MAPLE LEAF

Alamy

Impossible d'obtenir les avis de correction émis par l'Agence d'inspection des aliments

Les scandales liés aux cas de contamination chez XL Foods et Maple Leaf ont attiré l'attention du public sur le travail de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). En dépit du droit à l'information, le citoyen qui désire contre-vérifier par lui-même la qualité de ce travail risque de devoir affronter un rempart bureaucratique infranchissable. Voici le récit d'une banale demande visant à obtenir des avis de correction et des rapports d'inspection liés aux trente-quatre abattoirs québécois de juridiction fédérale.
Shutterstock

E.coli frappe encore: faut-il faire confiance à l'agence d'inspection des aliments?

Dans mon dernier billet, je me demandais s'il fallait faire confiance à Santé Canada au sujet des additifs alimentaires dans l'élevage. Cette fois, la question se pose à l'égard du travail de l'Agence Canadienne d'Inspection des Aliments (ACIA) après que celle-ci n'ait pas été en mesure de détecter la présence de la bactérie Escherichia coli dans la viande produite depuis la fin août par l'abattoir XL Foods inc. d'Alberta.