SOMMET ÉDUCATION

PC

De leur côté du rideau

J'avais hâte du Sommet sur l'enseignement supérieur. Il m'intriguait, et je refusais de croire, peut-être un peu naïvement, que les dés étaient joués d'avance. J'avais hâte de pouvoir suivre les discussions, de voir les enjeux cruciaux remis au cœur des débats, de pouvoir parler ouvertement de gratuité scolaire sans se faire répondre que c'est impossible. J'avais hâte de rêver d'une vision commune sur l'éducation supérieure au Québec. Mais rien de tout ça n'est arrivé.
PC

Marois tourne la page du carré rouge

Comprimé dans le temps, avec des acteurs choisis judicieusement, le Sommet a produit les résultats escomptés pour le gouvernement Marois, en l'affranchissant d'une promesse électorale et du carré rouge. Désormais, la première ministre pourra invoquer les «consensus» du Sommet pour défendre son approche en éducation. À moins, bien sûr, que l'ASSÉ et ses partenaires ne réussissent à rallumer les braises de la contestation.
PC

Perdant-perdant?

Je reconnais facilement que sur la question des droits de scolarité, aucun consensus n'était envisageable. Les associations étudiantes et les organisations syndicales qui occupaient plusieurs des sièges autour de la table travaillaient pour une utopique gratuité universitaire. Les administrations universitaires et les milieux d'affaires penchaient quant à eux pour une augmentation substantielle des droits de scolarité. Le gouvernement a tranché pour une indexation qui couvre les effets de l'inflation. Tout le monde est insatisfait.
Getty Images

Qu'est-ce qu'une université?

Il a beaucoup été question ces dernières semaines de droits de scolarité et de gestion universitaire, mais personne ne s'est posé LA question: quelles sont, dans la société d'aujourd'hui et seront demain, les fonctions d'une université moderne? Elle doit certes entretenir des contacts fertilisants avec tous les milieux, spécialement les milieux économiques et sociaux, mais elle doit continuer à consacrer la part essentielle de son effort à l'enseignement et à la recherche désintéressée.
PC

La liste d’épicerie

Le Sommet sur l'enseignement supérieur au Québec est un beau moment pour rassembler les forces vives du milieu de l'éducation avec le gouvernement un an après la grève étudiante qui a secoué la province. L'idée est louable. Mais il faudra aller bien au-delà de la liste d'épicerie présentée lundi matin par les intervenants, sinon aucun consensus ne pourra être établi d'ici la fin du Sommet mardi midi.
PC

Sans commentaires

C'est ce lundi que s'est ouvert (enfin) le Sommet sur l'enseignement supérieur. Ce sera l'occasion de voir étalées une multitude d'options provenant d'un tout aussi grand nombre d'intervenants à propos de l'épineux dossier du financement des universités québécoises. Question de garder le cap dans ce volumineux flot de propositions, nous avons réuni quelques statistiques de base qui n'ont fait l'objet d'aucune interprétation de notre part, et qui proviennent de sources reconnues

Sommet: tout ça pour ça?

Depuis quelques jours le gouvernement s'applique à diminuer les attentes des uns et des autres et on le comprend. Le tour de force consisterait à vider des questions aussi importantes que la qualité de l'éducation au niveau collégial et universitaire, son financement à long terme, la cohérence dans la gestion des établissements ...en 12 heures de discussions réelles avec 60 participants au tour de la table.