LES BLOGUES

Sisyphe, c'est l'heure de mourir!

29/10/2014 11:29 EDT | Actualisé 29/12/2014 05:12 EST

Rester jeune, vivre éternellement, voilà un fantasme puissant qui hante l'être humain depuis longtemps. Autrefois, ce désir trouvait son expression dans les contes et légendes, mais aujourd'hui, avec le développement de la science, la fontaine de jouvence devient une source à laquelle l'être humain peut s'abreuver à petites doses.

Une foule de moyens s'offrent dorénavant à nous. Une diététiste peut nous conseiller les sept aliments anti-âge afin de mener une guerre féroce aux radicaux libres, et un médecin nous prescrire un cocktail de suppléments hormonaux dans le but de repousser les effets dévastateurs de la ménopause ou de l'andropause.

Mais lorsque prévenir les signes du vieillissement ne suffit plus, il faut les faire disparaître. La chirurgie esthétique est là pour couper court à cette invasion : une injection de collagène contre nos rides, une liposuccion pour faire fondre le gras en trop et un facelift lorsque la loi de la gravitation décide d'être intraitable!

Et si la mécanique se détraque, il faut passer aux choses sérieuses. Remplacement de la hanche, pontage, transplantation d'un rein, chirurgie cardiaque. Même sur notre lit de mort, il se peut que le système de santé décide qu'il n'en a pas fini avec nous en pratiquant une forme quelconque d'acharnement thérapeutique...

Le mythe de Sisyphe

Le fait de vieillir et de mourir serait-il devenu à ce point anormal et inacceptable? Prolonger l'existence d'un être humain à tout prix ne devient-il pas dérisoire ou absurde lorsque la qualité de vie n'y est plus? Le mythe de Sisyphe tente de nous donner une leçon de vie à ce sujet. Vous le savez, ce dernier a été condamné à rouler jour après jour une immense pierre vers le sommet d'une colline. À peine arrivé au but, voilà que sa roche dégringole la pente. Mais qu'est-ce qu'il a fait pour mériter une peine aussi cruelle et surtout si inhumaine? Laissez-moi vous raconter.

Sisyphe, fondateur de la Cité de Corinthe, fait un jour la rencontre du dieu-fleuve Asopos. Ce dernier, chagriné, est à la recherche de sa fille Égine. Sisyphe le rusé, sachant que c'est Zeus qui l'a enlevée, propose un pacte au dieu-fleuve : je te dis où est ta fille et toi, tu t'engages à faire passer un fleuve dans ma cité qui a désespérément besoin d'eau. Marché conclu! Un fleuve surgit aussitôt dans la Cité de Corinthe et Asopos va chercher sa fille dans les bras de Zeus.

Apprenant cette trahison et voulant se venger, le roi de l'Olympe demande à Tanatos, le dieu de la mort, d'aller cueillir le roi de Corinthe pour le mener chez Hadès, le dieu des enfers. L'astucieux Sisyphe voit venir le coup et tend un piège à Tanatos lorsque ce dernier se présente à son palais. Les conséquences seront désastreuses. À partir du moment où Tanatos est fait prisonnier, les êtres humains cessent tout à coup de mourir. Arès, le dieu de la guerre, vient d'ailleurs s'en plaindre auprès de Zeus. Les hommes combattent, s'infligent de terribles blessures, mais continuent à vivre! Et que dire d'Hadès! Plus personne ne se présente dans les Enfers. Sans clients, son commerce se dirige tout droit vers la faillite! Ainsi, à cause de Sisyphe, le monde est sens dessus dessous.

Zeus, devant un pareil chaos, décide de prendre les choses en main. Après avoir libéré Tanatos, il attrape Sisyphe par le collet et l'amène dans les Enfers en lui disant ceci : Pour qui te prends-tu? Tu n'as pas compris que tu n'étais qu'un être humain, un pauvre mortel? Vous, les éphémères, naissez, vivez l'espace d'un instant et mourez. Voilà votre lot à tous. Parce que tu as voulu t'élever au niveau des dieux en tentant de déjouer les lois qui régissent le Cosmos, ta punition sera à l'image de ta faute. Tu ne veux pas mourir, alors je te condamne pour l'éternité à rouler cette immense pierre vers le sommet de cette montagne. Dorénavant, tu prendras les apparences d'un immortel, mais ta vie tournera à vide et sera absurde!

Nier l'évidence

Quelles leçons pouvons-nous tirer de ce vieux mythe? Les astuces qu'utilise Sisyphe pour emprisonner Tanatos, neutraliser la mort, ne sont-elles pas à l'image de notre utilisation de la science et des différentes techniques pour rester jeunes, pour cacher les signes de la vieillesse et repousser l'échéance ultime? En fait, ce mythe nous parle du grand problème auquel est confronté l'être humain et qui cause chez lui peur et angoisse : la mort. Contrairement aux autres animaux, l'homme est tout à fait conscient qu'il va mourir. Pourtant, n'osant affronter cette réalité en face, il utilise tous les moyens pour la nier, l'oublier, faire comme si elle n'existait pas en se réfugiant dans des croyances religieuses et des idéologies puériles ou encore dans des activités futiles qui tournent à vide. Tout ça pour oublier qu'il n'est qu'un simple mortel.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Fin de vie: ce qu'autorisent les pays européens

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter