Frais De Scolarité

Courtoisie

Réponses à Richard

Je crois que tu as tout compris Richard. Effectivement, si les étudiants font la grève, c'est parce qu'ils ne veulent pas de cours. Si on lutte pour l'accessibilité aux études, c'est parce qu'on pense que les cours ça ne sert à rien.
PC

Moi, Joce pis Dave.

Au CÉGEP, on était trois inséparables. Moi, Joce et Dave. C'était la belle époque où les surnoms étaient souvent issus d'une version abrégée anglophone de nos prénoms. Moi, c'était «Dji». Comme dans Jérôme. Pas besoin de me le dire: je le sais que «Dji», c'est «G» en anglais. Peu importe, on était les trois inséparables.
PC

Retour sur un petit sommet provincial

Le Sommet sur l'enseignement supérieur était petit, sans ambition, et ne visait qu'à confirmer le sondage de Léger-Marketing de février 2013 donnant l'indexation gagnante. Bref, ce sommet était digne d'un gouvernement animé d'une mentalité de petit comptable, car obsédé par l'équilibre budgétaire qui, ultimement, est une commande des agences de notation financières américaines comme Moody's. « Maître chez nous » disions-nous il y a de cela pas si longtemps?
AP

La foi politique

Chaque génération a son aventure politique, et lorsque le parti sur lequel son choix s'est dévolu emprunte le chemin de l'égoïsme, de l'élitisme ou de la banale rhétorique électorale, se présente un dilemme. Il y a chez plusieurs le goût de déserter l'univers politique, de succomber à l'apitoiement comme certains ne se relèvent pas d'une peine amoureuse. Il y a aussi ceux qui voient venir de loin, défrichent mieux la langue de bois, et adaptent leur scrutin selon leur idéologie personnelle; ils ne prennent pas la poussière à chaque fois qu'ils visitent l'urne, conscients des failles du régime électoral.
PC

De leur côté du rideau

J'avais hâte du Sommet sur l'enseignement supérieur. Il m'intriguait, et je refusais de croire, peut-être un peu naïvement, que les dés étaient joués d'avance. J'avais hâte de pouvoir suivre les discussions, de voir les enjeux cruciaux remis au cœur des débats, de pouvoir parler ouvertement de gratuité scolaire sans se faire répondre que c'est impossible. J'avais hâte de rêver d'une vision commune sur l'éducation supérieure au Québec. Mais rien de tout ça n'est arrivé.
PC

Le Sommet en direct

Suivez EN DIRECT le Sommet sur l'enseignement supérieur qui se déroule actuellement à Montréal. Le Sommet se terminera vers midi. Nos journaliste
Agence QMI

Les étudiants déçus

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a conclu mardi le Sommet sur l'enseignement supérieur en annonçant que son gouvernement imposera une indexation annuelle de 3% des droits de scolarité e...
PC

Perdant-perdant?

Je reconnais facilement que sur la question des droits de scolarité, aucun consensus n'était envisageable. Les associations étudiantes et les organisations syndicales qui occupaient plusieurs des sièges autour de la table travaillaient pour une utopique gratuité universitaire. Les administrations universitaires et les milieux d'affaires penchaient quant à eux pour une augmentation substantielle des droits de scolarité. Le gouvernement a tranché pour une indexation qui couvre les effets de l'inflation. Tout le monde est insatisfait.