René Villemure

RECEVEZ LES NOUVELLES DE René Villemure
 

Devenir beau

Publication: 13/04/2012 06:31

Trouve-t-on une personne belle parce qu'on l'aime ou l'aime-t-on parce qu'on la trouve belle? Question fondamentale, n'est-ce pas?

Voltaire disait que, pour le crapaud, le beau, c'était sa crapaude avec ses gros yeux ronds et sa petite gueule plate... D'autres penseurs avançaient que la même réflexion pouvait être appliquée aux fleurs pour qui la beauté n'avait d'autre fonction que celle d'attirer les butineurs. Selon ces mêmes penseurs, la fleur ne serait « belle » sans le savoir qu'afin de plaire aux bourdons.

Plaire aux bourdons...

Bien que les critères soient fuyants et aient changé au fil du temps, la beauté a toujours été au centre de la vie sociale. Elle a toujours servi d'élément déclencheur dans les relations, tant personnelles que professionnelles. On dit qu'on aime plus facilement une « belle » personne. Comme les papillons cherchent la lumière, on cherche tous la beauté. C'est viscéral. Certains cherchent la beauté physique, d'autres, la beauté de l'âme ou celle du cœur. Les critères de la beauté de chacun ne se discutent pas. Au final, on cherche ce qui nous attire parce que la beauté, c'est simplement ce qui plaît. Même si la beauté est disponible en plusieurs variantes, en matière de sexualité ce n'est pas la beauté de l'âme ou celle du cœur qui nous attire. C'est la beauté physique, celle de la chair. San Antonio, dans sa très grande sagesse, l'avait bien dit : « on cherche tous l'amour cœur, idéalement, mais il faut absolument trouver l'amour cul »... Difficile de mieux dire pour faire le lien entre la beauté et la sexualité. La première mène au second et le chemin de l'un à l'autre est celui du désir. Celui-ci est le fondement de la séduction, il est le lien essentiel entre l'idée et la chose, entre la pensée et l'action, entre la tête et le corps.

Levons la tête.

Le mot désir vient du latin desiderare, qui contient dans son étymologie le « de », privatif qui indique l'absence, puis les termes « sidéral » ou « sidéré » qui nous font glisser vers le mot stellaire puis, enfin, étoile. L'étoile. Au sens strict la personne désirante est celle qui est « privée d'étoile ». Tout désir est, avant tout, un désir d'étoiles. Celles dans le ciel ou celles dans les yeux de la personne que nous convoitons. Par le désir, nous espérons attraper ces étoiles, les faire nôtres, les faire jaillir et les multiplier. Le désir d'étoiles est celui de briller dans les yeux de quelqu'un et de faire briller ses yeux. Les étoiles sont des points qui brillent dans la nuit. La nuit et l'amour météore.

Baissons les yeux.

Dans le rêve d'étoiles réside toujours notre espoir de cesser de contempler ces astres et de toucher leur chaleur. On désire toujours ce qui nous manque. C'est la tristesse du désir. C'est pourquoi on entend combler ce manque. L'arrivée de la beauté nous permet d'envisager de cristalliser cet espoir et de faire cesser le manque d'étoiles. Que la beauté soit celle du cœur, celle de l'âme ou, plus simplement, celle de la chair. Tous, nous voulons être propulsés vers les étoiles afin de toucher la beauté et, par association, devenir beau.

 

Suivre René Villemure sur Twitter: www.twitter.com/renevillemure