LES BLOGUES

Réflexions à propos des cimetières

La promesse d’un cimetière musulman montre clairement que les religions ne veulent pas « le mourir ensemble", mais bien être séparées par des cimetières confessionnels.

19/07/2017 09:00 EDT
Muenz via Getty Images
La laïcité devrait convertir tous les cimetières confessionnels en cimetières multiconfessionnels.

Le refus par référendum d'accorder un cimetière aux musulmans nous oblige à réfléchir à cette réalité qui d'habitude est loin de nos soucis quotidiens.

D'abord, pour aider notre réflexion rappelons quelques notions d'histoire.

Le fanatisme des religions a parfois transformé les cimetières en champ de bataille.

À l'époque de l'Inquisition, l'Église catholique interdisait la crémation alors qu'elle la pratiquait joyeusement et généreusement sur ses bûchers.

En France, sous l'Ancien Régime, les cimetières étaient réservés seulement aux chrétiens. Dans sa grande charité évangélique, l'Église concédait des carrés aux suicidés, aux suppliciés, aux comédiens et aux prostituées. Les juifs devaient posséder leurs propres cimetières. Pas question de partager la « terre chrétienne » avec des « déicides ».

L'apparition de la Réforme va pourvoir les protestants français de leurs propres cimetières. Le roi Henri IV converti au catholicisme avait fait preuve d'une grande ouverture d'esprit en publiant l'Édit de Nantes qui ouvrait les cimetières aux protestants comme aux catholiques. En 1685, Louis XIV, lors d'une éclipse de son soleil, révoque l'Édit de Nantes et oblige les protestants à se convertir pour avoir une place dans les cimetières catholiques. Sinon les catholiques, toujours dans un élan de charité inspiré sans doute par leur Saint-Esprit, vont déterrer les cadavres des protestants pour les traîner dans les rues et les jeter à la voie publique. Les protestants qui ne voulaient pas que leurs morts subissent le même sort les enterraient dans leur cave ou leur jardin.

La Révolution française va instaurer des cimetières séparés; des carrés confessionnels étaient réservés à chaque religion. Les curés réservaient aux protestants et aux suicidés le carré des enfants morts sans baptême.

En France, les cimetières ont été déconfessionnalisés en 1881. La loi de 1887 stipule que chacun est libre de régler ses funérailles.

En Israël, les chrétiens doivent encore aujourd'hui être enterrés dans des carrés qui leur sont réservés dans les cimetières juifs.

Au Québec, l'Église catholique a fait preuve comme toujours de sa grande charité évangélique. Elle refusait d'enterrer en terre chrétienne les enfants morts sans baptême, les Québécois qui avaient participé à la guerre d'Indépendance américaine et surtout aux méchants Patriotes qui ne méritaient que l'enfer bien sûr.

Le comble, c'est l'affaire Guibord. Parce que cet individu appartenait à l'Institut canadien, ce nid de libres penseurs, l'Église refusa catégoriquement de l'enterrer dans un cimetière chrétien. Il fallut l'intervention de l'armée pour que Guibord repose en paix... en terre chrétienne.

Et que dire de l'Affaire Corriveau? Son cimetière fut une cage de fer. Cette fois, c'est le colonisateur anglais qui impose cette barbarie, mais l'Église se garde bien d'intervenir. Au contraire, elle n'a que des louanges pour le gouverneur Murray.

Place maintenant aux réflexions

Au cours des célébrations entourant l'attentat à la mosquée de Québec, on a entendu constamment les autorités religieuses clamer le « vivre ensemble ». Mais la promesse d'un cimetière musulman montre clairement que les religions ne veulent pas « le mourir ensemble", mais bien être séparées par des cimetières confessionnels.

La laïcité devrait convertir tous les cimetières confessionnels en cimetières multiconfessionnels.

Après toutes ces péripéties de l'histoire, au Québec, nous en sommes encore et toujours avec nos cimetières juifs, protestants, catholiques et peut-être musulmans. La laïcité devrait convertir tous les cimetières confessionnels en cimetières multiconfessionnels. Plus encore, elle devrait ouvrir les cimetières aux athées, aux agnostiques et aux libres penseurs. Heureusement, l'idée des cimetières multiconfessionnels semble faire son chemin.

Pire encore, les religions transposent au ciel leur fanatisme terrestre. Pour les chrétiens, leur paradis est réservé aux catholiques, aux protestants et aux orthodoxes, mais dans des paradis séparés. Dans le paradis chrétien, chaque confession va avoir son petit carré de sable religieusement réservé. Quand avons-nous entendu un curé dire en chaire qu'au paradis nous serons avec les juifs, les bouddhistes, les protestants, les shintoïstes, les hindouistes et les athées?

Les religions adorent la séparation.

Si on lit le Coran, on constate immédiatement que le paradis musulman est la propriété exclusive des hommes élus, pas les femmes. D'ailleurs, dans son voyage dans l'au-delà, Mahomet a très bien vu que l'enfer était peuplé de femmes. Les hommes auront leurs fameuses houris, donc pas besoin de femmes terrestres qui ont la mauvaise habitude de ne pas rester vierges. Et pas question de juifs ou de chrétiens dans le paradis d'Allah. Ils occuperont des paradis séparés et surtout l'enfer bien sûr. Les religions adorent la séparation.

Enfin, il faut conclure que malgré notre belle laïcité, malgré notre démocratie, malgré notre ouverture d'esprit, nous avons encore beaucoup de travail devant nous avant d'atteindre la véritable civilisation.

Références: Le livre noir de l'Église catholique au Québec; La laïcité, une grande invention et Le Coran, parole divine ou parole humaine par Normand Rousseau, à la Fondation littéraire Fleur de lys, sur Internet.

LIRE AUSSI
»
Cimetière musulman: le maire de Saint-Apollinaire ne reviendra pas à la charge
» Des objets sacrés disparaissent des églises du Québec
» Hausse marquée du nombre de crimes haineux signalés au SPVM

De quelles religions sont les Québécois?