GESTION DES UNIVERSITÉS

PA

Le niveau des droits de scolarité doit être la conséquence du type d'université que nous voulons

À quelques jours du Sommet sur l'enseignement supérieur, force est de constater que le débat tant souhaité sur l'avenir de nos universités est occulté par une dette politique du gouvernement du Parti Québécois (PQ) envers des groupes qui ont soutenu la formation politique lors de la dernière élection provinciale. Nous avons tous compris que ce parti s'est mis dans une position vulnérable en promettant mer et monde à celles et ceux qui désiraient un gel des droits de scolarité ou même la gratuité scolaire, en participant aux manifestations du printemps 2012 et en portant leur symbole à la même occasion.
Simon-Marc Charron

Suggestion pour un gouvernement responsable

Pourquoi voulait-on hausser les droits de scolarité déjà? Ah oui! Pour accroître les revenus des universités. Parfois, on perd de vue l'objectif quand les esprits s'échauffent. Bon alors, puisqu'il s'agit essentiellement d'une question d'argent, eh bien, parlons argent. Notre gouvernement pourrait-il nous informer de son estimé des dépenses à venir, du fait de l'adoption de sa loi spéciale?