Printemps Quebecois

Déguisés mais pas résignés

PC | Publication 30.06.2012

MONTRÉAL - Pour un septième soir d'affilée, des milliers de personnes ont marché dans les rues du centre-ville de Montréal pour protester contre ...

Contestations en tous genres et révolte perpétuelle: sommes-nous prisonniers des années 60?

Marie-Claude Ducas | Publication 19.06.2012
Marie-Claude Ducas

On se retrouve constamment, depuis les années '60, devant le discours où il faut à tout prix abattre le système existant et instaurer des changements « radicaux », que ce soit sur le plan politique, économique, ou pour tout ce qui a trait à l'environnement. Dans cette logique d'opposition, tout fonctionnement à l'intérieur des structures en place n'est pas assez bon, pas assez efficace, et surtout pas assez rapide aux yeux des révolutionnaires permanents...

Un manifeste pour le printemps érable

Michel Lambert | Publication 19.06.2012
Michel Lambert

Deux appels se sont fait entendre ce printemps au Québec; celui du mouvement étudiant pour le gel des droits de scolarité et celui pour la protection de l'environnement et de nos richesses naturelles à l'occasion du jour de la terre ce 22 avril. Ces deux appels, entendus par des milliers et des milliers de Québéois et de Québécoises, ont ceci en commun qu'ils exigent un débat de société visant une réelle transformation!

Pour un printemps québécois!

Annick Vigeant | Publication 11.06.2012
Annick Vigeant

Printemps arabe, mouvement des indignés, manifestations étudiantes aux quatre coins du monde, grève générale en Espagne, vague de suicides en Grèce... Coïncidence? La grève générale illimitée menée à bout de bras par les étudiants québécois depuis plusieurs semaines n'est qu'un symptôme d'un malaise de plus en plus profond et généralisé : un ras-le-bol collectif et mondial vis-à-vis de l'élite économique, qui tente de faire croire au peuple qu'il n'a pas les moyens de ses ambitions.

Pourquoi il faut appuyer le printemps étudiant

Christian Bolduc | Publication 18.04.2012
Christian Bolduc

Mais pourquoi, direz-vous, faire tout un boucan pour 325$ d'augmentation annuelle pendant cinq années consécutives? Entre payer 2 415$ par année et 3 793$ en 2016-2017, c'est quoi la différence si tu as accès aux prêts et bourses ainsi qu'au marché du travail?