Philippe Couillard

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Philippe Couillard
 

Mon équipe n'acceptera que des contributions maximales de 500 $ par électeur

Publication: 16/10/2012 09:37

Nous avons tous conscience du niveau élevé de cynisme qui entoure l'engagement politique, exacerbé par une actualité nous montrant tous les jours des exemples -- réels ou allégués -- de comportements inacceptables. Ce cynisme fait de nombreuses victimes collatérales : l'ensemble de la société bien sûr, mais aussi ces milliers de femmes et d'hommes qui militent honnêtement, bénévolement et avec passion pour une cause en laquelle elles ou ils croient profondément, toutes formations politiques confondues. Et aussi, ne l'oublions pas, les élus. Ceux-ci participent volontiers, par esprit d'équipe et devoir, à des événements de financement dont ils ne connaissent en général pas la mécanique, l'organisation, ni les participants. On les voit parfois, plus tard, condamnés par association en raison d'une photographie, d'une contribution ou d'une présence dont ils sont loin de soupçonner la nature. Cela ne peut plus durer sans risquer d'endommager définitivement notre démocratie.

La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'exprimer mon point de vue sur ce qui constitue, à mon avis, le nœud du problème: le financement des partis politiques provinciaux. Comme candidat à la direction du Parti libéral du Québec, je crois qu'il est de mon devoir de partager mes idées à ce sujet afin que nous puissions entamer un dialogue constructif et inclusif sur cette question. Il s'agit d'une question qui doit transcender l'esprit partisan, car elle concerne tous les partis.

La loi actuelle permet un montant maximum de contribution de 1 000 $ par année à un parti politique provincial. Un électeur peut, par ailleurs, donner 1 000 $ dans le cadre d'une campagne à la direction d'un parti politique. Je crois que nous devons préserver le geste de la personne qui souhaite contribuer modérément aux idées auxquelles elle croit. Cependant, ce montant maximal devrait être diminué, peut-être à 100 $ et à 500 $, afin de paraître réaliste pour le citoyen moyen et de ne pas trop affecter le contribuable. De plus, je préconise une diminution du plafond maximal des dépenses autorisées durant une campagne électorale ainsi qu'une augmentation du financement public des partis politiques. Ce sont les principes sur lesquels j'entamerai la discussion.

Ces idées n'ont de sens que si nous faisons la démonstration qu'elles sont applicables, notamment dans le cadre d'une course à la direction d'un parti politique. C'est pourquoi notre équipe n'acceptera que des contributions maximales de 500 $ par électeur. Nous voulons une campagne basée sur les idées plus que sur la forme, et considérons qu'un tel financement nous donnera les moyens de rejoindre les militants dans toutes les régions du Québec. De plus, considérant les moyens technologiques actuels, il nous sera possible de rejoindre les gens qui fréquentent les médias sociaux afin de générer des discussions qui pourraient difficilement se tenir autrement. Il me semblait important de poser ce premier geste.

Je vous invite à partager vos idées sur cette question à travers les diverses plateformesdisponibles, par exemple notre site internet www.couillard2013.com, Twitter ou Facebook.


Loading Slideshow...

 
Suivre Le HuffPost Québec