Loi 78

PC

Merci, Gabriel!

Depuis le début de la grève étudiante, le gouvernement et la plupart des éditorialistes et commentateurs ne cessent de s'en prendre à Gabriel Nadeau-Dubois, le leader de la CLASSE. Pourquoi donc? Parce qu'il est le seul à garder le cap sur la raison qui a amené les étudiants à entrer en grève : la hausse des frais de scolarité. Sans Gabriel Nadeau-Dubois, ce réveil des étudiants et, plus généralement, de la population québécoise, aurait-il lieu? Permettez-moi d'en douter.
PC

La réaction de la gauche concernant la Loi spéciale: Un mépris de démocratie?

Le mouvement progressiste respecte la démocratie quand cela fait son affaire. Quand un gouvernement légitime adopte une loi qui va à l'encontre de ses intérêts, il crache sur la démocratie et il va manifester dans la rue pour l'intimider et la faire reculer. Il faut que les gauchistes comprennent qu'une société civilisée ne peut pas fonctionner comme cela. Un gouvernement ne peut pas céder devant la violence et l'intimidation.
CP

Vive la poêle à frire

Le mouvement des femmes au Québec s'est bâti précisément sur le contournement de la loi interdisant l'avortement. Comme bien d'autres féministes à l'époque, j'ai aidé des femmes à avorter dans la plus parfaite illégalité. Arrêtez-moi quelqu'un. Il y a parfois des gestes plus dignes de respect, certainement plus courageux, que de simplement faire les génuflexions d'usage devant la primauté du droit. On comprend, bien sûr, le besoin de juristes et politiciens de réitérer leur attachement aux règlements démocratiques puisque leur pain et beurre en dépend.
PC

Un gros pied de nez

Il est désolant de voir un député, Ami Khadir, si solidaire soit-il, flirter avec la désobéissance civile et gonfler les voiles de la CLASSE. Le chef de Coalition Avenir Québec, François Legault, suggère que le premier ministre annonce des élections à l'automne pour faire sortir la pression. Est-ce que l'annonce d'élections en octobre faciliterait le retour en classe en août? On peut cultiver un petit doute.
Simon-Marc Charron

Suggestion pour un gouvernement responsable

Pourquoi voulait-on hausser les droits de scolarité déjà? Ah oui! Pour accroître les revenus des universités. Parfois, on perd de vue l'objectif quand les esprits s'échauffent. Bon alors, puisqu'il s'agit essentiellement d'une question d'argent, eh bien, parlons argent. Notre gouvernement pourrait-il nous informer de son estimé des dépenses à venir, du fait de l'adoption de sa loi spéciale?
CP

Vives critiques de la part de l'opposition

QUÉBEC - La crise sociale qui se poursuit, malgré l'adoption d'une loi spéciale limitant les manifestations, démontre la perte de légitimité du gouvernement libéral, ont déclaré mardi les partis de l'...
PC

Une bonne loi

Le déferlement de violence auquel nous avons assisté ces dernières semaines doit désormais cesser, il est inacceptable que nous soyons pris en otage chaque jour par des bandes d'anarchistes qui ne veulent créer que le chaos. La loi spéciale qui vient d'être votée est une décision de bon sens qui va rétablir enfin le calme à Montréal. Les quelques lignes ci-dessus sont un ramassis de merde que j'ai eu la plus grande peine du monde à écrire.
PC

Des fous géniaux

Ce mouvement est en train de créer des fou-géniaux. Oui. Des fous, géniaux. Des femmes et des hommes capables d'affronter et de vouloir changer un monde contradictoire et imparfait, pourtant remplit de potentiel, mais équarrit à trop d'endroits.
PC

27e manif = 300 arrestations

MONTRÉAL - Une autre manifestation fort agitée a eu lieu dimanche soir au centre-ville de Montréal. La police a fait état de plus de 300 arrestations mais n'a signalé aucune blessure grave.Pour une 27...
PC

Quand la peur laisse place à la fierté

Comme le Québécois moyen, j'aime les compromis et les mesures mitoyennes. Depuis le début du « conflit étudiant », j'ai peu manifesté. Ce soir du 20 mai, toutefois, j'ai décidé de me rendre avec une amie à la manifestation nocturne au centre-ville. Un peu nerveux et craintif certes, étant donné la « réputation » de ces manifestations, mais tout de même confiant que j'arriverais à éviter les problèmes.