LES BLOGUES

Chelsea Manning, future sénatrice?

Son entrée en politique ne fait qu’améliorer la représentation LGBT dans la sphère politique.

16/01/2018 06:00 EST | Actualisé 16/01/2018 06:00 EST
Bryan Bedder via Getty Images
À l’époque où le public avait fait la connaissance de Chelsea Manning, celle-ci se nommait Bradley Manning.

C'est avec stupéfaction que nous avons appris le lancement en politique de l'ancienne officielle de l'armée américaine, Chelsea Manning, après des années de durs combats légaux. Cette dernière convoite un poste au Sénat américain dans l'État du Maryland. Avant de devenir sénatrice, elle aura tout un chemin à parcourir puisqu'elle doit affronter le sénateur actuel, Ben Cardin, qui est respecté par les électeurs de l'État et l'« establishment » démocrate pour son travail politique de dur labeur. Reconnu pour sa longue feuille de route en vie publique, il a auparavant été membre à la Chambre des représentants avant de devenir sénateur au Capitole de Washington en 2007. Néanmoins, il n'a toujours pas dit s'il briguera un troisième mandat. Chelsea Manning devra passer par le processus de nomination à l'intérieur de son parti politique que sont les primaires démocrates : un processus qui s'annonce corsé compte tenu de la crédibilité des candidats et candidates en lisse. Si élue par les membres démocrates, Manning devra par la suite faire face aux jugements des électeurs du Maryland. En toute occurrence, la candidate représente une génération montante en politique n'ayant que 30 ans.

Des dévoilements de secrets d'État

Manning demeure une candidate vedette bien qu'elle soit une figure polarisante aux États-Unis et à l'international. Pour ses actions passées, les gens la voient soit en tant qu'héroïne de la justice ou tout simplement comme une traitresse de sa patrie. N'oublions pas tout le scandale qui lui est resté collé à la peau et qui lui a valu des années d'emprisonnement. Cette ancienne de l'armée américaine a été condamnée, en 2013, à 35 ans d'emprisonnements pour avoir volé plus de 70 000 documents et des audiovisuels gouvernementaux secrets qu'elle avait, par la suite, acheminés à Wikileaks ( organisation à but non lucratif publiant des informations confidentielles visant à mettre en lumière des injustices reliées aux sphères décisionnelles ). Plus précisément, ces documents démontraient les actions répugnantes de l'armée américaine lors des guerres en Iraq et en Afghanistan, dont l'exécution de civils.

Manning demeure une candidate vedette bien qu'elle soit une figure polarisante aux États-Unis et à l'international.

C'est l'ancien président Barack Obama qui avait gracié la sentence de Chelsea Manning quelques jours avant la fin de son mandat présidentiel ce qui lui avait valu plusieurs critiques ,et ce, même à l'intérieur des rangs démocrates. Elle est en liberté depuis mai 2017 ce qui démontre à quel point elle n'a pas attendu longtemps pour se propulser dans l'arène politique. Cette dernière ne fut que sept années derrière les barreaux ce qui fut bien plus court que sa peine de départ. Le débat a lieu d'être à savoir si la divulgation de secrets américains est un geste condamnable, et ce, surtout si c'est fait avec l'intention de rendre de graves problèmes éthiques de l'armée publics. Lorsque nous sommes témoins de ceux-ci, n'avons-nous pas tous le devoir de révéler au grand jour des gestes quelconques bafouant les droits de l'homme ? Après tout, nous sommes tous de la même race humaine donc lorsque les soldats américains bombardaient des demeures occupées par d'innocentes familles et que des gens avaient en possession cette information, ils avaient un devoir d'informer la population. Manning avait pris la bonne décision et ne devrait pas se sentir coupable de quoi que ce soit. Devant de tels manquements éthiques de la part de milices américaines, j'aurais en toute l'occurrence pris la même décision que Chelsea Manning en envoyant les données recueillies à l'organisation fondée par Julian Assange, Wikileaks.

Il faut dire que du bord républicain et du président actuel, la libération précaire de Manning par pardon présidentiel a causé l'émoi pour l'argument que de tels gestes compromettent la sécurité nationale des États-Unis.

L'affaire Manning nous rappelle également tout le cas d'Edward Snowden qui avait éclaté sensiblement au même moment. Snowden, cet ancien employé de la CIA, avait lui aussi obtempéré une fuite de documents privés. Contrairement à Manning, ce qu'il avait envoyé à plusieurs médias démontrait que les renseignements américains surveillaient abusivement, c'est le moindre que l'on puisse dire, les pratiques Internet et les utilisations cellulaires de millions d'Américains. Depuis que la fuite fut révélée aux médias, Snowden a été accusé de multiples méfaits par le gouvernement américain trouvant exil en Russie et il y est depuis ce moment. Il ne veut pas revenir aux États-Unis, bien évidemment, par peur de représailles et pour la simple raison que s'il réapparait dans le portrait, il sera certes emprisonné sur-le-champ. De même, le président républicain ne penserait jamais à le pardonner pour ce qu'il a fait.

Les citoyens américains ont-ils le droit ou l'obligation diront certains d'avoir l'heure juste sur toutes pratiques gouvernementales : que celles-ci soient légitimes ou non ?

Ces deux cas avaient permis d'enclencher un réel débat sur la transmission de documents ou d'audiovisuels gardés secrets par l'État américain. Les citoyens américains ont-ils le droit ou l'obligation diront certains d'avoir l'heure juste sur toutes pratiques gouvernementales : que celles-ci soient légitimes ou non ?

Parlant de visibilité LGBT en politique fédérale américaine

En débit de son passé controversé, Chelsea Manning représente une minorité à l'intérieur du paysage politique actuel. À l'époque où le public avait fait la connaissance de Chelsea Manning, celle-ci se nommait Bradley Manning. C'est en 2013 que la nouvelle politicienne avait révélé au monde entier son changement de nom et qu'elle s'identifiait dorénavant en tant que femme. Sa sortie du placard comme transgenre avait fait d'elle une porte-parole importante sans conteste de la communauté LGBT. Son entrée en politique ne fait qu'améliorer la représentation LGBT dans la sphère politique.

Il y a quelques semaines, Danica Roem fut élue à l'Assemblé de la Virginie devenant du coup la première élue ouvertement transgenre dans une législature local aux États-Unis.

Pour l'instant, Chelsea Manning n'a pas voulu commenter sa mise en candidature pour un poste législatif au Sénat américain. Cette semaine sera probablement le temps idéal pour rencontrer les médias et faire part de sa situation. Elle a cependant confirmé la nouvelle par l'entremise de son compte Twitter avec une vidéo promotionnelle de plus d'une minute. La dernière remonte quand même à 1967 et ils ont participé au tournoi d'après saison que deux fois dans les 10 dernières années.

​​​​​​​