JEAN DUCEPPE

Marlène Gélineau Payette

«Nos femmes»: la misogynie ordinaire

Le sujet de Nos femmes porte en principe sur les choix à faire en amitié. J'en ai fait une autre lecture qui m'a beaucoup dérangée. Eric Assous, c'est du Cro-Magnon théâtral véhiculant les pires clichés sur les relations entre les êtres. Tout ce qui doit être remis en question dans notre société se retrouve en condensé dans cette pièce, avec un traitement 19e ou 20e siècle.

Un village de fous

D'ailleurs cette pièce se démarque de la production habituelle de Neil Simon, ce dramaturge qui représente la quintessence d'une certaine Amérique, bourgeoise et bien-pensante mais capable de rire de ses travers. Il a eu beaucoup de succès dans les années 70 et 80 et peut-être devrions-nous le laisser se reposer en paix.

Née pour un petit pain: Du bon monde

Enfin! Le ciel a répondu à mes attentes et la Compagnie Jean-Duceppe a demandé à Maryse Warda de traduire la très bonne pièce Du bon monde de l'américain David Lindsay-Abaire. Ce qui fait que plutôt que d'être soumis à un texte boiteux et parsemé d'anglicismes que les comédiens ont parfois du mal à se mettre en bouche, les spectateurs ont cette fois-ci droit à une excellente adaptation où on sent les différences de classes sociales à travers les accents et les expressions utilisées.