LES BLOGUES

Le jeu des chaises musicales commence

14/02/2013 10:14 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Le 6 février dernier, le ministre de la Défense nationale et des Forces canadiennes, Peter MacKay, a annoncé une (longue) série de nominations, de promotions et de départ à la retraite. On m'a, à plusieurs reprises, demandé de commenter cette nouvelle, car, il faut le dire, la liste comporte pas moins de 55 noms!

Tout d'abord, si l'exercice des nominations/promotions/départs a lieu à chaque année, c'est sans doute la première fois qu'il y a autant de noms.

Un colonel m'a affirmé que l'année 2014 allait être chargée et que les têtes pensantes à la Défense ont voulu un peu rééquilibrer en en mettant un peu plus en 2013. Certes...

Mais cette année, ce qui en a surpris plus d'un, c'est que la liste comporte pas mal de noms importants.

Le vice-chef d'état-major de la Défense, le vice-amiral Donaldson, prend sa retraite.

Le commandant de l'armée, le lieutenant-général Devlin, prend sa retraite.

Le commandant de la Marine, le vice-amiral Maddison, prend sa retraite.

L'ancien commandant du Commandement Canada, le lieutenant-général Semianiw, prend sa retraite.

Faut-il le rappeler, l'automne dernier, le général Lawson a remplacé le général Natynczyk à la tête des Forces canadiennes, et le lieutenant-général Blondin a remplacé le lieutenant-général Deschamps au commandement de l'Aviation royale canadienne.

De plus, la structure des Forces a radicalement changé lors de la mise sur pied d'un «commandement unifié», le Commandement des opérations interarmées du Canada.

Si les militaires sont habitués aux changements, car les mandats sont généralement de deux, trois ou quatre ans. Cette fois, tout arrive en même temps.

Qu'est-ce qui a poussé la Défense à agir?

Volonté des conservateurs de mettre leurs pions en place? En ces temps de restrictions budgétaires, était-il temps de changer une équipe qui se plaignait de ne pas avoir de moyens suffisants?

Récemment auditionné par le comité de la Défense des Communes, le commandant de l'armée disait que son budget avait déjà était coupé de 22 % et que ce n'était sans doute pas fini.

La saga du F-35 en a refroidi plus d'un à Ottawa et certains programmes d'achats à venir pourraient faire aussi parler d'eux... Je ne vise personne... Nouveaux navires (hum!).

Pour en revenir à nos moutons.

Avec ces quelques départs, c'est toute la structure qui va changer. Si un part, un autre doit le remplacer, qui doit lui-même être remplacé, etc, etc.

Quelques noms ont attiré mon attention: le contre-amiral Peter Ellis deviendra le commandant adjoint de la Marine, le major-général Mike Hood deviendra directeur de l'état-major de l'État-major interarmées stratégique au quartier général à Ottawa, le major-général Jim Ferron en Afghanistan terminera son tour puis sera remplacé par le major-général Dean Milner, le brigadier-général Guy Hamel passera du Grand Nord au NORAD, et enfin, le brigadier-général Richard Giguère, actuellement commandant du Secteur du Québec, s'en ira prendre le commandement du Collège des Forces canadiennes à Toronto.

Les changements seront effectifs dès cet été, et ce, pour une durée de deux à quatre ans selon les postes, avant de rejouer de nouveau aux chaises musicales.

Qui c'est qui a perdu sa place?

Les alternatives au F-35