Histoire Quebec

Disséquer une grenouille

Eric D’Alo | Publication 29.07.2014
Eric D’Alo

Au Québec, bien que la situation du français soit en meilleure posture qu'il y a 50 ans, notre situation géographique et « mondialisante » nous rappelle toujours qu'il nous faut rester vigilant.

Patriotes à la grandeur du Québec

Gilles Laporte | Publication 19.07.2014
Gilles Laporte

Malgré sa renommée encore modeste, la Journée nationale des patriotes de lundi présente souvent d'étonnants liens avec l'actualité. C'est en partie pour y répondre que le MNQ, coordonnateur des activités de la Journée, a retenu cette année le thème: «Patriotes à la grandeur du Québec».

Deux clans au front

Claude Bérubé | Publication 22.11.2013
Claude Bérubé

Et le Québec est divisé encore une fois, sclérosé devant un projet national. Grâce aux nombreuses années que j'ai cumulées derrière la cravate, j'ai vu à maintes reprises le Québec se diviser en deux clans, s'affronter. Comment croire qu'il soit enfin possible de tous nous rallier derrière une cause. Je me souviens, «une devise qui me sied bien».

Le gouvernement veut renforcer l'enseignement de l'histoire

RCQC | Radio-Canada.ca | Publication 28.07.2014

Le gouvernement Marois instaure un cours obligatoire sur l'histoire nationale du Québec contemporain au collégial dès l'automne 2014, en plus de la...

Louis Riel, le chef d'État

Gilles Laporte | Publication 28.09.2013
Gilles Laporte

En seulement quelques mois et avec des moyens dérisoires, Louis Riel est parvenu à fonder un gouvernement provisoire et à négocier un règlement honorable face à un adversaire autrement redoutable. Le chef métis fut bien celui qui donna sa vie à son peuple, mais n'oublions surtout pas le grand stratège politique, l'un des plus adroits que nous ayons produits.

La France rend hommage aux «Filles du Roy»

PC | Michel Dolbec, La Presse Canadienne | Publication 06.08.2013

PARIS - Trois-cent-cinquante ans après leur départ pour la Nouvelle-France, le souvenir des Filles du Roy est enfin célébré en France.Une plaque ...

Une nation qui sait d'où elle vient est moins facile à berner...

Steve E. Fortin | Publication 21.07.2013
Steve E. Fortin

Le ministre de l'Enseignement supérieur Pierre Duchesne en a fait un de ses chevaux de bataille, la Journée nationale des Patriotes ayant de nouveau fait ressurgir la question de l'enseignement de l'histoire au Québec et je m'en réjouis grandement. Il est de notre devoir d'appuyer toutes mesures qui feront en sorte que l'on cesse de former des incultes, des ignorants quant aux fondements historiques de leur nation au Québec.

Enseignement de l'histoire: Ottawa recule

RCQC | Radio-Canada.ca | Publication 06.07.2013

Le comité permanent du Patrimoine canadien a annoncé lundi qu'il n'étudierait pas l'enseignement de l'histoire dans les établissements primaire, s...

Les valeurs nobles d'une grande Nation

Claude Bérubé | Publication 02.06.2013
Claude Bérubé

Sans être historien, même amateur, ne faut-il pas se nourrir à la mamelle de l'Histoire. Se souvenir! Prendre du recul! Il faut célébrer les sages de la Nation pour en extirper sa grande Histoire, ses grandes œuvres et les grandes valeurs nobles qui ont animé les faits et gestes de nos ancêtres. Sinon, que nous reste-t-il si nous ne cherchons qu'à dénigrer d'une façon mesquine et partisane tous les hauts faits de nos membres les plus illustres qui nourrissent notre fierté?

Le reste du monde, ce grand oublié de notre histoire

Karl W. Sasseville | Publication 13.05.2013
Karl W. Sasseville

Lors de son conseil «national», le Parti québécois a réitéré son intention de modifier le programme du seul cours d'histoire que l'on dispense de manière obligatoire dans nos écoles secondaires. Si je partage l'idée selon laquelle l'histoire doit occuper une plus grande place dans la formation académique de la génération montante, je m'insurge contre le projet péquiste visant à mettre plus d'emphase sur l'histoire «nationale» dans l'enseignement de l'histoire du Québec et du Canada.

Cette Histoire politique qui doit aussi s'apprendre au cinéma

Marc-André Robert | Publication 23.04.2013
Marc-André Robert

« Or, actuellement, ce qui s'offre [au grand écran] aux Québécois passionnés d'histoire [politique], qui veulent cultiver leur ''Je me souviens'', ce ne sont pratiquement que des récits états-uniens. » Ces mots de l'éditorialiste Antoine Robitaille dans les pages du Devoir de mardi, faisant suite au dossier sur l'histoire au cinéma publié dans l'édition du weekend dernier, font état d'une réalité (l'absence du cinéma politique de fiction au Québec) qui en cache une autre. Celle d'une ignorance face à notre histoire politique et nationale.

Où en sommes-nous?

Maxime Guérin | Publication 27.01.2013
Maxime Guérin

Passé l'échec du référendum de 1995, j'ai l'impression que ce n'est que la société de consommation qui a pris de l'expansion. Les idéaux souverainistes ou fédéralistes ont fait place au train-train politique, au marasme politique. Tout le monde consomme, personne ne vote. Qu'est-ce qui qualifie la société actuelle, celle post-1995?

Le PQ, la taxe santé et l'histoire au secondaire

Maxime Duchesne | Publication 17.12.2012
Maxime Duchesne

Le moindre que l'on puisse dire est qu'un changement de gouvernement n'est jamais facile. L'état des finances publiques n'est jamais aussi rose que le prétendait le gouvernement sortant et les premiers jours à la tête d'un ministère peuvent parfois être chaotiques étant donné la nécessaire acclimatation. Un pour qui la transition fut laborieuse est Nicolas Marceau. Le nouveau ministre des Finances est aujourd'hui le grand responsable de la concrétisation de nombreuses promesses électorales.

L'électricité avant Hydro-Québec

Vincent Geloso | Publication 27.11.2012
Vincent Geloso

Notre compréhension de l'histoire de l'électricité avant la nationalisation est tordue par la rhétorique politique. Selon la logique communément acceptée, le Québec avant 1944 était retardé en matière d'électrification avec des prix trop élevés, des monopoles dirigés par des anglophones et un développement timide du vaste potentiel du Québec.

Un sincère merci

Maripier Isabelle | Publication 06.11.2012
Maripier Isabelle

En y accordant tout votre coeur, c'est sans relâche que vous avez donné tout ce que vous aviez, et même davantage, pour honorer les mandats qui vous ont été confiés. Vous m'avez appris l'essence du mot engagement et la profondeur du mot courage. Ceux qui vous connaissent auront tous constaté cette force de caractère qui est la vôtre, grâce à laquelle chaque obstacle, d'une crise économique à la perte d'un être cher, devient une occasion de se rassembler et de mettre en commun ce que nous avons de meilleur pour avancer.

Le patrimoine de la Révolution tranquille: un enjeu de la campagne électorale

Alexandre Turgeon | Publication 13.10.2012
Alexandre Turgeon

Depuis quelques mois déjà, un phénomène pour le moins fascinant est en train de se produire sur Twitter. Ils sont plusieurs centaines d'utilisateurs à y évoquer le souvenir de la Grande Noirceur et de la Révolution tranquille. J'ai relevé à ce jour plus de 2 500 tweets qui traitent de l'une ou de l'autre, et ça ne tarit pas (là-dessus, voir mon compte Twitter: @alexturgeon). Aucun parti n'est épargné, les uns dénonçant la Grande Noirceur, ce moment de stagnation nationale, les autres se réclamant de la Révolution tranquille, comme moment d'affirmation nationale.

Éthique et corruption: rappel historique

Louis Rousseau | Publication 03.10.2012
Louis Rousseau

Pour les plus âgés qui peuvent se souvenir, comme pour les historiens, ce que nous vivons en ce début de période électorale peut rappeler les dernières années du règne de Duplessis. L'élection de 1956 avait donné lieu à un raz de marée en faveur de l'Union Nationale. L'achat massif des votes, le patronage donnant-donnant érigé en système incontesté, la création d'un ennemi imaginaire (le communisme) partout dissimulé et prêt à introduire le chaos dans la rue et dans les entreprises, la complicité active ou silencieuse de la majorité du clergé, etc., faisaient du vote une mascarade.

Fier d'être Québécois juif

Richard Marceau | Publication 19.08.2012
Richard Marceau

Alors que la Fête nationale approche à grands pas, nous marquons cette année le 180e anniversaire d'un événement très important de l'histoire québécoise. En juin 1832, l'Assemblée législative du Bas-Canada octroyait la pleine égalité aux Juifs, 26 ans avant la Grande-Bretagne elle-même.

La Révolution tranquille et la Grande Noirceur: un regard révisionniste

Vincent Geloso | Publication 05.08.2012
Vincent Geloso

Au même jour le 22 juin 1960, il y a donc 52 ans, le Québec mettait un terme au règne de l'Union Nationale qui dirigeait la province depuis 1944. C'était aussi le début de qu'on appelle maintenant la « Révolution tranquille » et la fin de la « Grande Noirceur ». Le premier exemplifie la modernisation du Québec, le second est utilisé pour décrire une période de stagnation ou de retardation pendant le règne de Maurice Duplessis et son Union Nationale. Enfin, c'est ce qu'on essaie de nous faire croire.

Comprendre le Printemps érable québécois

Martin Lavallée | Publication 04.08.2012
Martin Lavallée

C'est véritablement à partir des années 1960, à partir de la Révolution tranquille, que la recherche constante d'une doctrine de relèvement national aboutit chez les Canadiens français, qui devinrent des Québécois. Collectivement ils se sont emparés de l'État québécois pour s'en servir de levier et d'outil d'affirmation nationale. La conception collective qu'ils s'étaient toujours faite d'eux-mêmes, en plus de la morale catholique qui était la leur, les emmena à préconiser un type d'État providence, des mesures keynésiennes et la social-démocratie.

Cours d'histoire aseptisés au Québec?

CP | La Presse Canadienne | Publication 01.05.2012

MONTRÉAL - Les écoles secondaires du Québec offrent à leurs élèves un cours d'histoire aseptisé et dépouillé de ses références nationales, ...

Une corporation des historiens du Québec, au plus vite!

Marc-André Robert | Publication 18.04.2012
Marc-André Robert

La récente polémique entourant la publication d'une biographie officielle (et commandée!) du premier ministre libéral Robert Bourassa par le romancier (j'insiste!) Georges-Hébert Germain et la réédition d'un essai biographique à saveur pamphlétaire du même homme politique par le politologue et journaliste Jean-François Lisée, au-delà des écueils éditoriaux insignifiants, pose une série de questions fondamentales justement quant au rôle, au savoir et à la place de l'historien dans notre société.