Loi C-10

AP/Dario Lopez-Mills

Les meurtriers d’enfants ne vont pas tous en prison

La sénatrice Hervieux-Payette a émis sur le Huffington Post Québec une opinion déconnectée de la réalité au sujet de la maladie mentale et des parents assassinés par leurs enfants. C'est à croire qu'à la lecture de ses propos qu'elle excuse ces gestes incompréhensibles sous l'unique prétexte que les gestes posés peuvent être excusables sur le plan médical. Il faudrait également croire, à la lecture de la lettre de la sénatrice, que notre système de justice est parfait afin de traiter les cas de non-responsabilité criminelle.

Criminalité organisée: le gouvernement Harper manque la cible!

Les déclarations publiques du gouvernement conservateur et de ses représentants, leur acharnement sur le cas des délinquants sexuels, des criminels ayant une problématique de santé mentale et les fous de la route, me laissent pantois. Ces délinquants, une fois arrêtés et détenus, sont la population la plus vulnérable du milieu criminel.
Getty Images

Les Lois intolérables

Mon directeur de maîtrise, humaniste au savoir encyclopédique, nous disait avec un petit sourire en coin : «Les Anglais font des réformes et les Français font des révolutions.» Et les Québécois font des révolutions tranquilles, ai-je pensé. J'ai passé deux des plus belles années de ma vie au XVIIIe siècle et je m'y réfugie encore parfois, au milieu d'une rêverie révolutionnaire anachronique.
AP

Justice criminelle: Le projet de loi C-10, un bris de démocratie

Ce projet de loi omnibus est une question de principes et de priorités. Il est au fond une question de valeurs. Si nous affectons des milliards de dollars à la construction de prisons inutiles alors que la criminalité diminue et que nous mettons plus de gens en prison pendant plus longtemps, cet argent ne peut donc être utilisé pour investir dans le programme de justice sociale, dans les garderies, dans les soins de santé, dans la prévention de la criminalité, ni dans le logement des aînés ou dans le logement social.