Pascal Henrard

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pascal Henrard
 

Le privilège des vedettes

Publication: 26/11/2012 08:27

Les stars peuvent tout se permettre. Être infidèles, déroger à leurs principes, trahir un ami ou un idéal, être en retard, annuler un engagement, manquer un rendez-vous, dire n'importe quoi à Radio-Canada et le contraire à TVA. On les excuse. Parce que ce sont des vedettes.

Les aime-t-on pour ce qu'elles sont ou pour ce qu'elles font? Peu importe qu'elles aient acquis leur notoriété après des années de travail à écumer les scènes usées des tavernes de province ou qu'elles soient passées d'illustres inconnues à stars nationales en un soir. Peu importe qu'elles soient sorties de l'anonymat après avoir écrit une œuvre magistrale ou qu'elles soient connues dans toutes les chaumières parce qu'elles se sont baladées en bikini pendant une saison à une heure de grande écoute. Le statut de vedette leur ouvre les pages des nombreux magazines à potins, les tribunes des talk-shows des chaînes de télé et les micros des émissions de blabla à la radio.

Allumez! Vous les verrez expliquer la recette de la sauce à spaghetti de leur mère le matin, donner leur avis sur le réchauffement de la planète à midi, présenter leur dernier spectacle au programme de l'après-midi, visiter un vignoble à Canal Évasion et ouvrir les portes de leur maison à Canal Vie, raconter leur mariage dans un mensuel féminin, donner leur opinion sur la situation à la ville de Montréal dans un hebdo local, faire une apparition dans un téléroman en début de soirée tout en participant en même temps à un quiz sur l'autre chaîne, faire quelques steppettes dans un show de variétés un peu plus tard et, finalement, parler de leurs soucis de santé dans une reprise d'une émission après le téléjournal.

Le problème, c'est que les chaînes de télé et les émissions de variétés se sont multipliées ces dernières années plus vite qu'une MTS dans une école secondaire. Pour combler les ondes et les téléspectateurs, il a aussi fallu multiplier les machines à faire des vedettes.

Résultat, aujourd'hui, les jeunes ne veulent pas faire du théâtre classique, écrire des chansons engagées, jouer la comedia del Arte, susciter l'émotion, toucher le public. Ils veulent être connus et accéder au statut de star instantanée non pas grâce à leur talent ou leur génie, mais par le simple fait... d'être connu. Pourquoi? Pour profiter du privilège d'être une vedette. Et nous donner la recette de la sauce à spaghetti de leur mère.

Retrouvez des participants d'Occupation Double dans une publicité

 

Suivre Pascal Henrard sur Twitter: www.twitter.com/PascalHenrard

Suivre Le HuffPost Québec