LES BLOGUES

Tout est relatif dans la vie, même les « tempêtes » de neige!

Nous sommes très bien équipés, au Québec, pour faire face aux tempêtes et, somme toute, celles-ci perturbent très peu notre quotidien.

05/02/2018 09:00 EST | Actualisé 05/02/2018 09:53 EST
Wang HE via Getty Images
À Shanghai, les moyens pour faire face à ce genre de situation sont dérisoires.

Une petite tempête de neige peut causer de gros désagréments, alors qu'une « vraie » tempête peu avoir de modestes répercussions. Cela dépend où on se situe!

Par exemple, le lien ci-joint vous montrera des photos d'une "tempête" de neige à Shanghai et dans les environs la semaine dernière.

J'étais là-bas, la dernière fois qu'il a neigé à Shanghai de façon importante, en janvier 2008. Et je puis témoigner que quelques centimètres de neige ont suffi à semer le chaos pendant plusieurs jours dans la ville et dans tout le sud de la Chine, d'autant plus que l'intempérie coïncidait, cette année-là, avec le pic des déplacements massifs qui accompagnent le Nouvel An chinois. Les moyens pour faire face à ce genre de situation sont dérisoires. Par exemple, je me souviens d'avoir vu à la télé que sur des autoroutes, sur des dizaines de kilomètres, on cassait la glace avec des pics à glace!

L'Armée est mise à contribution dans de tels cas, mais la population civile aussi. Par exemple, lorsque sévit une vague de froid en Chine et que des régions centrales du pays, normalement épargnées, subissent des précipitations de neige, les villes et localités n'ont pratiquement aucun équipement de déneigement. Ainsi, cette semaine, au Jiangsu, près de Shanghai, les villageois ont été mis à corvée pour épandre "à la mitaine" 8,5 tonnes métriques de sel sur les routes.

Cela nous rappelle les corvées populaires, au début de la période maoïste, la ferveur révolutionnaire en moins, cependant. Mais, le concept n'a rien de nouveau. Historiquement, les corvées paysannes ont été le principal instrument pour réaliser les gigantesques travaux et chantiers publics, qu'il s'agisse de la Grande muraille, du Grand canal ou des cités impériales. Souvent, elles impliquaient des centaines de milliers, voire des millions de travailleurs.

Autre problème, les codes de construction chinois sont beaucoup moins exigeants que les nôtres, ce qui fait que toute vague de froid, que l'on considèrerait comme un redoux ici, cause des problèmes majeurs. Les appartements, particulièrement au centre et au sud du pays, mal isolés et mal chauffés, deviennent rapidement froids et humides. On arrive à dormir et à se garder au chaud sous plusieurs couches de couvertures épaisses.

On voit que la situation est inverse avec nous. Nous sommes très bien équipés, au Québec, pour faire face aux tempêtes et, somme toute, celles-ci perturbent très peu notre quotidien. Je me souviens un jour avoir pris un vol, avec quelques minutes de retard seulement, une journée où étaient tombés près de 50 cm de neige. Certes, des annulations de vol peuvent se produire dans nos aéroports, mais souvent elles découlent d'un effet domino avec d'autres aéroports de correspondance.

Hydro-Québec, qui n'est pas une championne en matière de relations avec la clientèle, a au moins le mérite de maintenir, au plan technique, sur un territoire immense, un réseau fiable où les défaillances sont rares et rapidement corrigées.

Contrairement à la Chine, nos maisons et nos appartements, eux, sont bien isolés et bien chauffés. Hydro-Québec, qui n'est pas une championne en matière de relations avec la clientèle, a au moins le mérite de maintenir, au plan technique, sur un territoire immense, un réseau fiable où les défaillances sont rares et rapidement corrigées. À cet égard, son service est excellent! Hydro-Québec nous appartient et nous offre les tarifs parmi les plus bas en Amérique du Nord. En plus, Hydro, en bâtissant, en français, les grands barrages des années 1960-1970 et en développant des nouvelles de technologies de transport sous haute tension, a symbolisé l'éveil de notre peuple, sa libération économique et son entrée de plain-pied dans la modernité.

Notre société d'État (avec l'assainissement des mœurs politiques, la Loi 101 et l'assurance automobile) est un des plus beaux héritages de René Lévesque. Espérons que de nouveaux idéologues de droite ne viendront pas avec l'idée de céder ce joyau au secteur privé. Parce que dans ce cas, il y aura une tempête politique...

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost