Paul Morizet

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Paul Morizet
 

Le grand business des tapis rouge

Publication: 30/01/2014 10:21

Grammy award's, Gloden Globe, Oscar ou encore Festival de Cannes: ces événements sont aussi importants pour les artistes que pour les marques qui les habillent.

Les tapis rouges sont devenus des formats de "mass entertainment", vendus comme des shows par des programmes tels que Splash News TV sur AOL ou MSN, Live! sur FashionTV ou encore Live From The Red Carpet, un pré-show pour toutes les cérémonies de remises de prix pour le cinéma ou la télévision qui sont diffusées sur E! Entertainment Télévision. Ce programme par exemple est distribué à plus de 600 millions de foyers dans le monde et offre une visibilité aux marques au travers des robes, chaussures et bijoux, le tout capturé à 360 degrés par la "Glam Cam," un rail équipé de dizaines de caméras qui met en valeur les détails d'un tissu ou la complexité d'une parure.

Avec ce type d'exposition, il n'est donc pas étonnant que les marques aient appris que l'exposition de leurs produits sur un tapis rouge était peut-être l'arme la plus puissante pour booster une visibilité. Le fait est que les célébrités font vendre.

Les designers connaissent l'importance d'avoir la bonne personne portant la bonne tenue. Un magazine touche des centaines de milliers de clients potentiels. Comment faire en sorte d'en toucher dans tous les pays. De s'approprier des actrices qui sont toutes en compétition les unes avec les autres pour attirer l'attention maximum lors de ces cérémonies.

Les grands acteurs du luxe de Gucci à Dior ont depuis longtemps envahi ce créneau pour se créer une image de marque et booster les ventes sinon de la robe elle-même, mais des produits plus abordables comme les cosmétiques ou les accessoires. Mais aujourd'hui les "red-carpets" ne sont plus l'apanage des grandes marques. En fait, avec la médiatisation grandissante de ces événements, les marques émergentes ont aussi compris le bénéfice de ces associations en terme de notoriété immédiate et donc d'impact sur les ventes.

Des marques confidentielles portées lors d'une première par une star internationale ou encore avoir son nom "twitté", son produit "instagrammé" par le compte d'une célébrité augmente la notoriété quasiment immédiatement. Ce qui par la suite facilite pour ces marques émergentes les négociations avec les distributeurs et enfin augmente le nombre de revendeurs et de points de vente.

La clé réside donc dans la bonne connaissance des stylistes qui habillent les stars.

La saison des cérémonies (Grammy's, Golden Globes, Oscars...) est donc très importante pour se positionner en tant que marque et gagner/sécuriser une visibilité mondiale.

Los Angeles étant la capitale de l'entertainment mondial, il est logique que l'essentiel de l'activité s'y passe, néanmoins d'autres événements comme le Festival de Cannes, le Tribeca Festival de Doha, les Goyas à Madrid ou encore les MTV Music Awards sont autant événements qui permettent de se localiser une audience.

La relation célébrité-styliste-marque poursuit donc le même but, gagner la compétition de la visibilité. Cependant alors que les marques recherchent une exposition maximale, les stylistes sont dans la recherche de la nouveauté, du nouveau look qui assoira le style de la célébrité.

Car la relation ne s'arrête pas aux tapis rouges. La vie de tous les jours est aussi théâtralisée, et le style devra rester cohérent aussi sur l'image "officielle" que celle prise dans la rue par les paparazzis.

La suite? Une compétition féroce entre la publicité classique intrusive basée sur de l'achat d'espace et un contenu à forte connexion émotionnelle de plus en plus accaparé par les marques.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Beyoncé et Jay-Z

  • Taylor Swift

  • Katy Perry

  • Ciara

  • Ryan Lewis et Macklemore

  • Madonna

  • Alicia Keys

  • Chloe Green, Marc Anthony

  • Rita Ora

  • Anna Kendrick

  • Robin Thicke et Paula Patton

  • Tomo Milicevic, Shannon Leto, Jared Leto

  • Jamie Foxx et Corinne Bishop

  • Pink

  • Amber Rose

  • Natasha Bedingfield

  • Zendaya

  • Paris Hilton

  • Daft Punk

  • Ariana Grande

  • Cyndi Lauper

  • Colbie Caillat

  • Chrissy Teigen

  • Yoko Ono

  • Charlotte Kemp Muhl et Sean Lennon

  • Miranda Lambert

  • Kaya Jones

  • Brooklyn Hailey

  • Evan Roman

  • Ozzy Osbourne

  • Sara Bareilles

  • Kathy Griffin

  • Bonnie McKee

  • Cara Quici

  • Nadeea

  • Kelly Osbourne

  • Alba Natsuki

  • Judith Hill

  • Pharrell

  • Tamar Braxton

  • Sarah Hyland

  • Martina McBride

  • Steven Tyler

  • Gloria Estefan

  • Anna Faris

  • Kacey Musgraves

  • Lars Ulrich et la mannequin Jessica Miller

  • Jonas Akerlund et Violaine Etienne

  • Tia Carrere

  • Lalah Hathaway

  • Pauley Perrette


Loading Slideshow...
  • <strong>Katy Perry </strong> Cette robe Valentino lui donne des airs de poupée vivante avec le tulle et les notes de musique. Le chignon qui rappelle les bals de finissants n'arrange rien!

  • <strong>Madonna </strong> On ne s'attendait pas à ce que Madonna foule le tapis rouge vêtue d'une robe glamour de toute façon, mais on ne s'attendait certainement pas à ça... Un habit veston et pantalon vraiment austère qui ne la rajeunit certainement pas! Meilleure chance la prochaine fois!

  • <strong>Kaya Jones </strong> Sommes-nous aux Grammy Awards ou dans un party fétichiste? Le latex noir, les deux ouvertures qui remontent jusqu'à la taille... rien n'y fait!

  • <strong>Kathy Griffin </strong> L'imprimé serpent c'est <em>out</em> surtout en <em>total look </em>comme sur cette robe de très mauvais goût!

  • <strong>Nadeea </strong> Nous ne la connaissons pas trop et c'est bien tant mieux! Elle remporte sans aucune doute la palme de la pire robe de la soirée! Aucun chic pour un soir de gala de la trempe des Grammy Awards.

  • <strong>Sara Bareilles </strong> On est pas fan des fleurs en chiffon sur sa robe et de l'agencement avec les escarpins et la pochette rouge. De plus, le devant court et l'arrière long fait partie des tendances qu'on veut voir disparaître en 2014.

  • <strong>Natasha Bedingfield</strong> Difficile de dire ce qui cloche ici, mais la coupe de cheveux n'est définitivement pas celle qui aurait mis sa robe en valeur. Un chignon aurait déjà été un peu plus sophistiqué que cette tignasse indisciplinée. On ne raffole pas du haut ample de la robe qui alourdit sa silhouette et de la traîne de la robe qui semble beaucoup trop longue à l'avant.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 
Suivre Le HuffPost Québec