Pierre Fortin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pierre Fortin
 

L'emploi au Québec: regarder au-delà du court terme

Publication: 11/04/2014 01:11

Ce billet a aussi été publié sur Libres Échanges, le blogue des économistes québécois, ainsi que dans L'Actualité

Lorsqu'on veut avoir une idée juste de l'évolution de l'emploi sur un territoire dans le temps, on concentre habituellement l'attention sur une moyenne mobile des taux d'emploi mensuels.

Le taux d'emploi, comme on sait, est le pourcentage de la population qui occupe un emploi. En rapportant l'emploi à la population, on se trouve à tenir compte de la taille et de la croissance démographiques du territoire observé. La base démographique de référence qui est retenue par les organismes internationaux est habituellement la population de 15 à 64 ans, parce que c'est dans cette catégorie d'âge que se recrute l'immense majorité des travailleurs (97 % au Québec). L'indicateur utilisé est donc, plus précisément, le taux d'emploi des 15-64 ans. Pour n'oublier personne, il est recommandable de diviser le nombre de toutes les personnes employées de 15 ans ou plus par la population de 15 à 64 ans.

Afin de refléter le cycle naturel des quatre saisons de l'année, la moyenne mobile utilisée dans la suite va couvrir les 12 mois les plus récents. Chaque mois, elle se calcule comme la moyenne des taux d'emploi qui ont été enregistrés pour le mois courant et les 11 mois précédents. Par exemple, la moyenne mobile pour juin 2013 est la moyenne des taux enregistrés pour les 12 mois allant de juillet 2012 à juin 2013. Cette procédure atténue la variabilité des taux d'emploi mensuels, puisque le calcul de la moyenne permet aux taux excessivement faibles de certains mois de compenser pour les taux excessivement élevés de certains autres mois. On peut alors mieux discerner la tendance de fond du taux d'emploi.

La figure 1 utilise cette moyenne mobile de 12 mois pour décrire la trajectoire parcourue depuis 20 ans par le taux d'emploi des 15-64 au Québec et chez ses deux grands partenaires économiques, l'Ontario et les États-Unis.

emploi quebec

Deux phénomènes attirent immédiatement l'attention. Premièrement, en 1994, le taux d'emploi du Québec (62 %) accusait des retards considérables de 7 points de pourcentage sur celui de l'Ontario et de 11 points sur celui des États-Unis. Aujourd'hui, 20 ans après, notre taux d'emploi (74 %) a rejoint celui de l'Ontario et, pour l'instant du moins, dépasse celui des États-Unis. Deuxièmement, la chute du taux d'emploi pendant la récession qui a frappé les trois économies en 2008-2009 a été très profonde aux États-Unis (moins 5 points), intermédiaire en Ontario (moins 3 points) et plutôt bénigne au Québec (moins 1 point). On voit donc que, de janvier 1994 à février 2014, le taux d'emploi du Québec a presque continuellement progressé à travers les hauts et les bas de la conjoncture économique pendant que les taux d'emploi de ses deux partenaires ralentissaient ou reculaient.

Que nous dit la figure 1 sur la performance comparative récente du Québec en matière d'emploi ? La réponse ne souffre d'aucune ambiguïté. On peut constater, dans la partie droite de la figure, qu'en moyenne mobile de 12 mois le taux d'emploi des 15-64 ans s'est maintenu récemment à peu près au même niveau au Québec qu'en Ontario. Les deux provinces arrivent nez à nez.

Ce billet fait suite à celui intitulé La situation de l'emploi au Québec: les pièges à éviter publié.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Réussir sa transition professionnelle

    En période de crise, les offres d'emploi sont rares, les candidatures nombreuses, alors comment mettre toutes les chances de son côté? <em>Le HuffPost C'est la vie</em> a posé la question à Marion Aufseesser. Cliquez sur la flèche pour accéder à la diapo suivante.

  • Ne pas communiquer à outrance sur son licenciement

    Sous l'effet du choc, c'est une erreur courante à l'heure des réseaux sociaux. "Il est vraiment déconseillé de dire à tout son entourage qu'on vient de se faire licencier," prévient Marion Aufsesser. De la même manière, la coach et psy recommande de ne pas se déclarer "sans emploi" ou "out of work" sur les réseaux sociaux professionnels tels que LinkedIn. Digérez d'abord la nouvelle avant de la partager.

  • Rester en mode travail

    Retrouver un travail passe aussi par de petites choses auxquelles on ne pense pas forcément. Vous avez un entretien téléphonique ou sur Skype à passer? Habillez-vous en conséquence. "Cela peut paraître bête mais on ne se comporte pas de la même manière selon que l'on est habillé d'une chemise et d'un pantalon, ou en jogging et t-shirt," affirme Marion Aufseesser. De la même manière, il ne faut pas hésiter à sortir de chez soi. "Avec les ordinateurs portables, on a tendance à tout faire chez soi depuis son canapé, or cela peut être une bonne idée d'en sortir à condition d'aller dans les bons endroits," rappelle la coach. Associations, bibliothèques, cafés, "sortir donne de l'énergie".

  • Développer son réseau

    Cela semble une évidence pour la plupart d'entre nous aujourd'hui mais ce n'est pas le cas pour tout le monde. "Quelle que soit votre métier ou votre catégorie professionnelle, faire vivre son réseau est important," rappelle Marion Aufseesser. N'hésitez donc pas à aller à la rencontre des gens qui travaillent dans le même secteur. On ne perd rien à informer les autres de ses compétences et de sa disponibilité.

  • Jeunes ou seniors : oublier les catégories

    "En France, certaines catégories sont dévalorisées," rappelle Marion Aufseesser. Quand on est jeune ou qu'on approche de la cinquantaine, on a l'impression d'être pénalisé. Il est impératif d'oublier ces messages que la société envoie et qui provoquent chez l'individu une forme d'a priori négatif. "Si l'on se dit que cela va être plus dur parce qu'on est jeune ou senior, on se positionne de manière moins affirmative sur le marché du travail," analyse-t-elle. Le maître mot : se concentrer sur sa valeur ajoutée.

  • Ne pas penser à ce dont on a besoin mais à ce qu'on sait faire

    "L'employeur est plus intéressé par ce que vous savez faire que par ce que vous recherchez à titre personnel," explique la coach. En entretien, il convient donc de valoriser ses acquis plutôt que d'insister sur les compétences que vous cherchez à développer. À éviter : présenter comme objectif la recherche d'expérience ou de compétences.

  • Prendre du recul

    Après un licenciement il est crucial de dégager du temps pour prendre du recul, ne pas se laisser submerger par l'angoisse, l'anxiété. "La panique n'est pas de bon conseil," rappelle Marion Aufesser. Tâchez donc d'accepter le présent, puis de vous focaliser sur l’opportunité à créer en construisant un nouveau projet professionnel. Cela passe aussi par savoir où l'on va afin de structurer son projet en conséquence.

  • Y réfléchir à deux fois avant de devenir entrepreneur ou autoentrepreneur

    "Avant de faire ce choix, il est essentiel de s'assurer de sa motiviation," prévient Marion Aufseesser. Créer son entreprise ou sa microentrprise est une tâche difficile, coûteuse en temps et en épargne, mieux vaut donc y réfléchir à deux fois. "Certaines personnes sont motivées pour de mauvaises raisons," rappelle-t-elle, "ils veulent se prouver ou prouver aux autres qu'ils en sont capables, ce n'est pas forcément une bonne idée."  Grâce à des questionnaires ou tout simplement au dialogue, ces mauvaises motivations sont faciles à débusquer. Pour les autres, l'auteure rappelle qu'il existe des solutions mixtes. "Si vous avez une idée ou un projet particulier en tête, il est possible que d'autres personnes l'aient eu aussi. Renseignez-vous, vous trouverez peut-être le moyen de mutualiser des fonds ou vos compétences," propose-t-elle.

  • Rester dans l'action

    Après un licenciement, le risque est de tomber dans l'apathie. "Pratiquer une activité physique est un bon moyen de rester dans l'action," conseille Marion Aufseesser. Du reste, il est prouvé qu'une pratique sportive ou celle de la méditation de pleine conscience par exemple réduisent le stress et l'anxiété.

  • Sur son CV comme en entretien : aller droit au but

    "Plus qu'un bilan de vos compétences et de votre expérience, votre CV doit raconter une histoire," explique Marion Aufseesser. Le CV, c'est le "site web" de tout un chacun, "mais la plupart des gens se limitent au cahier des charges," déplore la coach. La solution? Aider le lecteur à s'y retrouver. À titre d'exemple, en haut du CV : un texte de 20 à 30 mots doit dire qui vous êtes et donner envie d'aller plus loin. Ne négligez pas non plus vos activités extraprofessionnelles. Elles renseignent sur votre profil.  En entretien, on n'a pas le temps de chercher ses mots, il faut donc préparer ce qu'on va dire, et prévoir plusieurs scénarios en fonction des tournures que l'entretien pourrait prendre, "le meilleur moyen de sortir la bonne phrase au bon moment," explique la coach.

  • P.O.S.I.T.I.V.E.R

    En période de transition, les difficultés sont parfois telles que l'idée même d'avoir à "positiver" prête à sourire. Néanmoins, on sait grâce aux travaux de Christophe André, Frédéric Fanget et Boris Cyrulnik entre autres que "la négativité entraîne la négativité," explique Marion Aufseesser. Briser ce cycle de la négativité est donc peut-être la première chose à faire. "On entend souvent dire qu'il ne faut pas croiser les bras en entretien, mais la vraie question ce n'est pas : est-ce que croiser les bras envoie un signal négatif, mais plutôt, qu'est-ce que le fait de croiser les bras a comme conséquences sur mon cerveau?" Se sentir bien, confiant, ne se décrète pas, mais il existe des leviers comportementaux sur lesquels on peut agir pour sortir du négativisme.

  • Le livre

    <em>Rebondir, réussir votre transition professionnelle</em>, par Marion Aufseesser, (17€) aux éditions Odile Jacob.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 
Suivre Le HuffPost Québec