LES BLOGUES

Immigration et citoyenneté: deux visions incompatibles (suite)

La laïcité constitue le plus grand fossé qui sépare Option nationale et Québec solidaire.

14/11/2017 09:00 EST
THE CANADIAN PRESS
Gabriel Nadeau-Dubois et Sol Zanetti.

Ce texte a été adopté et appuyé par la totalité des membres du Comité immigration d'Option nationale (ON). Pour lire la première partie de ce texte, cliquez ici.

Après avoir parlé d'indépendance et d'immigration et citoyenneté, nous couvrons un dernier sujet, en lien avec l'identité, la laïcité; nous faisons également une synthèse de notre choix dans ce débat.

Laïcité

Quant à la laïcité, un sujet partiellement lié à l'identité et dont certains enjeux touchent parfois à l'immigration, elle constitue le plus grand fossé qui sépare Option nationale et Québec solidaire. Les positions multiculturalistes de QS en font l'allié naturel du Parti libéral et des politiques du gouvernement d'Ottawa, instituées par Pierre-Elliott Trudeau et visant à condamner les Québécois au statut de minorité parmi d'autres.

En séparant la société en groupes minoritaires du fait d'une race ou d'une culture, le multiculturalisme fractionne et institue des relations de pouvoirs entre ces groupes, ce qui divise la société et peut d'ailleurs parfois conduire à la haine raciale.

Nous nous étonnons des confusions qui sont faites entre droit individuel et collectif ou encore l'incompréhension, par exemple, du fait qu'un agent de l'État devrait être considéré comme un représentant de l'État et de son autorité.

Un Québec indépendant doit à tout prix éviter cet écueil diviseur et inclure sans distinction, tout en respectant les différences, en en faisant une valeur et non une variable d'organisation et de contrat social. À l'inverse de QS, les positions qu'Option nationale défend se basent sur des consensus qui garantissent l'adhésion large des citoyens québécois de tous horizons. En fait, la proposition au programme d'ON en matière de neutralité de l'État et de laïcité des institutions reprend des conclusions de la commission Bouchard-Taylor, à cela près que concernant les signes religieux des agents de l'État, Option nationale ne recommande pas seulement d'en interdire le port par tous les agents en position d'autorité pouvant exercer un pouvoir de coercition, mais tout bonnement à tous les agents de l'État en position d'autorité. D'ailleurs, nous sommes surpris par les positions défendues par Québec solidaire. Nous nous étonnons des confusions qui sont faites entre droit individuel et collectif ou encore l'incompréhension, par exemple, du fait qu'un agent de l'État devrait être considéré comme un représentant de l'État et de son autorité.

Un parti se réclamant du progrès social devrait selon nous défendre une véritable laïcité, seule garante d'une égalité effective de tous les citoyens. En ce sens, nous croyons également, pour avoir fait le constat de certaines réalités sur le terrain, qu'aucune concession ne devrait être faite à l'égalité hommes-femmes, quel que soit le motif.

Choisir Option nationale

Pour nous, l'analyse est claire en ce qui concerne les propositions en immigration. Face à des solutions travaillées, réfléchies, pragmatiques et responsables, Québec solidaire oppose des propositions dogmatiques, quitte à ce qu'elles ne répondent pas aux préoccupations des citoyens concernés.

Tout comme la commission politique d'Option nationale avait affirmé que fusionner avec QS serait un pas en arrière pour la promotion de l'indépendance, nous affirmons que fusionner constituerait également un pas en arrière sur les dossiers liés à l'immigration et à l'identité et un pas en arrière quant aux solutions qui seraient proposées pour répondre aux défis de nos concitoyens issus de l'immigration.

Plutôt que le concept fourre-tout de l'inclusion, nous faisons le choix de l'intégration réussie. Plutôt que le multiculturalisme canadien néfaste pour le Québec, nous choisissons le consensus québécois d'une laïcité basée sur l'égalité de tous les citoyens. Plutôt que l'immobilisme et les déclarations d'intentions incertaines, nous choisissons une gouvernance indépendantiste basée sur des engagements concrets.

Nous choisissons Option nationale.