LES BLOGUES

Les personnes LGBT doivent être sur un pied d’égalité face au reste du monde

Je côtoie des groupes de soutiens LGBT et il n’y a rien de plus valorisant que d’être entouré de personnes semblables à moi : je me sens bien moins seul.

22/08/2017 05:50 EDT | Actualisé 22/08/2017 06:18 EDT
PETER MCCABE via Getty Images
Cette excuse venait à un moment opportun de l'année, au début des festivités de la Fierté Montréal qui culminait avec le défilé de dimanche avec des représentations de tout genre. 

Des excuses publiques de la part de la Ville de Montréal et du SPVM envers la communauté LGBT étaient de mises.

Ce qui s'est produit à l'hôtel de ville de Montréal le vendredi 18 août est pertinent, d'autant plus avec les accrochages récents à Charlottesville, en Virginie, où des suprématistes blancs s'étaient réunis pour un rassemblement raciste. Il va de soi, du moins pour moi, que les individus, peu importe leur origine ou leur orientation sexuelle, sont égaux. Sans contredit, ce n'est pas tout le monde qui pense de la sorte à défaut de quoi il n'y aurait pas d'hostilités dans le monde.

Vendredi après-midi, Denis Coderre, actuel maire de Montréal, ainsi que le chef de police du Service de Police de Montréal se sont excusés pour des gestes de discriminations et de violences ayant eu courent par le passé à l'encontre de la communauté LGBT. Cette excuse venait à un moment opportun de l'année, au début des festivités de la Fierté Montréal qui culminait avec le défilé de dimanche avec des représentations de tout genre. Comme chaque année, plusieurs personnalités publiques ainsi que des politiciens étaient attendus avec impatience dont le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

De 1960 à 1990, la communauté LGBT et ses membres furent traités injustement donc des excuses étaient de mises et archi urgentes. Au moment de la conférence de presse, l'administration Coderre a déclaré qu'un comité de travail sera mis en place à la Ville pour développer une politique de diversité sexuelle. Ce comité comprendra dans un futur proche l'établissement d'un code de conduite et d'éthique ainsi que la nomination d'une personne responsable du lien entre la Ville et la communauté LGBT. C'est une annonce remarquable pour aider la communauté et pour, plus particulièrement, venir en aide aux jeunes dans leur processus d'acceptation de soi. Voici une lacune des politiques de tous paliers gouvernementaux : il n'y a pas suffisamment de ressources disponibles pour les groupes/organisations LGBT. Lorsque les autorités en situation de pouvoir veulent équilibrer leur budget respectif, il est d'autant plus facile d'amputer dans les services sociaux ce qui est aberrant puisque ceux-ci permettent d'aider les plus vulnérables de la société. Ces citoyens ne sont pas faibles, loin de là, ils ont un potentiel énorme et on doit les aider à accomplir ce dit potentiel.

Je côtoie des groupes de soutiens LGBT et il n'y a rien de plus valorisant que d'être entouré de personnes semblables à moi : je me sens bien moins seul.

On ne tolère pas notre voisin, on l'accepte à bras ouverts.

Denis Coderre l'a bien dit lorsqu'il a évoqué le fait qu'on ne doit pas tolérer les gens, mais bien les accepter. C'est tout à fait juste, les personnes LGBT doivent être sur un pied d'égalité face au reste du monde. On ne tolère pas notre voisin, on l'accepte à bras ouverts.

Pour un jeune homme de 23 ans, difficile de s'imaginer ce que la communauté LGBT vivait dans les années 60 à 90. À cette époque, non trop lointaine, les arrestations policières et la brutalité étaient totalement injustes : on ciblait un segment très précis de la population. Plusieurs incidents sont survenus dans ces années-là, mais une des plus impressionnantes fut la décente policière au bar le Truxx en 1977, un an après les Jeux olympiques, où 114 hommes furent arrêtés sous le prétexte qu'ils se trouvaient dans une maison de débauche (http://www.fugues.com/234893-article-la-descente-du-truxx-25-ans-plus-tard.html ). Ce motif était non fondé et la police de cette époque tentait, d'une manière ou d'une autre, de « nettoyer » la ville de tous « déchets ». Ces derniers étaient intervenus à l'aide de mitraillettes: jamais une telle situation ne s'était produite pour tout autre bar dit hétérosexuel.

Il faut souligner qu'en 2017 Montréal a de quoi être fier des services et de l'appui qu'elle donne à ma communauté.

Cette amende honorable vient à un moment décisif pour redonner la confiance de la communauté LGBT face aux forces policières. De nos jours, les policiers sont là pour protéger tous les citoyens, peu importe leur identité, ce qui ne fut pas toujours le cas. Il faut souligner qu'en 2017 Montréal a de quoi être fier des services et de l'appui qu'elle donne à ma communauté. Montréal doit être fier de son vivre ensemble que d'autres endroits sur le globe doivent envier.

Il faut saluer le maire Denis Coderre qui marque un gros coup à quelques mois des élections municipales du 5 novembre prochain.

LIRE AUSSI
»
Montréal présente ses excuses à la communauté LGBTQ+
» Les élus à Fierté Montréal condamnent plus largement le racisme et l'intolérance
» BLOGUE J'ai honte de Fierté Canada Montréal 2017