LES BLOGUES

Le paradis socialiste vénézuélien

16/08/2015 08:34 EDT | Actualisé 16/08/2016 05:12 EDT

Quand j'écris que je milite pour moins de gouvernement, il y a inévitablement un ignorant ou deux qui me suggère de déménager en Somalie. Ils montrent ainsi leur ignorance, puisque la Somalie n'est pas libertarienne (ni même anarchique) mais chaotique. La primauté du droit est très chancelante, la propriété privée est difficilement reconnue, et le pays est divisé en une multitude de factions.

De leur côté, ces ignorants sont généralement des militants pour un plus gros gouvernement - plus de taxes et d'impôts, de «droits» à l'éducation ou à la santé ou, tout simplement, plus de planification centrale. Eh bien, qu'ils se réjouissent! Le pays de leurs rêves existe: le Venezuela, celui tant encensé par des idiots utiles comme Oliver Stone, Sean Penn et Linda McQuaig.

En effet, le pays hôte de la «révolution bolivarienne» d'Hugo Chavez est sur le point d'achever sa transformation socialiste avec son occupation récente d'entrepôts de nourriture pour stopper cette accumulation insensée qui affame le peuple.

Qui ici peut ne pas aimer ce pays? Il est virtuellement impossible d'y être obèse puisque les tablettes des supermarchés sont complètement vides. De plus, pour les gens qui adorent socialiser, vous aurez largement le temps de le faire dans les files interminables devant les supermarchés. Évidemment, pour s'assurer que vous ne preniez pas plus que votre juste part, vous devrez vous identifier à l'entrée.

Vous serez également très riches, à l'instar du Zimbabwe. Vous aurez tellement de billets que vous ne saurez plus quoi en faire. Il faut dire que c'est nécessaire; il vous faudra quand même 687 bolivars pour obtenir un dollar américain - et l'équivalent de 755 de ces dollars (en février 2015 du moins) pour vous procurer des condoms.

Si jamais vous en manquez et devez faire face à une grossesse surprise, vous pourrez au moins socialiser avec tous ces autres parents involontaires qui doivent attendre à l'hôpital pour voir un docteur qui ne se présentera peut-être pas. Et si vous pouvez en voir un, sachez qu'il sera maitre des techniques inventives puisqu'il devra se rappeler des techniques du temps de mes grands-parents, faute d'avoir les moyens modernes qu'offre ce méchant capitalisme mangeur de chiots.

Finalement, les personnes (séparatistes surtout) incapables de concevoir que l'on puisse ne pas penser comme elles se sentiront à l'aise au Venezuela. On y disqualifie sciemment tout candidat de l'opposition «pétant de travers» afin de s'assurer d'avoir les candidats représentant le mieux possible «le peuple». S'ils vont trop loin, genre organiser une manifestation, il sera normal de voir ces fomenteurs de chaos arrêtés sur-le-champ.

Bref, à tous les amants de la planification opposés au «dogme du marché en concurrence», vous avez désormais votre terre de salut. Pourquoi n'y allez-vous pas, vous qui détestez tant les quelques bribes de capitalisme qui subsistent malgré l'oppression réglementaire sur les innovations?

Allez joindre vos semblables, partisans du totalitarisme que vous chérissez, et laissez en paix les personnes se battant pour le système - que vous honnissez - qui vous permet de le critiquer ouvertement.

Le socialisme : jamaisplus .

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'extrême droite en Europe

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter