Pierre Guerlain

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pierre Guerlain
 

Obama: Gulliver empêtré, Gulliver déchainé

Publication: 04/04/2013 09:38

L'expression "Gulliver empêtré" est due à Stanley Hoffman ; c'est le titre d'un de ses livres portant sur la politique étrangère américaine dont l'édition en anglais (Gulliver's Troubles) remonte à 1968. Déjà en ce temps-là, on parlait des limites au pouvoir des États-Unis, mais l'expression peut être employée aujourd'hui pour évoquer le pouvoir et la paralysie du président américain.

Obama ne semble pas être en mesure d'obtenir une majorité au Congrès pour faire passer des lois contrôlant quelque peu les ventes d'armes à feu. Suite à la tuerie de Newtown, il souhaite faire passer une loi pour renforcer les contrôles s'appliquant aux acheteurs de ces armes (background checks). Il s'agit de mieux vérifier si les acheteurs ont un casier judiciaire ou ont des problèmes psychiatriques. Il a récemment affirmé que 90% des Américains soutiennent le renforcement de ces contrôles.

C'est un pas dans la bonne direction qui est fort éloigné d'une interdiction totale des armes de poing si souvent utilisées dans des meurtres aux États-Unis. Néanmoins, même chez les démocrates, la mesure, pourtant fort timide, suscite de fortes oppositions et ne passera probablement pas au Congrès.

Ainsi le président des États-Unis, souvent présenté comme l'homme le plus puissant du monde, ne peut pas faire passer une mesure de bon sens qui est soutenue par une immense majorité d'Américains. Il y a clairement un problème structurel dans le fonctionnement de la démocratie américaine. Les lobbys, notamment la NRA (National Rifle Association), s'opposent à toute tentative de réglementation des ventes d'armes. Comme les élus dépendent de ces lobbys pour leur élection, ils suivent leurs recommandations, même lorsque leurs électeurs ont une opinion différente. Gulliver empêtré est condamné à la paralysie politique.

Le billet de Pierre Guerlain se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • 1981: La tentative d'assassinat de Ronald Reagan

    <blockquote>Le 30 mars 1981, le président Ronald Reagan et trois autres sont victimes d'une tentative d'assassinat perpétré par John Hinckley Jr. à la sortie du Washington Hilton Hotel à Washington. Le responsable presse de Reagan, Jim Brady, est grièvement blessé et restera paralysé. Cet épisode permettra de voter une loi plusieurs années plus tard <em>(voir photo suivante)</em>.</blockquote>

  • 1993: Adoption sous Clinton du "Brady Handgun Violence Act"

    <blockquote>Le "Brady Handgun Violence Act" de 1993, adopté sous la présidence de Bill Clinton, demande une vérification complète des antécédents de toute personne souhaitant acheter une arme à feu chez les revendeurs fédéraux. La loi est baptisée Brady en hommage à James Brady, abattu lors de la tentative d'assassinat du président Reagan.</blockquote>

  • 1994: Adoption sous Clinton du "Violent Crime Control and Law Enforcement Act"

    <blockquote>Signé également par le président Clinton, en 1994, cette loi interdit 19 types de fusils d'assaut, dont les fameux Uzis et AK-47. </blockquote>

  • 2004: Retour sur l'interdiction d'avoir une arme permettant de tirer plus de 10 coups sans reccharger.

    <blockquote>Dix ans après l'adoption de loi, le Congrès autorise à nouveau la détention de chargeurs "à haute capacité". Cette loi interdisait les chargeur permettant de tirer plus de 10 coups sans recharger afin d'obliger les éventuels tireurs à perdre du temps à recharger leur arme. Ce qui laissait le temps à la police d'intervenir, ou aux cibles de fuir.</blockquote>

  • 2007: Le district de Colombia autorise un agent de sécurité à ramener son revolver chez lui

    <blockquote>La Cour d'appel de Colombia autorise Dick Heller, un agent de sécurité, à ramener son arme chez lui. En effet, depuis la loi de 1975, il faut avoir un permis pour détenir une arme à feu dans le district de Colombia, sauf que la ville n’en délivre plus. Seules les personnes ayant obtenu un permis avant cette date sont donc autorisés à avoir une arme à la maison. Le cas de Dick Heller, qui a le droit de détenir une arme dans le cadre de son travail, est donc épineux. Le puissant lobby des armes défend Dick Heller qui finit par obtenir gain de cause. L'affaire sera ensuite portée au niveau de la Cour suprême.</blockquote>

  • 2008: Le "NICS Improvement Amendments Act"

    <blockquote>A la suite de la fusillade mortelle à dans une Université de Virginie, le congrès adopte une législation initiée par Carolyn McCarthy et John Dingel, et signée par George W. Bush, renforçant la loi Brady. En plus du casier judiciaire et autres antécédents concernant des délits, des données médicales individuelles doivent être centralisées afin de ne pas accorder le droit de porter une arme à une personne mentalement instable.</blockquote>

  • 2008: La Cour suprême tranche dans l'affaire Heller

    <blockquote>Dans l'affaire, "Heller contre Colombia", la Cour suprême instaure le droit fondamental à l'autodéfense et confirme que le Deuxième Amendement garantit un droit individuel de posséder une arme à feu non liée au service militaire. Le district de Colombia qui appliquait sa propre législation est donc dans l'illégalité.</blockquote>

  • 2011/2012: Fusillade de Tucson et Trayvon Martin

    <blockquote>Les partisans du contrôle des armes avait bon espoir que les efforts de réforme allaient s'intensifier après les événements tragiques ont récemment secoué le pays. <br>Une fusillade avait eu lieu janvier 2011 à Tucson en Arizona, durant une manifestation de la députée Gabrielle Giffords, tuant 6 personnes et en blessant 13 autres (dont la députée). Une fillette et un juge fédéral faisait partie des victimes. Le tireur a finalement plaidé coupable afin d'échapper à la chaise électrique et a été condamné à perpétuité sans possibilité de libération anticipée.<br> Autre fusillade très médiatisée: l'adolescent Trayvon Martin, un adolescent qui ne portait pas d'arme, a été abattu par George Zimmerman, qui faisait des rondes dans le quartier. En vertu de la loi sur la légitime défense et le droit à l'auto défense, le tueur n'a pas été arrêté ni inculpé. La suspicion d'un crime raciste reste d'actualité et les manifestations pour protester contre ce tueur en liberté se sont multipliées.</blockquote>

  • 2012: Colorado Movie Theater Shooting

    <blockquote>En juillet 2012, un tireur débarque à la séance de minuit du troisième Batman, à Aurora, une petite ville du Colorado. 70 personnes sont blessées et 12 tuées. Le tireur, <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/20/james-holmes-tueur-denver-colorado-portrait_n_1690131.html">James Eagan Holmes</a>, portait sur lui plusieurs revolvers et un AR-15, un fusil d'assaut capable de tirer 100 cartouches sans avoir à recharger.</blockquote>


De la même façon, Obama qui avait promis la fermeture de Guantanamo ne l'a pas mise en œuvre. Là aussi il a rencontré une forte opposition parlementaire et judiciaire. Certes, on peut penser qu'il n'a pas beaucoup lutté pour obtenir cette fermeture et qu'il aurait pu, comme l'on dit en science politique, dépenser un peu plus de son "capital politique" pour faire avancer le dossier, mais il n'en reste pas moins que le Président n'est pas seul. Dans le cas de Guantanamo, il n'a pas de soutien populaire très fort et il n'est pas sûr qu'il ait vraiment envie d'avancer sur un dossier de libertés publiques.

Par ailleurs, le président américain s'est arrogé le droit de vie ou de mort en ce qui concerne ceux que les services de renseignement américains qualifient de suspects dans la lutte contre le terrorisme. Obama a une "kill list" de ces suspects et décide de qui tuer par une attaque de drone. Il ne consulte aucun tribunal et le Congrès n'a pas non plus son mot à dire. On voit donc que le président américain peut être omnipotent dans un domaine et impuissant dans un autre. Dans un cas, le pouvoir exécutif ignore tous les autres pouvoirs et n'en subit aucune conséquence politique alors que dans l'autre, les oppositions le paralysent totalement sur le plan politique. Pas de "checks and balances" (freins et contrepoids) pour arrêter les assassinats ciblés ; que des freins et aucun équilibre pour lutter contre les tueries dans les écoles.

Le pouvoir des lobbys explique en grande partie ces situations différentes ainsi que divers aspects de la politique étrangère américaine. Cependant, au-delà des lobbys en tant que tels, il faut noter les lignes de force dans la société américaine, ce que le sociologue américain C. Wright Mills appelait "l'élite du pouvoir". Il y a eu un quasi-consensus institutionnel au moment de l'assassinat de Ben Laden et aucun lobby ou groupe politique important ne l'a désapprouvé alors que sur les armes à feu ou les débats sur le déficit, il existe de fortes oppositions. Le président n'a donc que le pouvoir que le jeu des forces politiques et économiques lui laisse. Il ne peut contrarier le complexe militaro-industriel ni même s'imposer face à la NRA mais il peut attenter aux libertés publiques et organiser des attaques dont la légalité est mise en doute par les juristes de l'ACLU (American Civil LIberties Union), par exemple.

Le billet de Pierre Guerlain se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • École secondaire Reynolds, près de Portland (Oregon)

    10 juin 2014 L'auteur présumé est Jared Michael Padgett, âgé de 15 ans. L'adolescent, qui portait un casque de camouflage et transportait ses armes dans un étui de guitare et un sac, s'est donné la mort après avoir tué un élève et blessé un enseignant.

  • Lone Star College-North Harris

    22 janvier 2013 Harris County, Texas Dans une discussion qui s'envenime, Trey Foster sort son arme et tire des coups de feu en direction de son interlocuteur. L'étudiant sera blessé, tout comme un membre du personnel d'entretien.

  • Hazard Community and Technical College

    16 janvier 2013 Hazard, Kentucky Dalton Stidham, 21 ans, atteint mortellement avec un pistolet semi-automatique son ex-amie de coeur Caitlin Cornett (20 ans), de même que sa cousine Taylor Jade Cornett (12 ans) et le père de celle-ci, Jackie Cornett (53 ans).

  • Taft Union High School

    10 janvier 2013 Taft, Californie Un élève de 16 ans tire vers deux élèves avec un fusil de chasse, un est blessé gravement. Un enseignant – Ryan Heber, aussi légèrement blessé – réussit à convaincre le tireur de se rendre.

  • Sandy Hook Elementary School

    14 décembre 2012 Newtown, Connecticut Adam Lanza, 20 ans, abat 26 personnes avant de retourner l’arme contre lui. Parmi ses victimes : sa mère et 20 enfants âgés de 6 ou 7 ans.

  • Bennion Junior High School

    29 novembre 2012 Taylorsville, Utah David Phan, 14 ans, se suicide avec une arme à feu devant d’autres élèves.

  • Stillwater Junior High School

    26 septembre 2012 Stillwater, Oklahoma Cade Poulos, un élève de 8e année de 13 ans, tourne une arme contre lui pour s’enlever la vie peu avant le début des classes.

  • Perry Hall High School

    27 août 2012 Perry Hall, Maryland Robert Gladden, 15 ans, fait feu dans la cafétéria. Il atteint un élève de 17 ans au bas du dos. Il est appréhendé par les autorités.

  • Banks County High School

    24 août 2012 Homer, Géorgie Un élève de 16 ans retourne une arme contre lui dans les toilettes. Il sera hospitalisé et mourra des suites de ses blessures.

  • Oikos University

    2 avril 2012 Oakland, Californie One Goh, un homme de 43 ans est arrêté après avoir abattu 7 personnes, en plus d’en avoir blessé trois autres avec un fusil de calibre .45. Un juge l’estimant mentalement irresponsable en raison d’une schizophrénie paranoïde, il sera placé dans une institution spécialisée.

  • Chardon High School

    27 février 2012 Chardon, Ohio Thomas "T.J." Lane, 17 ans, vise un groupe d’élèves dans la cafétéria avec un semi-automatique Ruger MK III de calibre .22. Trois sont tués, trois autres blessés. Lane sera arrêté à l’extérieur de l’établissement.

  • Martinsville West Middle School

    25 mars 2011 Martinsville, Indiana Michael Phelps, 16 ans, atteint de deux balles un étudiant de 15 ans, Chance Jackson. Ce dernier survit à l’attaque, mais souffrira de séquelles permanentes. Phelps sera condamné à 30 ans de prison et 5 années de probation après avoir admis ses intentions.


Stanley Hoffman avait publié un autre ouvrage en 2004 portant le titre Gulliver Unbound dont la traduction aurait pu être : Gulliver déchainé. Il s'agissait d'un livre d'entretiens d'abord publié en français qui portait sur la politique étrangère de Bush. Là encore, entre ces deux titres, on peut discerner ce qui fait le mouvement de balancement entre deux pôles de puissance pour le président américain, Obama ou un autre. De "Gulliver empêtré" à "Gulliver déchainé" il n'y a qu'un tout petit écart : Obama-Gulliver peut être déchainé lorsqu'il donne l'ordre de tuer un suspect au Yémen et, le même jour, se retrouver empêtré lorsqu'il s'agit de faire passer une loi limitant quelque peu l'accès aux armes à feu. Les progressistes pourraient préférer un renversement : qu'il soit empêtré par les lois et les défenseurs de libertés publiques, mais déchainé dans la réglementation des ventes d'armes et la fermeture de Guantanamo. L'élite du pouvoir s'accommode mieux du contraire qui lui réussit bien sur le plan électoral.

 
Suivre Le HuffPost Québec