Pierre Martin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pierre Martin
 

Les républicains gagneront-ils en limitant l'accès au vote?

Publication: 22/08/2012 14:37

Les républicains qui pourraient vaincre Obama ne sont pas nécessairement ceux qu'on pense. Si Mitt Romney l'emporte par le même genre de marge que George W. Bush en 2000, il devra probablement sa victoire aux législateurs d'États républicains qui s'affairent depuis quelques mois à mettre des bâtons dans les roues de groupes d'électeurs traditionnellement démocrates.

À la veille des conventions nationales qui marqueront le début de la « vraie » campagne, les sondages donnent une courte avance à Barack Obama. Le 6 novembre prochain, le vote devrait être serré et on pourrait rester debout tard dans la nuit pour attendre le décompte final des voix dans une dizaine d'États du « champ de bataille », où le gagnant pourrait l'emporter par des marges de quelques milliers, voire quelques centaines de votes. On répétera alors à satiété le vieil adage selon lequel « chaque vote compte ». Malheureusement, s'il n'en tenait qu'aux législateurs et aux gouverneurs républicains de plusieurs États du « champ de bataille », plusieurs milliers de votes ne seront pas comptés, car des milliers de citoyens n'auront pas pu s'inscrire sur les listes électorales ou ne pourront pas exercer leur droit de vote.

Le refrain commence à être connu : ceux qui risquent de porter les coups les plus durs à Barack Obama en cette année électorale n'auront pas nécessairement leur nom sur le bulletin de vote. À quelques semaines du vote, la plupart des observateurs chevronnés s'attendent à une lutte très serrée en novembre, alors que les États du « champ de bataille » se gagneront par des marges très faibles. C'est en prévision de ces élections serrées que les législateurs républicains des États les plus contestés se sont attelés à la tâche pour assurer à leur parti tous les avantages possibles au moment du vote, dont notamment le resserrement des normes d'admissibilité au vote par des nouvelles règlementations qui visent parfois de façon transparente certaines catégories d'électeurs largement acquis au parti démocrate. La stratégie n'est pas difficile à comprendre. Le vote des jeunes, des démunis, des Afro-Américains et des hispanophones tend à favoriser largement les démocrates, alors il suffit de rendre l'inscription sur les listes électorales ou la production de pièces d'identité sur les lieux du vote plus difficiles pour ces groupes, qui ont déjà moins tendance à voter que les électeurs blancs d'âge mûr et de milieux plus favorisés.

Lisez la suite de ce billet sur le blogue de Pierre Martin

 

Suivre Pierre Martin sur Twitter: www.twitter.com/@pmartin_UdeM

Suivre Le HuffPost Québec