LES BLOGUES

Appuyer la collaboration entre QS et ON: un manquement éthique?

05/03/2014 12:47 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

La plupart d'entre nous ont entendu parler dans les récents bulletins de nouvelles et journaux de la lettre intitulée Une conjoncture, ça se crée et qui propose une collaboration étroite entre les partis Québec solidaire et Option nationale. Une lettre d'abord signée par quelques membres des deux partis, mais qui a ensuite pris de l'expansion, réussissant à recueillir une centaine de signatures, autant de membres des partis concernés que de personnalités dites «non alignées» qui ont endossé cette lettre.

Cette lettre est discutable sous plusieurs angles. Je ne questionne en rien la bonne foi des signataires et leur désir de créer une force indépendantiste plus puissante. Je ne commenterai pas non plus le niveau indépendantiste de chacun de ces partis. Là où je me questionne, c'est au niveau éthique et stratégique de la lettre.

Question stratégie électorale, la lettre est vraiment mal tombée. À quelques jours, peut-être même quelques heures d'élections générales, publier un message qui a un tel poids ne peut qu'être nocif pour l'ensemble des partis concernés. Est-ce que la pression est davantage sur Option nationale ou sur Québec solidaire? Je dirais sur les deux, à un certain niveau, mais Option nationale, vu son plus faible poids politique, est plus susceptible d'en pâtir. Les deux se retrouvent avec une patate chaude entre les mains, sachant qu'Option nationale jouera définitivement son avenir lors de la prochaine élection.

Le résultat du prochain scrutin sera en effet capital pour ON. Le parti a donc besoin d'une base militante solide, qui ne se divise pas la veille d'une élection sur la base du message de cette lettre. Alors, était-ce judicieux de sortir un tel document si proche d'une campagne électorale qui, de surcroît, sera déterminante pour l'avenir d'ON? J'en doute! Ce genre de lettre aurait facilement pu être déposée quelques semaines voire quelques mois après la campagne, et la question aurait pu être débattue dans un climat beaucoup plus serein qu'aujourd'hui.

Au niveau éthique, la lettre pose également un problème. Celui-ci concerne les candidats qui l'ont signée. Quelqu'un qui n'est pas candidat aurait alors, je pense, une certaine légitimité à signer ou non ce document bien que cela ait le potentiel de miner le moral des troupes. Toutefois, à mon avis, les candidats eux-mêmes ne devraient pas signer ce document. Pourquoi? Ils représentent publiquement le parti, ils sont redevables de celui-ci. Avoir signé ce document, dans leur position de personnalité publique, revient à dire qu'ils représentent un parti auquel ils ne donnent pas toute sa légitimité et qu'il serait alors souhaitable d'avoir une fusion ou une collaboration. Il y a là quelque chose de malsain.

N'importe qui a tout à fait le droit d'être en désaccord avec toutes les positions et dispositions du parti en tant que membre. C'est d'ailleurs le droit le plus légitime d'un membre. Mais lorsque quelqu'un se présente comme candidat pour un parti quelconque, il doit être 100% derrière ce parti qu'il représente ou du moins en apparence! Où est la crédibilité de la candidature sinon?

Vouloir faire passer les idéaux avant la partisanerie est une idée tout à fait noble, mais lorsqu'on se présente comme candidat pour un parti, on incarne la partisanerie elle-même et on se doit de respecter son parti sur la place publique.

Ceci étant dit, rappelons que les chefs des deux partis ont écarté toute possibilité de donner suite à cette lettre dans un futur rapproché, et surtout lors de la prochaine campagne électorale. Est-ce que ce sera envisageable dans le futur? Je laisse aux autorités compétentes de chacun des partis de répondre à cette question délicate qui soulèvera les passions dans les deux camps. Pour l'heure, il vaut mieux se concentrer sur la campagne électorale qui s'en vient, car l'avenir, peut-être même la survie, politique de certaines entités sera en jeu.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?