LES BLOGUES

Et l'environnement dans tout ça?

02/06/2012 10:23 EDT | Actualisé 02/08/2012 05:12 EDT
CP

Alors que le Québec bat au rythme des casseroles et de tous les très très petits « maires Gendron » de la province qui leur font la chasse, c'est le party à Ottawa pour Stephen Harper et sa gang.

Avec le projet de loi C-38, les Conservateurs se préparent en effet à imposer un saccage systématique, organisé, concerté de la nature canadienne à tous les niveaux, en détruisant une à une les barrières règlementaires à l'exploitation sauvage et industrielle du pays. « Avec le projet de loi C 38, les conservateurs de Harper minent la démocratie en cherchant à faire adopter en catimini des mesures destructrices et régressives sous prétexte de faire adopter un projet de loi d'exécution budgétaire », a dénoncé ma consœur, la chef des verts et députée de Saanich--Gulf Islands, Elizabeth May.

Cette dérèglementation environnementale massive aura pour effet de laisser les mains libres aux entreprises, souvent multinationales, qui salivent déjà à l'idée d'exploiter librement et sans entrave les ressources naturelles canadiennes, sans se soucier des conséquences sur le moyen et le long terme. Il s'agit d'une reddition sans condition de notre souveraineté nationale aux capitaux étrangers, plus affairés à cumuler des profits gargantuesques qu'à s'assurer du bien-être des citoyens canadiens. Quant aux conservateurs, on se doute bien que nombre d'emplois grassement rémunérés pour services rendus les attendront à la sortie de leur mandat électoral. Bref, les marchés assoiffés de pétrole n'attendront pas.

C'est pourquoi le Parti vert du Canada a lancé une pétition nationale et a déjà récolté plus de 20 000 signatures en quelques jours et demandant au gouvernement Harper d'abandonner le projet de loi C 38 pour le remplacer par une loi qui traite uniquement de questions budgétaires; les autres modifications pourront être traitées séparément, dans le cadre d'autres projets de loi.

Le texte demande également au gouvernement fédéral de s'engager à ce que toute mesure législative éventuelle traitant de l'environnement fasse l'objet d'un examen approfondi et d'un débat sur le fond devant les comités compétents; il devra également s'abstenir de recourir à l'attribution de temps.

La pétition est accessible en ligne au http://www.partivert.ca/fr/c-38/petition