LES BLOGUES

Mon analyse post-électorale de la partielle dans Lévis

21/10/2014 09:16 EDT | Actualisé 21/12/2014 05:12 EST

Ce lundi 20 octobre, se tenait une élection partielle au Québec, à Lévis plus particulièrement suite à la démission de Christian Dubé de la Coalition avenir Québec. Plusieurs analystes y allaient de grande interprétation sur la signification de cette partielle. Voici la mienne.

Tout d'abord le résultat était plutôt prévisible. La CAQ et son candidat, François Paradis, l'emportent haut la main avec 47% des voix au moment d'écrire ces lignes, soit 3000 voix d'avance sur le PLQ. Considérant que la circonscription avait voté CAQ il y a moins de six mois, il aurait été assez étonnant que l'opinion ait grandement changé en si peu de temps. La région de Québec est également assez caquiste (anciennement adéquiste) depuis assez longtemps , ce qui nous permet de dire que la CAQ avait de très bonnes chances d'y conserver ses acquis.

Que penser de la performance du PLQ? Considérant la supposée grogne populaire et la révolte qui se prépare, ils ont quand même été récolter un 33% des voix pour la 2e place. Ce qui signifie qu'une bonne part de la population n'en veut pas tant que ça au gouvernement en place. Si on prend également en ligne de compte que la CAQ appuie plusieurs mesures du gouvernement libéral actuel, c'est donc près de 80% des électeurs de cette circonscription qui appuient les diaboliques mesures d'austérité et les « motions scélérates » pour paraphraser le député qui défraie les manchettes ces temps-ci. Attention, n'allez pas croire que les deux partis sont 100% main dans la main, plusieurs divergences subsistent. Néanmoins, plusieurs mesures de redressement des finances sont similaires d'un parti à l'autre.

Maintenant pour le Parti québécois. Plusieurs diront que c'est la mort du PQ suite au maigre 8% récolté au suffrage. Toutefois, notons que c'est un parti qui se cherche, qui est en pleine restructuration et surtout sans chef. Sans vouloir ne rien enlever à leur candidat, il n'était tout simplement pas de taille face aux deux étoiles des autres grands partis. Considérant qu'ils ont eu moins de 115 voix d'avance sur Québec solidaire, cela en dit beaucoup. C'est un parti qui devra prendre beaucoup de temps pour définir sa nouvelle identité et avant tout avoir un nouveau (ou une nouvelle) chef. François Legault avait été grandement critiqué la semaine passée lorsqu'il avait annoncé une raclée pour le PQ. Il n'avait finalement pas si tort.

Plusieurs analystes dans les médias disaient que cette élection allait être un test de popularité des différents partis, surtout pour la CAQ et le PLQ. Je crois que c'est un test réussi principalement pour la CAQ. Ils ont réussi à conserver des appuis importants dans la région malgré qu'ils soient assez timides, à la limite de l'invisibilité, dans les médias ces derniers temps. C'est une très bonne nouvelle pour eux. Pour le PLQ, ils n'ont pas perdu la face et peuvent sortir de cette partielle la tête haute. Leur score n'est pas un désaveu de la population

Habituellement, nous pouvons douter de la représentativité d'une élection partielle. Est-ce le cas dans celle-ci? Le taux de participation est plus élevé que la moyenne des 16 dernières années : 47,5% contre une moyenne de 42%. En ce sens, nous pourrions penser que l'élection est représentative puisqu'on a évité des taux anémiques tels que 16% par exemple dans Viau en décembre 2013. Toutefois, Lévis reste une circonscription qui a voté largement en faveur de la CAQ il y a environ 6 mois et qui est dans une région qui a toujours été favorable à la CAQ/ADQ. Surtout, par-dessus ces arguments, ce n'est qu'une seule circonscription. On ne peut donc définitivement pas généraliser ces résultats à l'ensemble du Québec.

Souhaitons donc la bienvenue à un nouveau membre en chambre en la personne de François Paradis. Bravo à Janet Jones pour sa très noble deuxième place et bravo aux autres candidats.

Source des chiffres avancés : résultats partiels du DGEQ à 22h

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Que sont-ils devenus?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter