ÉTUDIANTS QUÉBEC

PC

Conflit étudiant: une occasion ratée

Il me semble que si tous les partis s'étaient unis pour demander un retour en classe le message aurait eu de l'impact autant sur les étudiants, les profs que les directions d'établissement. Après 13 semaines de conflit, les étudiants en grève sont dans une logique voulant que la session est, de toutes façons, foutue, donc aussi bien continuer.
PC

De la gratuité scolaire à la carte blanche au gouvernement

Du côté des étudiants, que s'est-il passé durant cette vingtaine d'heures de négociations pour que cela se termine par une entente qui donne carte blanche au gouvernement? Et pourquoi les premières déclarations des présidents des associations, dont Gabriel Nadeau-Dubois et Léo Bureau-Blouin, allaient dans le sens de la victoire étudiante?
Getty

Étudier sous protection policière

Dans le débat sur l'accessibilité aux études, les « carrés rouges » ont perdu la bataille intellectuelle puisqu'aucune étude sérieuse ne soutient leur point de vue. Aucune. Au contraire, les propositions du gouvernement accroissent l'accessibilité aux études. Ils ont aussi perdu la bataille de l'opinion publique puisque la majorité de la population ne les soutient pas.
PC

Rouges, verts, unissons-nous!

Dans une négociation, chacun doit faire son bout de chemin. Quand on annonce aux étudiants qu'on les fait venir un vendredi à 16 heures pour rouvrir le dialogue, pour parvenir à une entente, c'est qu'on est prêt à faire son bout de chemin. Sa «juste part» dans la négociation. Quand on les fait négocier pendant 20 heures de temps, passer la nuit debout, c'est qu'on s'attend à ce qu'enfin, il y ait compromis.

Coups et blessures

Ça commence par un coup de gueule, une idée criée plus fort que les autres. Ça commence par une opinion exprimée à voix haute qui ne plaît pas à tout le monde. Ça commence par un désir pressant de mettre en doute les mauvaises habitudes d'un gouvernement embourbé dans les scandales et corrompu par un manque patent d'éthique. Ça commence par des gens assis qui décident de se tenir debout.
PC

Réponse à Lucien Bouchard

Cette mauvaise gestion, qui ne se limite pas qu'au monde de l'éducation, vous en êtes également coupable en tant qu'ancien premier ministre du Québec. L'élite politico-économique dont vous faites partie est responsable de l'endettement record du Québec, du délabrement de nos infrastructures et du plus haut taux de taxation d'Amérique du Nord. Vous parlez du gel et de ses effets néfastes avec le temps, pourtant vous n'avez pas eu le courage d'indexer lorsque vous étiez premier ministre. Malgré tout, aujourd'hui vous donnez la leçon aux étudiants
PC

Étudiants: des citoyens de seconde zone?

Serait-il possible que les policiers ne se présentent ni dans les assemblées générales des actionnaires de SNC-Lavalin, ni dans les réunions d'assemblées syndicales, ni dans les activités de financement du PLQ parce qu'ils savent qu'ils n'y sont pas les bienvenus, qu'il s'agit de discussions entre citoyens qui sont dans leur droit de discuter? Croyez-vous qu'avec n'importe quel autre groupe que les étudiants, le gouvernement laisserait le conflit s'éterniser aussi longtemps?
alamy

Quitter la colère

À part quelques endormis et heureux, nous ne sommes plus que ça : un peuple en colère. Un peuple tout entier. Parce que la colère est contagieuse et qu'elle est désormais de toutes les raisons; le pour, le contre, celui qui ne veut rien lâcher, celui qui voit son année s'envoler, celui qui prend des coups de matraque, celui qui en donne, celui qui s'est fait éclater sa vitrine, celui qui a mis trois heures pour rentrer, celui qui hurle de rage face à la surdité, ou l'autre, qui en appelle à la justice.
Yvon Roy

L'art de la tromperie selon Jean Charest

Monsieur Charest s'acharne sur l'opposition péquiste parce qu'elle porte le carré rouge. En clair, il se sert du conflit pour le tourner à son avantage. Il entretient un conflit qui dure depuis des semaines, un conflit qu'il a pratiquement créé de toutes pièces. Il tente de diviser la population, de la liguer contre un mouvement historique aux revendications tout à fait valables.
CP

Le choc des valeurs

Le gel en vigueur au cours des neuf années précédentes ne pouvait plus perdurer. N'oubliez pas que nous sortons d'une crise économique, nos exportations reculent ou au mieux stagnent depuis deux ans. Sans compter qu'Ottawa a réduit ses paiements de transfert pour l'éducation postsecondaire dans le cadre de sa lutte contre le déficit. Bref, nos finances publiques sont mal en point. Le gel était un luxe, on n'en a plus les moyens.
PC

Un test de leadership

Pour un leader syndical (ou étudiant) le vrai test de leadership dans un conflit c'est d'être capable de vendre un règlement pour reprendre le travail (ou les études). C'est là où nous en sommes dans cet interminable printemps étudiant.