Prix Du Livre

luoman via Getty Images

Pourquoi une loi sur le prix des livres? - Sylvain Campeau

Le prix unique du livre est une politique économique et culturelle veillant à protéger la bibliodiversité. Que les ventes de livres aient baissé de 18% entre 2009 et 2012, qu'on lise peu au Québec, cela est vrai. Mais si on lit peu, on achète aussi déjà peu. Le fera-t-on encore moins parce que, dans 11% des occasions d'achat, le livre sera un rien plus cher? L'impact ne saurait être aussi grand que le craignent les détracteurs de cette réglementation.
Getty

Le PLQ appuiera-t-il la collusion du livre? - Adrien Pouliot

Le ministre Maka Kotto propose la formation d'un système collusoire où les prix des livres seraient fixés, rendant illégal pour les détaillants d'offrir des rabais supérieurs à 10 % dans les mois suivants la sortie d'un nouveau titre. Le Parti libéral est un complice silencieux de cette attaque frontale sur les lecteurs québécois.
Getty

Livre à prix unique: pourquoi je n'enverrai même pas mon manuscrit à des maisons d'édition - Ian Truman

Le ministre Kotto a présenté hier sa loi pour le livre à prix unique, prétextant vouloir protéger l'avenir et la diversité en littérature en disant vouloir protéger les librairies indépendantes. Cet effort est fallacieux et vain. Vain, dans le sens où il va à l'encontre d'un essor technologique sans précédent, et fallacieux, car il prétend que les problèmes de l'industrie du livre se trouvent au niveau du prix et des grandes surfaces.
shutterstock

Prenons parti pour le livre québécois

Notre gouvernement entend apporter sa contribution dans la défense du livre québécois, dans la défense de notre identité collective. Avec cette volonté en tête et après avoir entendu, écouté, les gens concernés, notre gouvernement ira de l'avant avec un projet de loi pour encadrer le prix du livre afin de limiter le rabais à 10 % sur les nouveautés pendant 9 mois.
Getty

Le PQ et le prix du livre: affirmer l'identité québécoise, mais laisser mourir sa littérature? - Gabriel Nadeau Dubois

Depuis près de trois mois, le gouvernement du Parti québécois se présente comme le champion de l'identité québécoise et de son patrimoine historique. Pendant ce temps, le milieu du livre crie au secours. Des appels qui, pour le moment, restent sans réponse. Entre la fermeté du PQ dans le dossier de la « Charte » et sa tergiversation dans celui du prix réglementé du livre, le contraste est frappant. L'affirmation culturelle du PQ s'arrête-t-elle là où les marges de Costco commencent à diminuer?
Shutterstock

Des libraires... Luddites en devenir ? - Mario Asselin

Les librairies qui ont initié le mouvement « Sauvons les livres » n'ont rien en commun avec les luddites d'autrefois. Pour le moment du moins... Mais je ne peux m'empêcher de craindre que derrière la revendication à l'effet de réglementer le prix des livres, il y ait certaines velléités qui s'apparentent au combat des luddites.
Getty

500 vs 30 000

500 représente le nombre de best-sellers qui sont publiés chaque année, un petit nombre sur les 30 000 nouveautés francophones. Ces 500 titres représentent le pain et le beurre des commerçants. Or, il arrive de plus en plus souvent qu'une grande part de leurs ventes soit réalisée dans des grandes surfaces, qui ont les moyens d'offrir des rabais que les librairies agréées ne peuvent égaler.