SUMMUM

alamy

Cessons de subventionner les magazines

Si on accepte que ce programme n'est pas foncièrement de nature culturelle, mais commerciale, le soutien à Summum est-il justifiable? La femme d'affaires en moi dit oui, la femme tout court a de sérieux problèmes. La solution est peut-être d'interdire que des magazines à caractère sexuel soient subventionnés? Mais là, on tombe vite dans la censure et le jugement de valeurs. Ma solution? Ce programme n'a plus sa raison d'être.
Screenshoot

Les gros seins canadiens

En 2007, peu de temps après s'être installé à Ottawa, le gouvernement Harper a "restructuré" l'aide aux périodiques en coupant certaines subventions aux magazines culturels. Dorénavant, cette aide va aux magazines dont la circulation est de 5000 ou plus. Autant dire les revues automobiles, musculation, décoration, jardinage et, bien sûr "à contenu glamour et sexy", pour citer Alain Rochette à nouveau.