LES BLOGUES

Le contrôle des armes à feu a contribué aux attentats de Paris

27/11/2015 03:45 EST | Actualisé 27/11/2016 05:12 EST

Aux États-Unis surtout, le mot-clic #gunsense est très populaire chez les partisans du contrôle des armes à feu.

À chaque fois qu'une tuerie survient, ils sortent de leur trou pour exiger encore plus de contrôle des armes... laissant ainsi la population à la merci des criminels qui n'ont rien à faire des lois. C'est exactement ce qui s'est produit à Paris, plus précisément au Bataclan.

Trois personnes ont pu contrôler plus d'une centaine d'autres puisqu'elles étaient les seules armées. L'utilisateur Facebook Benjamin Cazenoves racontait le désarroi des spectateurs qui assistaient, impuissants, au massacre des leurs un par un, étage par étage. D'autres spectateurs imploraient les policiers, au travers des médias sociaux, pour qu'ils assaillissent le théâtre afin de les sauver.

Imaginez deux secondes s'il y avait eu ne serait-ce qu'une ou deux personnes avec une arme à feu. Les morts (nonobstant les terroristes) se seraient sans doute comptés sur les doigts de la main plutôt que par trentaine. Mais non; le gouvernement français préfère désarmer sa population et ne permettre qu'aux personnes «avec des raisons légitimes» de s'armer - celles qui peuvent faire face à des agressions dans l'exercice de leurs fonctions ou qui ont été préalablement autorisées par l'État, les chasseurs ou encore les clubs de tirs autorisés. Pour les autres, y compris un policier qui n'est pas en fonction, se «faire prendre» avec une arme prête à l'utilisation peut valoir jusqu'à cinq ans de prison et une amende de 75 000€ (plus de 105 000$).

Oh, il est possible de se procurer «une arme de guerre» pour se défendre... si on n'a pas peur de faire face à l'immense paperasse qui s'y rattache. Pour en avoir une - et pour un maximum de cinq ans - la personne doit, entre autres :

• être membre de la Fédération française de tir

• avoir suivi au moins trois cours de tirs certifiés, à au moins deux mois d'intervalle chacun

• démontrer la possession d'un coffre-fort

• obtenir des bonnes références de la FFTir

• remplir la paperasse

Mais malgré tout, on estime qu'il y a quelque huit millions d'armes non enregistrées en circulation. Il y a les collectionneurs, certes, mais aussi les criminels qui arrivent toujours à leurs fins. Et si les honnêtes citoyens ne peuvent s'armer, ils sont à la merci de ces criminels.

Jusqu'à présent, les politiciens n'en ont même pas parlé. François Hollande s'est contenté de «déclarer la guerre» à l'État islamique, tandis que Nicolas Sarkozy ne fait qu'opiner, approuvant du même souffle l'état d'urgence (c.-à-d. la suspension de la Constitution). Même Marine Le Pen, chef de l'extrême-droite, croit que la défense de la France passe uniquement par l'État.

Mais si les lois contre les armes à feu sont si efficaces pour protéger la population, peut-on m'expliquer pourquoi les taux d'homicide montent presque inévitablement quand on restreint sévèrement les armes? De plus, affirmer que les pays aux lois restrictives sur les armes ont moins de crime néglige de divulguer que cette «sûreté» vient en sacrifiant les libertés individuelles.

Amants du contrôle des armes à feu, le sang des massacres de Paris et de tous les autres où les armes sont interdites, est sur vos mains. Vos idées sont responsables des meurtres d'innocents qui n'ont pu se défendre eux-mêmes. Puissiez-vous mal dormir jusqu'à ce que vos sens reviennent et que vous vous rendiez compte qu'on n'est jamais mieux défendu que par soi-même.

Si vous vous opposez tant aux armes à feu, pourquoi ne pas mettre sur votre pelouse une affiche déclarant votre maison comme interdite aux armes?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ces hommages Paris vous redonneront foi en l'humanité

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter