LES BLOGUES

La Catalogne, rempart de la démocratie contre l’extrême-droite

Le mouvement indépendantiste catalan se veut donc avant tout une réponse démocratique et pacifiste à cet affaiblissement des démocraties occidentales, et non un projet fondé sur un nationalisme intolérant, que l’on retrouve plutôt du côté unioniste espagnol.

06/11/2017 09:00 EST | Actualisé 06/11/2017 14:49 EST
Juan Medina / Reuters
Il est important de constater que contrairement à la mouvance souverainiste catalane qui se veut démocrate et pacifiste, la mouvance unioniste espagnole exhibe sans gêne des symboles, des chants ou des gestes issus du régime de Franco. 

Lors de son tout premier discours prononcé à partir de Bruxelles dans le cadre de son exil, le président Carles Puigemont demandait à l'Europe d'intervenir devant la répression de la Catalogne, affirmant que « tolérer la violence de l'extrême-droite, c'est rompre avec l'idée de l'Europe, une erreur que tous les Européens paieront cher ». Son discours, fondé sur le pacifisme et le service de la démocratie, soulève l'hypothèse très sérieuse que les démocraties occidentales se sont affaiblies, à ce point qu'elles s'approchent graduellement de l'extrême-droite.

Au cours des 20 dernières années, tant l'Europe que l'Amérique ont été le théâtre d'un processus de mondialisation dans le cadre duquel la taille et l'influence des grandes entreprises transnationales ont crû de manière exponentielle. Ces multinationales ont notamment augmenté leur influence en s'infiltrant dans une classe politique perméable, finançant leurs activités tout en exploitant leur vulnérabilité devant les menaces de déménagements d'entreprises et de représailles économiques. Elles ont également assuré leur influence en acquérant les médias de masse et en les consolidant, substituant au passage le journalisme par du commentaire politique aligné avec leurs propres intérêts. Ainsi, lentement mais sûrement, le pouvoir corporatif se confond avec les pouvoirs politiques et médiatiques qui ne forment plus qu'un.

Le fascisme est un régime politique qui a eu cours de 1936 à 1977 en Espagne et qui se caractérise justement, entre autres, par la concentration des pouvoirs politiques, médiatiques, judiciaires et policiers entre les mains d'une poignée d'individus. Reposant largement sur la propagande, ce type de régime politique s'est caractérisé historiquement par la répression de sa propre population et par des niveaux de corruption très élevés. Bien que l'Espagne ne soit vraisemblablement pas un régime fasciste à l'heure actuelle, elle présente plusieurs symptômes d'un régime antidémocratique: de multiples conflits d'intérêts au sein d'une classe politique corrompue, un des pires classements au monde quant à l'indépendance de ses tribunaux, des médias à ce point partisans qu'ils en sont risibles, un service policier entièrement contrôlé par le politique, et des gestes de répression de sa propre population. L'Espagne en a ajouté une couche cette semaine en limogeant le chef de la police catalane pour prendre le contrôle, en remplaçant les hauts fonctionnaires de la Catalogne par ses propres délégués et en emprisonnant plusieurs élus catalans sur la base de leurs idées politiques. Simultanément, les médias espagnols mènent une opération propagandiste d'intimidation de la Catalogne et de démonisation du mouvement souverainiste, avec la collaboration de plusieurs médias de masse qui reprennent cette information sans s'interroger et de certaines grandes entreprises qui participent volontiers à la mise en scène du déménagement de leur entreprise. L'État est à ce point proche de ces entreprises et des médias de masse qu'il peut coordonner cette opération de peur avec en prime l'appui des États voisins, dont la réaction ressemble étrangement à celui d'un cartel. Cet épisode honteux survient dans un contexte historique pas si lointain d'un régime franquiste qui a causé un tort inouï à la Catalogne, tant en matière d'assimilation des Catalans que d'emprisonnements et d'assassinats. À ce titre, il est important de constater que contrairement à la mouvance souverainiste catalane qui se veut démocrate et pacifiste, la mouvance unioniste espagnole exhibe sans gêne des symboles, des chants ou des gestes issus du régime de Franco.

Le mouvement indépendantiste catalan se veut donc avant tout une réponse démocratique et pacifiste à cet affaiblissement des démocraties occidentales, et non un projet fondé sur un nationalisme intolérant, que l'on retrouve plutôt du côté unioniste espagnol.

À cette impasse démocratique espagnole s'ajoute l'imposition, par l'Union européenne, d'un régime d'austérité qui s'attaque notamment à l'éducation de la population, lequel n'a jamais été approuvé démocratiquement par la population catalane. Ces dysfonctions démocratiques entraînent une montée de l'extrême gauche et du populisme, déstabilisant davantage la démocratie catalane. N'ayant aucun espoir de convaincre le pouvoir espagnol corrompu ou l'Union européenne de respecter la démocratie et de servir les intérêts de la population, de nombreux Catalans se sont donc tournés vers un projet de pays qui leur donnerait un petit état démocratique et pacifiste qui serait le leur, reprenant en quelque sorte l'hypothèse de Jane Jacobs dans The Question of Separatism à l'effet que les unités nationales plus petites génèrent moins de corruption et sont plus proches de la réalité de leurs citoyens. Le mouvement indépendantiste catalan se veut donc avant tout une réponse démocratique et pacifiste à cet affaiblissement des démocraties occidentales, et non un projet fondé sur un nationalisme intolérant, que l'on retrouve plutôt du côté unioniste espagnol.

L'hypothèse que la mondialisation telle qu'elle a été menée au cours des dernières années nous amène tranquillement vers des régimes antidémocratiques doit être prise au sérieux. Dans la mesure où l'usurpation des pouvoirs politiques, médiatiques et policiers par des sphères d'intérêts privés fait aussi la manchette au Québec depuis plusieurs années, la démarche catalane devrait être suivie de près et encouragée par les Québécois. En effet, la Catalogne est en train de donner naissance à une mouture très démocrate du nationalisme, fondé davantage sur le droit des citoyens de décider pour eux-mêmes, convaincant plusieurs Européens nés à l'extérieur de la Catalogne d'appuyer leur mouvement. La Catalogne mérite notre soutien, non seulement parce qu'il s'agit de mettre fin à des décennies d'injustice vécue par les Catalans et de reconnaitre un peuple qui agit de manière exemplaire vers son indépendance, mais parce que leur démarche en une qui est intimement reliée à la sauvegarde de la démocratie en Occident.