Religions

Alamy

Rebonjour tristesse

J'accoste toute la nuit l'ampleur de cette rupture éthique individuelle, qui me plonge dans l'horreur. La mosquée de Sainte-Foy est le point de mire. La haine a tranché. Des terroristes viennent de tirer à bout portant. Ils viennent de franchir la ligne.

29 janvier blanc froid

Chez nous, ce sont les couleurs de Montréal, les plaines de l'Estrie, l'eau salée de la Gaspésie, les forêts d'Eeyou Istchee, la neige du Nunavik. Ce n'est pas Québec du 29 janvier blanc froid, des taches dans la nuit.
shutterstock

Les soins palliatifs et l'épiphanie des liens humains

La symbolique véhiculée par la Nativité suggère une réflexion sur la fragilité et les façons de l'entourer. Elle insuffle le besoin de penser la vulnérabilité, la prudence et le bien commun. Il y a pléthore de moyens de le faire, mais en observant l'actualité entourant les législations (québécoise et canadienne) encadrant la fin de vie, comment ne pas y voir une reconfiguration emblématique des enjeux allégoriques de la crèche?
Pavel Raigorodski via Getty Images

L'intelligence de la foi

Il faut lire impérativement la Bible en collant au texte en ne cherchant aucun faux-fuyant. Toute tentative de chercher à lire autrement, c'est-à-dire intelligemment, le texte braqué sous nos yeux, constitue une esquive condamnable. Voilà la stratégie argumentative de Normand Rousseau dans son texte Pourquoi il faut lire la Bible au pied de la lettre. Il s'agit là cependant d'une forme du sophisme de la caricature.
shutterstock

Le Jésus blanc et le Jésus noir

S'il lit les évangiles au complet, le lecteur est décontenancé par les deux personnalités de Jésus. Un Jésus blanc qui prêche l'amour du prochain et le pardon aux ennemis, la paix et la douceur. Puis le Jésus noir qui prêche la guerre, la violence, la vengeance, qui ne pardonne pas à ses ennemis, qui justifie la torture, l'Inquisition et l'esclavage.