SANDY HOOK ELEMENTARY SCHOOL SHOOTING

Courtesy of Liza Long

La maladie mentale en Amérique

Trois jours avant qu'un jeune de 20 ans nommé Adam Lanza ne tue sa mère et vide son chargeur sur une classe remplie d'enfants de maternelle, mon fils Michael, âgé de 13 ans, a raté son autobus scolaire, car il portait un pantalon de la mauvaise couleur. "Je peux les mettre", répétait-il sur un ton de plus en plus agressif. Mon fils souffre de maladie mentale. Je l'adore, mais il me fait peur. Quelques semaines plus tôt, Michael a sorti un couteau de sa poche. Il a menacé de me tuer et de se suicider, parce que je lui avais demandé de rapporter ses livres en retard à la bibliothèque.

Chronique d'un massacre annoncé

Après l'épouvantable massacre de Newtown dans le Connecticut ce vendredi, l'un des plus atroces commis dans un établissement scolaire aux Etats-Unis, les larmes essuyées par Obama au coin des yeux, loin de m'émouvoir, m'ont indignée, comme la marque de la plus grande hypocrisie qui soit. On savait en effet qu'une tuerie semblable ou pire se reproduirait sur le sol américain.
Chine

Une minute de silence

Face à la violence, face à la folie, je suis désarmé. Et déjà le tourbillon des mêmes commentaires qui se répètent à l'infini parce que ce sont encore les mêmes événements qui se répètent ad nauseam. Il nous arrive trop peu souvent de faire une pause, d'arrêter la cacophonie, de couper le son et d'écouter le silence. Je vous propose de le faire ici.