Reynaldo Marquez

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Reynaldo Marquez
 

7 trucs pour économiser en 2013

Publication: 30/01/2013 08:35

Alors que les ménages québécois sont aussi endettés qu'il y a 10 ans, il y a lieu de s'interroger: où va notre argent? Colmater les fuites dans notre portefeuille pourrait nous rapporter gros en 2013.

Fuite n° 1: le café
Un café coûte en moyenne 2$ chez Starbucks, Van Houtte et compagnie. Acheter un seul café par jour en vous rendant au travail vous coûtera 10 $ par semaine, soit 40 $ par mois. Au bout d'un an, pas moins de 500 $ se seront ainsi évaporés de votre portefeuille. C'est sans compter les cafés au lait à 4 $ chacun.

Fuite n° 2: le journal
Se tenir informé a un prix. Un journal se détaille à 1 $ en kiosque. Acheter votre quotidien préféré du lundi au vendredi génère des frais de 5 $ par semaine, soit 20 $ par mois. Un petit scoop pour vous: il en coûtera 260 $ par année pour être au fait de l'actualité, et ce, sans compter la grosse édition du weekend.

Fuite n° 3: les cigarettes
Votre résolution d'arrêter de fumer ne tient déjà plus? Pensez-y à deux fois. Griller un paquet de 25 cigarettes à 8 $ par jour finira par vous coûter 56 $ par semaine. Après un an, la coquette somme de 2 912 $ se sera envolée en fumée.

Fuite n° 4: les guichets automatiques
Des frais de 2 $ vous sont facturés chaque fois que vous retirez des billets du guichet d'une institution financière concurrente. À raison d'un retrait par semaine, 104 $ disparaîtront de vos épargnes au bout d'un an.

Fuite n° 5: les forfaits mobile
Certaines compagnies offrent des forfaits pour téléphones mobiles à 35 $ par mois pour 200 minutes de communication. Elles facturent ensuite 0,30 $ la minute additionnelle. Dépasser les minutes incluses dans votre forfait pourrait donc faire grimper la facture.

Fuite n° 6: luncher sur le pouce
Acheter un sandwich sur le pouce à 5 $, tous les jours de la semaine, vous appauvrira de 1300 $ à la fin de l'année. De plus, il y a fort à parier que vous aurez encore un petit creux après l'avoir englouti, ce qui vous occasionnera encore d'autres dépenses pour le combler.

Fuite n° 7: les 5 à 7
Les 5 à 7 du vendredi soir vous sont indispensables? Même si la consommation de deux pintes de bière peut vous coûter aussi peu que 12 $ dans certains bars, ce sont 624 $ de votre travail que vous aurez bu d'une traite en un an.

Les fuites d'argent sont des dépenses on ne peut plus sournoises. Si on ne les remarque pas au quotidien, elles s'accumulent néanmoins. Or, des gestes simples tels qu'apporter son café ou son lunch au travail, cesser de fumer, lire ses journaux en ligne ou réévaluer ses besoins en matière de téléphonie cellulaire pourraient vous faire économiser des centaines, voire des milliers de dollars chaque année.

Loading Slideshow...
  • 1. LA DETTE DES MÉNAGES

    La dette des ménages canadiens a atteint au nouveau sommet au troisième trimestre, incitant le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, à sonner l'alarme contre le plus grand risque interne à l'économie. Les Canadiens doivent près de 1,51 $ pour chaque dollar qu'ils gagnent, soit davantage que les Américains.

  • 2. LA PIÈGE DE LA CONSOMMATION

    Malgré leur endettement, les Canadiens continuent de consommer... avec de l'argent emprunté. Et ce, notamment parce que les taux d'intérêt sont bas, l'emploi demeure stable et que les Canadiens ne sentent pas la soupe chaude. Une arme à double tranchant, puisque la consommation soutient néanmoins l'économie. (FREDERIC J. BROWN/AFP/Getty Images)

  • 3. LES PROBLÈMES DE LA ZONE EURO

    Quand la Banque TD a revu ses prévisions de croissance à la baisse, elle a mis en cause les difficultés de la zone monétaire européenne comme l'un des principales raisons. Presque toute l'Europe devrait entrer en récession pour le première moitié de l'année. Le Canada devrait subir les contrecoups avec la baisse de la demande pour ses matières premières et ses produits d'exportation. Le marché de l'emploi devrait aussi en souffrir. (ERIC FEFERBERG/AFP/Getty Images)

  • 4. L'ESSOUFFLEMENT DE LA CHINE

    Les signes de ralentissement en Chine se multiplient, en raison des dettes des gouvernements locaux, de l'essoufflement de la production industrielle, de même que le marché immobilier. Ce ne sera pas la catastrophe, mais quand la Chine, devenue deuxième puissance industrielle, a le rhume, c'est tout l'Occident qui éternue. (Aaron tam/AFP/Getty Images)

  • 5. L'ACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS

    Le fossé entre riches et pauvres se creuse au pays, et les analystes préviennent que la stagnation des revenus des ménages fera mal à l'économie. Même si l'écart n'est pas aussi grand qu'aux États-Unis, le pouvoir d'achat des Canadiens s'en trouve diminué. (ADRIAN DENNIS/AFP/Getty Images)

 

Suivre Reynaldo Marquez sur Twitter: www.twitter.com/Immigrer_ici

Suivre Le HuffPost Québec