DROITS DE SCOLARITÉ

CP

Des syndicats canadiens s'en mêlent

MONTRÉAL - Des syndicats canadiens établis à l'extérieur du Québec ont commencé à appuyer financièrement les principales associations étudiantes de la province afin de soutenir leur lutte contre la ha...
SRC

Bas les masques!

Le règlement municipal encadrant les manifestations vient d'être adopté à l'Hôtel de Ville de Montréal. Les élus l'ont adopté par 33 voix contre 25. Le règlement prévoit que les organisateurs d'une ma...
CP

Une loi avec des crocs

Ce ne sont pas des dents mais des crocs que le gouvernement Charest a mis dans la loi spéciale qu'il veut faire adopter pour forcer un retour en classe dans les cégeps et universités. Le projet de loi 78 contient, bien sûr, des amendes salées, entre 7,000$ et 25,000$ par jour pour tout dirigeant d'association qui contrevient à la loi, entre 25,000$ et 125,000$ pour une association, des montants qui pourraient doubler en cas de récidive.
AFP/Getty Images

Jean Charest est déjà gagnant

Il y a quatre mois à peine, Jean Charest était à la tête d'un gouvernement usé et corrompu et semblait se diriger vers une défaite électorale aussi certaine qu'humiliante. Cette chute de rideau lui réservait une place peu enviable dans l'histoire, à mettre en parallèle avec le régime honni d'Alexandre Taschereau. Sauf que la grève étudiante lui a donné un nouveau souffle qui pourrait désormais le porter au pouvoir pour une 4e fois.
CP

Conflit étudiant: le gouvernement prend ses responsabilités

Il se trouvera toujours des gens pour clamer que les étudiants les plus vulnérables n'auront plus accès à l'université l'an prochain, et que la justice sociale en est compromise, que cela soit vrai ou non, qu'ils puissent le démontrer ou non. Il s'en trouvera toujours, à l'Assemblée nationale comme ailleurs, pour crier au scandale, pour dire que « le gouvernement crache sur une génération », alors qu'il prend ses responsabilités et s'engage plutôt à s'assurer que le Québec offre à notre génération et ses enfants la meilleure éducation supérieure possible, et une éducation accessible, de surcroît.
AFP

Le feu aux poudres

MONTRÉAL - Le dépôt prochain d'une loi spéciale par le gouvernement Charest semble avoir attisé la mobilisation étudiante dans la nuit de mercredi à jeudi.Une manifestation amorcée vers 23h00, au cent...
CP

Quand l'idéologie nous gouverne

Quand durant 13 semaines, un premier ministre refuse de s'asseoir ne serait-ce que quelques minutes avec des représentants étudiants dûment élus et mandatés pour discuter d'une question cruciale pour l'avenir de la société.Quand durant ces 13 semaines, aucune tentative de médiation n'est mise de l'avant, malgré les pressions répétées de l'opposition officielle. Quand durant 13 semaines, toutes les propositions du gouvernement n'ont touché que des aspects sur lesquels la grève ne portait pas.
Getty Images

Charest pèse sur pause

Cette solution protège les 34 cégeps qui ne sont pas en conflit et les facultés universitaires qui ont continué l'enseignement. En sauvant la session, on évite le chaos administratif pour ceux qui poursuivent à l'université. A moyen terme, c'est-à-dire au mois d'août à la reprise de la session d'hiver, rien ne garantit cependant que nous ne revivrons pas un été étudiant
CP

Gouvernement Charest: la fin de régime

Jean Charest a toujours semblé avoir sept vies. Chaque fois qu'il paraissait affaibli par une crise ou par la démission de l'un de ses ministres (Séguin, Bellemare, Couillard, Mulcair, etc.), il épatait les chroniqueurs politiques en rebondissant, tel un véritable chat politique, et en sortant une nouvelle carte de sa manche. Aujourd'hui, alors que le gouvernement annonce le dépôt d'une loi spéciale pour tenter de dénouer les fils inextricables de la grève étudiante qu'il a contribué à prolonger, je ne peux m'empêcher de penser qu'il flotte une certaine odeur de fin de régime sur le Québec.
CP

La loi spéciale serait prête

Après 14 semaines de conflit et de perturbations sociales sans précédent, le gouvernement Charest a entre les mains sa contre-attaque. Une loi spéciale est prête pour forcer le retour des étudiants et...