, cette musique qui fait de nous tous de petits enfants - peu importe nos croyances ou notre incroyance - bref, tout ce qui entoure Noël rend plus heureux.

Je peux ne pas fêter Noël et prendre plaisir à ce qu'il apporte à mes proches de religion différente.

Noël et la Charte des valeurs québécoises

Noël est aussi une fête québécoise, parce que la religion catholique a profondément influencé l'histoire, la culture et la personnalité québécoises.

Il n'y a que les gens de mauvaise foi qui peuvent vouloir nier cela.

Mais le Québec n'a jamais été que catholique.

Oui, la culture majoritaire canadienne-française (francophone et catholique) forme la base de la culture publique commune du Québec.

Mais le Québec a toujours, aussi, réussi à laisser ses minorités s'épanouir, à garder certaines particularités tout en s'exprimant dans un cadre marqué par une histoire distincte et originale.

Comme je l'ai déjà affirmé, le projet de Charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois ramène l'identité québécoise à son identité canadienne-française. C'est un immense pas en arrière.

Il faut aussi être de mauvaise foi pour dire - ou laisser entendre - que le Québec n'a été historiquement que catholique.

L'histoire du Québec est en grande partie catholique. Mais elle n'est pas que catholique.

Et si le Québec d'aujourd'hui est en grande partie catholique - du moins culturellement -, il n'est pas que catholique.

Alors, le Juif que je suis souhaite à tous les Québécois qui marquent Noël un joyeux Noël.

Qu'il soit rempli d'amour, de lumière et de bonheur.

Et que la nouvelle année nous amène vers un Québec fidèle à son histoire et à sa personnalité, respectueux de son pluralisme et confiant dans l'avenir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.