Français Anglais

Il n'y a pas de « demi-francophones »

Depuis plusieurs jours, je participe (par textes interposés) à un débat sur la condition du français au Québec. En fait, je défends ma position depuis maintenant un an et elle se résume de la manière suivante: le multilinguisme brouille les cartes sur le français. Cependant, j'ai compris récemment que ce qui inquiète vraiment ceux qui sont en désaccord avec ma thèse, ce n'est pas le supposé déclin du français. Plutôt, c'est la montée de l'anglais qui préoccupe les esprits.
radio-canada

Le mépris

Et de lire Kelly McParland dans le National Post hier, en parallèle au dévoilement des données du recensement 2011 sur les langues parlées au Canada, j'en ai eu la gueule à terre. Le moralisme rampant du National Post, j'y suis habitué, mais un ton aussi ouvertement moqueur et une incompréhension aussi criante de la chose francophone, c'est du rarement vu.