LES BLOGUES

<i>Dans la maison</i>: éloquent

23/04/2013 10:18 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT
Courtoisie

Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un camarade de classe et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français qui se prend d'admiration pour les écrits de son élève doué.

Ce treizième long métrage de François Ozon est son film le plus achevé à ce jour. Deux ans après Potiche, le réalisateur de 8 femmes retrouve le toujours délicieux Fabrice Luchini dans un rôle taillé sur mesure. Ce dernier est impérial et impeccable dans le rôle d'un instituteur en panne d'inspiration qui retrouve le goût d'enseigner et de l'écriture à travers les écrits d'un jeune élève doué.

Adapté librement d'une pièce de Juan Majorga, Ozon étonne et livre une comédie dramatique à la fois intelligente, éloquente et ludique. Abordant plusieurs thèmes connexes (l'adolescence et ses désirs, l'ambiguïté sexuelle, le voyeurisme) avec brillance et doigté, Ozon parfume son film d'une aura de suspense hitchcockienne qui s'imbrique habilement à l'intrigue. Malgré les nombreux dialogues et les références littéraires, la mise en scène sobre et alerte tire à profit et évite les pièges de la théâtralité de telle sorte que le film se présente, au final, comme une brillante fable sur la création. Face à un Luchini au sommet de son art, le jeune Ernst Humauer se tire fort bien d'affaire alors que Kristen Scott Thomas excelle dans le rôle de l'épouse de Luchini.

Cote: **** sur 5