LES BLOGUES

Congrès du Bloc québécois: mon bilan

27/05/2014 08:52 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

En fin de semaine dernière se tenait le premier Congrès national au Bloc québécois en neuf ans. En tant que délégué, j'ai eu le plaisir de participer à cet important exercice démocratique qui devrait se tenir plus souvent. Environ 500 militants étaient réunis à Rimouski, sur le bord du majestueux fleuve St-Laurent, plus grand estuaire au monde. Voici donc les sujets ayant retenu mon attention.

Une course à la chefferie serrée

Les trois jours ont permis aux militants de découvrir les deux candidats de la course à la chefferie, en l'occurrence l'ex-président de la Société St-Jean-Baptiste Mario Beaulieu et le député André Bellavance. Ce dernier est resté plutôt flou sur ses intentions, répétant qu'il désire que le Bloc se « reconnecte » aux préoccupations quotidiennes des gens et que le parti se concentre à défendre les intérêts du Québec à Ottawa. M. Bellavance a également rappelé son expérience parlementaire et sa connaissance de plusieurs dossiers.

Mario Beaulieu a pour sa part insisté pour que le Bloc recommence à mettre l'accent sur l'indépendance du Québec. Il croit que c'est en ayant un message décomplexé, clair et passionné que le Bloc parviendra non seulement à rassembler les militants de toutes les organisations, mais aussi à mériter le vote de tous les indépendantistes du Québec. Cela pourrait permettre selon lui de faire monter les appuis du parti de 20% à plus de 40%. Il s'est montré ambitieux au niveau du recrutement de nouveaux membres et a également donné un appui sans équivoque aux jeunes du parti qui étaient menacés de perdre des pouvoirs décisionnels. Les deux candidats ont reçu leur part d'applaudissements pendant leurs discours et le débat.

Le Forum Jeunesse tient bon

Sur un léger fond de controverse, les hautes instances du parti avaient mis sur la table une proposition qui visait à remplacer le Forum jeunesse du Bloc québécois (FJBQ) par une simple commission jeunesse, privant les jeunes du parti d'une présence forte et d'un pouvoir réel sur les différentes instances. Le but évoqué était d'alléger les structures du parti et de forcer les jeunes à s'impliquer directement dans les instances existantes (comme les exécutifs réguliers), plutôt que de les voir « travailler dans leur coin ».

Le Forum jeunesse a répliqué pour sa part que les jeunes du parti ont besoin d'un espace officiel pour s'exprimer librement et avoir un impact sur le parti. Le président du FJBQ, Xavier Barsalou Duval, a ajouté qu'une telle résolution aurait démotivé un grand nombre d'entre eux, rappelant plusieurs réalisations de son organisation telles que des rassemblements festifs, des campagnes de mobilisation et des prises de position publiques. Finalement, l'ancien député Richard Nadeau a trouvé un compromis en suggérant la mise en dépôt de la proposition, adoptée à majorité. Les dirigeants du Bloc devront ainsi discuter avec le FJBQ avant d'effectuer des changements et le statu quo sera maintenu jusqu'au prochain Congrès national.

Indépendance, république et cie

Tout congrès ne serait pas aussi emballant pour les militants sans les fameuses commissions (parfois appelés ateliers) et la plénière qui permettent de débattre de différentes idées. Ces dernières, lorsqu'elles sont adoptées à majorité, définissent ensuite l'ADN du parti et ses orientations pour plusieurs années.

Plusieurs propositions ayant été adoptées semblent témoigner d'une volonté des membres de faire davantage la promotion de l'indépendance sur la place publique et de manière plus régulière. En effet, il a été adopté « que l'aile parlementaire du Bloc québécois fasse la promotion de l'indépendance sur toutes les tribunes »; « que le Bloc québécois prenne tous les moyens politiques et juridiques pour affirmer la différence du Québec par rapport au Canada et démontrer l'échec du fédéralisme »; « que le Bloc québécois réalise et diffuse des études pour promouvoir l'indépendance du Québec », etc. Les militants sont également parvenus à préciser un peu plus le type de système que le BQ désire en décrétant que « le Bloc québécois est républicain, c'est-à-dire qu'il est pour un régime basé sur le principe de la souveraineté du peuple, et des valeurs humanistes, telles que l'égalité, la liberté et la laïcité ». Dans le même ordre, le Bloc se positionne désormais officiellement « pour l'abolition de la monarchie ».

D'autres propositions intéressantes furent entérinées pour poursuivre la tradition nationaliste du Bloc ou encore la moderniser. Outre la protection de la langue française et la défense des consensus de l'Assemblée nationale du Québec, mentionnons l'appui à la création d'équipes nationales de sport représentant le Québec à l'international, le rapatriement de l'assurance-emploi, l'augmentation des normes de sécurité sur les chemins de fer, l'appui envers les politiques de souveraineté alimentaire et l'application des « 3RV » du développement durable (réduire, réutiliser, récupérer et valoriser) dans ses activités.

Quelques propositions audacieuses ont passé bien près d'être acceptées. En effet, deux votes seulement ont empêché l'adoption d'une prise de position favorable envers la légalisation de la marijuana. On sait que le débat fait couler de plus en plus d'encre, alors que le Colorado et l'Uruguay ont rendu légal le cannabis récemment. Idem concernant la décriminalisation des travailleuses et travailleurs du sexe, qui fût battue par peu de voies. Plusieurs congressistes étaient incertains que la formulation de la proposition et le choix des termes soient parfaits pour une problématique aussi complexe.

Somme toute, les militants étaient nombreux dans ce congrès organisé de manière très professionnelle pour un parti que de nombreux médias laissent pour mort. L'effervescence devrait se poursuivre jusqu'au 14 juin alors que les membres du Bloc Québécois éliront leur nouveau chef, lequel tentera de ramener le parti sur une des marches du podium au Québec.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?